Main menu

Première prise de paro…

Communiqué de Presse L’As…

Articles

Maryam Ramadan: «Je ne…

La fille aînée de l’islam…

Articles

L'épreuve

Comment faire ? Quelle dé…

Articles

Les chemins du cœur

On en parle si peu. On l’…

Articles

Te dire ...

Je sais qu’ils étaient no…

Articles

Les directives économi…

La décennie soixante-dix,…

Articles

La corruption

La dictature et le client…

Articles

L’absence de culture p…

À considérer la récente h…

Articles

Le cloisonnement des c…

Nous avons tenté de mettr…

Articles

Les « non musulmans » …

La coexistence, dans les …

Articles
«
»
Second Menu

Entretien avec Corse Matin

Posted by:
10580 Views

Ci-après un interview de Tariq Ramadan réalisée par Jean-Marc Raffaelli de Corse Matin

Nicolas Sarkozy a finalement opté pour une interdiction intégrale du niqab. Votre sentiment ?

C’est une décision qui n’est point sage. Elle est le fruit de la compétition et de la surenchère imposées par M. Jean-François Copé et la volonté de gagner du terrain à droite. Le débat et sa mise en scène sont des instrumentalisations politiciennes.

Mais l’opinion publique n’a-t-elle pas plus de force que les réserves émises par le Conseil d’état ?

Non. Il faut appliquer le droit qui est un garde-fou et permet de rester fidèle aux principes d’égalité et de justice. Si on suivait les opinions publiques, la peine de mort serait rétablie en Europe. Il ne faut pas confondre démocratie et populisme.

La laïcité peut-elle être une notion divisible suivant qu’on est dans une mairie, une école ou bien dans la rue ?

Il ne s’agit pas de la rendre divisible mais cohérente et fidèle à sa lettre et à son esprit. La laïcité, dans le respect de la loi, c’est aussi le respect de deux libertés fondamentales, de conscience et de culte. Ne laissons pas les peurs rogner nos acquis en matière de liberté.

D’après de récentes statistiques, peu de femmes, en définitive, portent la burqa ou le niqab. Mais l’ultra-marginal, ce n’est pas aussi l’ultra-symbole ?

Cela n’est vrai que dans l’hypermédiatisation qui produit des perceptions tronquées. On ne doit pas stigmatiser la présence de tous par les excès de quelques-uns, mais plutôt s’appuyer sur la majorité des musulmans pour faire évoluer la mentalité d’une minorité.

Dalil Boubakeur, l’actuel recteur de la Grande Mosquée de Paris, rappelle que le port du voile intégral n’est pas une prescription coranique…

Je pense également qu’il ne s’agit pas d’une prescription islamique, mais nul ne peut nier que certains savants musulmans pensent le contraire. Il y a donc une divergence religieuse sur la question. On ne la résoudra pas en la niant ni même par la loi. La pédagogie s’impose.

Vous avez pourtant déclaré que l’appartenance religieuse est « au-delà de tout »…

Je n’ai pas dit cela en ces termes. Face aux questions existentielles et face à ma mort, mon appartenance religieuse est, en effet, « au-delà de tout ». Mais comme citoyen et dans ma vie quotidienne, la loi de mon pays est mon cadre de référence. Sans discussion. Je le répète depuis vingt ans.

Si la loi est une référence, comment réagissez-vous à cette affaire de niqab, de soupçons de polygamie et de fraude aux allocations qui fait couler tant d’encre en ce moment ?

Oui, il faut respecter la loi, et la loi interdit la polygamie, mais en aucun cas il revient à un ministre de la République de s’arroger le droit de déchoir un citoyen de sa nationalité française. M. Hortefeux trahit les valeurs de son pays qu’il est censé défendre. Faire d’une histoire d’un simple PV à 22 ? une controverse nationale relève, une fois encore, d’une instrumentalisation qui, en définitive, bénéficie surtout au Front national.

Mais au nom de leur dignité, doit-on émanciper les femmes malgré elles ?

On ne décide pas du destin des femmes à leur place. La première dignité, le premier droit, est d’accéder à la liberté et à l’autonomie. C’est l’éducation qui est la première étape incontournable.

Que diriez-vous, alors, à votre propre fille si elle voulait porter le niqab au prétexte qu’elle s’en trouverait plus épanouie ?

Je lui dirais que ce n’est pas une prescription islamique et qu’il faut respecter la loi. Puis j’ajouterais : Mais tu fais comme tu veux, selon ce que tu crois, et tu en assumes les conséquences.

En Afghanistan, les femmes luttent pour se défaire de leur voile et tout ce qu’il représente…

C’est une image très simplifiée de ce qui se passe en Afghanistan. Les courants sont contradictoires : des réactions antiaméricaines s’expriment également, et des femmes portent à nouveau la burqa. On ne libère pas les femmes en envahissant un pays et en imposant son idée de la liberté.

En France, vous partagez les craintes de ceux qui redoutent qu’une loi augmente la violence ?

Non, il n’y aura pas de violences. Cette loi sera mauvaise sur la base de son principe et non à la lumière de ses conséquences.

Dans quelle mesure vivre selon ses traditions constitue un obstacle à l’intégration ?

Tout simplement quand les traditions vont à l’encontre de la loi. Encore faut-il ne pas restreindre le champ de nos droits et libertés dans le but de faire en sorte que les pratiques soient hors la loi. Dans ce débat, ce qui est une menace pour la France, ce ne sont pas les musulmans mais que la France perde son âme et ses valeurs sous la pression de peurs instrumentalisées et mal gérées.

Que répondez-vous à ceux qui disent que votre pouvoir intellectuel de séduction masque votre fondamentalisme ?

J’ai récemment écrit un livre très court, Mon intime conviction (1) pour répondre à ces accusations. Que l’on me prouve mon soi-disant fondamentalisme sur la base de ce que je dis depuis vingt-cinq ans. Entretenir ces rumeurs est la méthode de ceux qui n’ont pas d’arguments.

 

 

 

SOURCE : Corse Matin

  1. “Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément. ”

    Je vois, en suivant votre démarche intellectuelle depuis un certain temps, que les mots deviennent plus clairs et plus ouverts… bien que le propos ait toujours été le même. La façon dont le langage est maîtrisé me sidère: tout est concis, en peu de mots tout est dit. Que votre réflexion continue à nourrir la mienne.

    Bien à vous

    En Dieu

    F.R.

    un ancien étudiant

    1. Je viens de lire ce texte, vraiment Taiq est logique . Dans tous ce qui ce trouvent son discour il n’arrête de nous conscientiser pour que nous puissions nr pas avoir la peur d’affronter notre Dieu.
      Tout récemment , je lisais un livre CONNAITRE L’ISLAM de Chiekh Ali Tantavi, ce dernier comme Tariq nous aime à comprendre notre religion .
      Nous sommes de passage dans ce monde et les questions ou les lois des hommes politiques nous donnons les respecter car ça contribuent dans nos souffrance qui justifie le sens de notre vie.
      Amen et que LE TRES MISERICORDIEUX NOUS PROTEGE.

      Paix sur Tariq.

  2. Cher Monsieur Ramadan

    J’ai beaucoup d’estime pour vous mais je ne comprend pas pourquoi quand le ministre de l’intérieur vous attaque de façon insultante (“pernicieux”, “habile”, etc.)dans le Monde vous ne lui répondez pas sur base d’arguments.

    Il ne s’agit pas de laisser au silence la loi de la raison et de la sagesse mais j’estime que quand un intellectuel est pris a partie par un ministre, il doit lui répondre afin que ce dernier n’emporte pas le dernier mot avec des propos d’une malveillance qui le rabaisse.

    De plus, Boubakeur aussi vous attaque en disant ( sur dailymotion) que les éléments extérieurs( il fait référence à vous) n’ont pas a venir perturber notre environnement.

    je veux bien la libérté d’expression donne des droits mais de la à diffamer.
    Salam.

    1. salam à toutes et à tous
      Le frère T.Ramadan ne cesse de dire dans ces conférences, ce n’est pas le nombre de personnes qui assiste aux conférences le plus important mais la qualité d’écoute.
      «la force ne se trouve pas dans l’agressivité de celui qui répond mais dans le silence de celui qui supporte…»
      voilà une attitude qui confirme une qualité d’écoute…

      Assalâm Allaykoum

    2. Salam Bilal

      J’ai vu la vidéo… Il est vraiment pas crédible ce ga (Boubakeur), il a était mis en place par Sarko, et cela se sent dans son discours, il est vendu… Moi je n’ai pas confiance en lui … et je ne veux surtout pas de sa représentation. Il se fait beaucoup de tort. Sur un plan perso, il y a quelques temps, j’ai appelé à la grande mosquée de Paris pour un conseil, je vous promets j’ai été reçue comme une moins que rien, j’ai suivi le conseil malgré tout et j’en ai beaucoup souffert. C’est pour vous dire, il vaut mieux ni l’écouter ni répondre, il n’en vaut pas la peine.

      Salam

  3. Les interdictions ! L’islam prone la facilité de la VIE, les musulmans,eux, qui vivent dans ce monde, devenu cruel, les facilités, offertes, par l’enseignement de Muhamed, cette vie même, cette voie, tracée par des siécles et des siécles, depuis abham,depuis Moise, depuis les patriarche, ces bon père de l’humanité est tres particulièrement réjeté, par mégarde, en europe… de quelle liberté on parle, de cette liberté d’un point de vue obtu et temporaire d’une jeune peuple peuple european qui vue les crises, vu le marasme ambiant, se ressemble a ce petit enfant a qui l’orient veut montrer la bouche pour mettre une cuillere …assez…assez..la voie de Dieu rappelera tout le monde…et a eux le dieu rejettera le mal et le mal fait de ceux qui ne respectent pas cette fibre eternel de DIEU.

  4. Salam

    tant d’articles sur les problèmes que rencontre la oumma à l’extérieur d’elle

    Mr Ramadan, c’est quoi votre conviction intime sur ce qui se passe à l’intérieur?

    1. rien compris!sois plus clair!
      Mr Ramadan, salam, merci et continuez a nourir notre orientation!(meme si parfois je m egare)Je ne vous idolatre PAS!(heureusement pour moi) mais ,mais,mais, vous etes un peu comme un nettoyant menager intellectuel _pardon pour la comparaison _parce que c ‘est vrai . Je ne vous suis pas a la lettre comme on lit un courrier,mais il faut reconnaitre qu’une clarification nait a chaque fois et ce besoin toujours si fort de vouloir creuser sur d’autre piste encore, meme contraire juste pour voir!;que ALLAH te recompense!Je me rend compte q ces autres pistes rejoignent la plupars du temps vos annalyses .C’est comme ca!
      Je pourrai me passer de vos analyses si vous n etiez plus mediatise , mais quel vide quel dommage et quel desolation pour ceux qui ont besoin d y voir clair, d’y voir meme beaucoup plus clair dans ce monde de desolation

  5. Salam chère Frère,

    La fin justifie les moyens, les élections de 2012 approcche et il faut encore pensée à de nouvelle stratégie “bien anecdotique” pour pouvoir prendre les régnes du pouvoir de ce pays t-elle était le cas pour les violences urbaine de novembre 2005 qui, et c’est une évidence puisque les faits, la réalité nous le montre bien tous cela était de la mascarade, de la poudre au yeux, rien a changé d’un iota, la vrai question est dans quel piége allons nous encore tombé, nos âmes vont-elles résister…Seul nos intelligence auront le fin mot…

    salam

  6. Bonjour,
    Je suis une musulmane du Maroc, j’admire beaucoup ce que vous faites, je suis convaincue que vous détenez une grande partie de la vérité à propos de notre religion.
    J’aimerai tant être comme vous, vous êtes un modèle pour moi, merci d’être aussi fidèle et dévoué envers notre communauté.
    Merci…

  7. Salam alaikom wa rahmatoulah

    En lisant cet interview, ce qui me frappe en réalité depuis un moment c’est que les musulmans (et pas seulement toi Tariq) sont sans cesse en train de se justifier sur leur intégration et leur volonté de respecter la loi.

    Je trouve que l’on est à chaque fois en position de demande vis à vis de nos interlocuteur : regardez, nous respectons les lois, alors acceptez nous…

    Ne faudrait-il pas que l’on parle réellement d’égal à égal, de citoyen à citoyen sans avoir tout le temps à se justifier sur notre loyauté qui pour moi est évidente.

    Est ce que le respect des lois n’incombent qu’aux seuls musulmans de ce pays? Il y a de nombreuses personnes qui ne respectent pas les lois, y compris au sein de l’élite politique. Les questionnent on pour autant sur leur identité française?

    Humblement, je pense que les problèmes d’intégration et de respect des lois ne doivent pas apparaître dans les débats actuels.

    Qu’allah te protège cher tariq.
    Merci encore pour tout ce que tu nous as apportés. Wa salam!
    mohamed h.

  8. Bon pas grand chose à voir avec l’article précèdent, mais j’aurais besoin d’un petit remonte moral vous auriez pas un petit texte en réserve.Un truc positif et plein d’espérance.
    VOILA MERCI ET BON COURAGE

    1. ——-
      Commentaire et réponses à SISYPH, à BILAL, à BILOL, à celui qui se trouve en dessous du nom d’Ahmed, à MOHAMMED, à SAMIRA DE LILLE.
      ——-

      Non, Mr Tariq RAMADAN n’a strictement aucun « pouvoir de séduction ». Mr Tariq RAMADAN a le « pouvoir de dénonciation » : celui qui dit le Droit, celui qui revendique intellectuellement sur la base d’« avisements. Voila pourquoi on l’étouffe. On souhaite en étouffer un ? Dix sortirons derrière… seront-ils plus doux ? Seuls eux le savent. Accuser les personnes de « séduction » pour nier les « bases légales » sur lesquelles elles s’appuient pour défendre le « Pouvoir du Peuple », voila où était toute l’Indignité comme toute la Malhonnêteté ! Le « pouvoir de séduction » c’est de composer autour de délations ! Quelle subtilité ! On est capable de détourner les lésions à son profit. C’est spectaculaire ! Voila que l’ « instantanné » de questions islamophobiques se travestit sous la forme de questions posées en « bon interviewer ». On séduit en faisant mine d’ingénuité ; ingénuité qui, de près comme de loin, sait bien là où elle va quand à partir de questions insidieuses, elle prépare quelques biais. C’est le Politique qui a le « pouvoir de séduction » armé de ses multiples stratégies de diversions, ces matières subliminales qu’ils entretiennent au cœur de la crédulité de l’Opinion publique.

      Poser la question : « Mais au nom de leur dignité, doit-on émanciper les femmes malgré elles ? » c’est vraiment ignorer que les femmes ne sont pas des « Objets » que l’on asservit aux Lois à sa guise, mais bien des « Personnes Humaines », qui sauront que la Décision de Mr Nicolas SARKOZY n’est pas la Solution, car en niant nos Droits, on prend des choix que l’on assumera au sein des Mentalités [les blessures sont là] et quand les mots ne trouvent plus à s’exprimer, ce sont les Cœurs qui Pleurs ! Les Musulmans pourraient se sentir trahis par une Décision qui n’est pas fondée sur une base légale mais plutôt sur un objectif fantasmatique de fond bien encré. La Pédagogie aurait été la Solution. Faire croire au Femmes que l’on défend leur intérêts en feignant les caresser le sens du poil c’est bien là la Démagogie de nos plus grands Démagogues politiciens ! Oeuvrez…

      On veut éradiquer l’Islam en procédant par Etapes ? On interdit les Minarets ? La Burqa ? Et l’étape suivante c’est quoi ? Mais heureusement que Mr Tariq RAMADAN est là pour nous calmer de « Sérénité face à l’hostilité de l’Islam », voila le lieu où il nous séduit. Le Pouvoir de Séduction de Mr Tariq RAMADAN est de nous dire : patientez… ne vous emportez pas, il faut respecter les lois du Pays où l’on se trouve. Mais son Pouvoir est son Pouvoir et le Politique est le Politique ! Et le Politique doit être juste pour tomber d’accord avec ses vraies valeurs ; non pas d’ignorer le Pouvoir du peuple. Cette Démocratie que l’on formalise à souhait implose désormais. Les Flammes de nos Cœurs sont là. La Démocratie peut-elle se détourner de nos intérêts en niant que nous avons aussi un Droit de culte et d’expression ? Le peut-elle cela ? En toute honnêteté, le peut-elle ? Les origines du Politique doivent mettre à l’écart leurs sentiments personnelles ! C’est formidable comme le Politique se détache du Peuple ! C’est formidable !

      Au début, le Politique nous fait croire à une Négociation, ensuite le Politique nous frappe d’Impératif ! La Démocratie c’est le Pouvoir du Peuple, n’est ce pas ? Se le restreindre, c’est bien là nous « oppresser » ! On parle de négocier avec le Politique, il nous avait donc extrait dès le début ! Le Peuple a témoigné par son Représentant pour qu’on l’ignore ensuite ! Quel système harmonieux ! Il s’agissait donc d’une dérision plus visible ? On ignore le Peuple ainsi et on craint ensuite les réactions ?On a donc sorti le Démos (Peuple) du Pouvoir ! On a divisé la Démocratie ! On l’a clivé ; on craint ensuite son clivage ? C’est une blague !

      En Mathématique, quand on procède à un calcul ; on ne doit plus craindre le résultat, il fallait voir son équation.
      ———————-
      Réaction par rapport à certains commentaires du dessus :

      à SISYPH :
      Il nous « conscientise » pour que nous ne cédions pas face aux oppressions du Politique

      à BILAL :
      Il n’y a pas de « propos d’une malveillance qui le rabaisse » car ce qu’ils disent ne reflète que leur incapacité à argumenter, ils utilisent des gamineries pour se défendre, ils sont eux-mêmes ridicules. Pourquoi se justifier devant des accusations sur la personne puisqu’elles sont infondées par leur Nature ?

      à BILOL :
      Non il n’a jamais dis que la Force se trouvait dans le « silence » ; il a dit que la Force se trouvait dans le « calme » ; il faut rester un Esprit critique qui résiste. Tu sais pourquoi il faut rester « calme » ? Car celui qui s’emporte et réagit agressivement a « toujours tord » devant l’Opinion générale.

      à celui qui se trouve en dessous du nom d’Ahmed :
      Nous le suivons car il défend le Droit, la Justice.

      à MOHAMMED (quel beau nom si c’est vraiment le tiens Mash’Allah):
      Ceux qui parlent d’intégration attendent de la violence. Mais il faut rester pacifique.

      à SAMIRA DE LILLE :
      Non Mr Nicolas SARKOZY n’est ni fou, ni con ; il est très séduisant et très malin. Il a un discours particulièrement sublimant : il sait lire dans les faiblesses et les attentes du peuples. Il n’était pas avocat pour rien. Il a vraiment le verbe pour faire frémir les sens, et j’avoue en toute honneteté que si j’étais écervelée je me laisserais promptement couler sous ses ruisseaux de barbarerie. Mais Hitler aussi était beau physiquement mais il était tyrannique. Et puis dans les 2 cas ce n’est pas leur origine qui dépendait ; mais si de cet endroit l’on aime pas bien l’Islam, il incombe à chacun de «se Soumettre ou se Démettre» ! Malheureusement il était dans la Nature humaine de lutter pour ses intérêts, non plus pour la Communauté ; tant on la clivait et on la communautarisait.
      ——–
      En réalité, le Charme comme tout le Pouvoir de Séduction de Monsieur Nicolas SARKOZY était de savoir subjuguer son auditoire en préparant sa sortie pour 2012 avec le Verbe mais sans jamais le dire explicitement. Il avait l’Art et la Manière comme un Faucon désarçonné. Et de cela mes Frêres, il nous en restait un goût mielleux dans la pensée.

  9. Salam M. Ramadan,

    Super entretien comme d’habitude, clair, transparent, honnête, cohérent. Simplement, je me demande comment contourner encore plus efficacement la censure médiatique, et rompre définitivement avec les accusations illégitimes dont vous faites l’objet ?

    Et s’il vous plait, que l’on ne dise pas que je suis utopique, moi je veux croire que c’est possible. Il y a des signes (VISA pour les Etats Unis, invitations sur les plateaux TV, les interviews etc.).

    Chers soeurs chers Freres, nous sommes nombreux à soutenir M. Ramadan sur son site, dans ses conférences, ses actions et si nous l’assumions tout court … dans notre vie quotidienne, dans nos rencontres, nos discussions avec ceux qui justement ont un apriori négatif?

    En attendant de trouver des solutions, je souhaite partager avec vous un article d’Ali Magoudi publié sur le site contre-feu.com

    Qu’Allah vous accompagne.
    Samira

    ———————————————————–
    Sarko est-il foutu ou fou tout court ?
    En partenariat avec Marianne 2. “Foutu, est-ce un diagnostic psychiatrique ?”, plaisante Boris Cyrulnik. Le célèbre psychiatre-psychanalyste sait reconnaître le fou, mais refuse de se prononcer s’il n’a pas le patient sous les yeux. Il avoue ne regarder que le rugby et les émissions littéraires à la télévision, et, comme Nicolas Sarkozy ne pratique ni l’un ni l’autre, il ne l’a qu’entraperçu au début de son quinquennat. “C’est un sprinter, un homme pressé. Carla l’a bien soigné, il est moins hyperkinétique, c’est tout ce que je peux dire et encore je n’en suis pas très sûr”.

    Le psychanalyste Jean-Pierre Winter s’était montré plus disert

    “Le chef de l’Etat est dans une répétition frénétique”Ce disciple de Lacan avait décrypté les bons mots – et les plus calamiteux – des Chirac, Balladur, Villiers et autres prétendants à la fonction suprême dans Les hommes politiques sur le divan (1), sans donner voix au chapitre à Nicolas Sarkozy, encore sous la tutelle d’Edouard. Un père de substitution que le maire de Neuilly, œdipe oblige, avait tué entretemps. Pour nous, Jean-Pierre Winter avait réparé son lapsus calami. Aujourd’hui, il constate que le chef de l’Etat est “dans une répétition frénétique” et la situation actuelle était prévisible. “Sarkozy avait annoncé la couleur en disant qu’il est l’homme de la rupture. Cette rupture, il l’a obtenue, mais ce n’est pas celle qu’il imaginait. Certaines choses avaient été écrites dans Marianne et elles se sont réalisées”, se souvient-il.

    À demi allongé sur son fauteuil, le psychothérapeute poursuit son analyse : “Il avait semé suffisamment d’indices par ses paroles et ses gestes pour qu’on puisse en déduire logiquement ce qui est arrivé, à savoir le désaveu populaire d’un homme qui prétendait parler au nom du peuple sur des sujets graves comme la sécurité, le pouvoir d’achat ou l’égalité des chances”.

    Jean-Pierre Winter note que Nicolas Sarkozy n’est pas entré dans le personnage dès son élection

    “Sarkozy cumule toutes les places et respire la violence”Il lui a fallu du temps pour se défaire de ses habitudes. La fonction et la critique l’ont obligé à changer de vocabulaire. Il ne dit plus “casse toi pauvre con”. Mais le psy souligne cette façon très particulière qu’a Sarkozy de toucher ses interlocuteurs comme s’il voulait se convaincre de leur existence, de parler avec un adversaire imaginaire auquel il se fait fort de démontrer qu’il est illogique et que le bon sens est de son côté, de faire tout et d’être partout, de ne pas tenir compte des faits qui l’embarrassent et de se mettre en valeur. Et lorsque les événements ne vont pas dans le sens où il aurait souhaité, de se présenter comme la victime d’un complot ou de l’incompétence de son entourage, oubliant que ses proches collaborateurs, c’est lui qui les a choisis.

    “Je n’avais pas pris la mesure à l’époque de sa violence, reconnaît Jean-Pierre Winter. Il cumule toutes les places, respire la violence et cela a des effets d’intimidation, parce que cette violence s’appuie sur un pouvoir réel. De fait, qu’on soit Ministre, gendarme ou préfet, on peut être porté au pinacle ou n’être plus rien. Dans l’histoire de Rachida Dati, ils se sont servis l’un de l’autre, puis du jour au lendemain elle s’est retrouvée persona non grata”.

    Et de s’interroger sur “la consistance des affects” du chef de l’Etat pour qu’au moindre faux-pas l’autre ne devienne plus rien à ses yeux. “Cela enlève de la crédibilité à ses propos et engendre de la méfiance. Quand il prend le résultat des régionales ou les sondages en pleine figure, il rencontre la limite de sa stratégie qui consiste à opposer la pensée et l’action. Il n’a pas arrêté de claironner qu’il ne pense pas mais agit. L’effet politique de cette posture a fait la preuve de son inefficacité. L’heure est venue pour lui de se poser au lieu de prendre la pose. Tout le monde se rend compte du grand écart entre ce qu’il dit, ce qu’il promet et ce qu’il fait”.

    Comportement bling bling, besoin d’être admiré, manque d’empathie, attitudes hautaines et arrogantes… le Président manifesterait-il des troubles de la personnalité narcissique ?

    Il y a une fonction symbolique qu’il n’incarne pas”Le diagnostic est impossible. Je m’en tiens à ce qu’il dit et à ce qu’il fait”, se défend Winter qui refoule l’idée même qu’on puisse établir un bilan de santé mental sur la seule image d’un moi hypertrophié étalé sur le petit écran. Mais les paroles et les actes du Chef de l’Etat ne lui paraissent pas toujours sensés. “Sa grande illumination, c’est d’avoir proféré “il faut des règles pour les transgresser”, ce qui n’est pas faux mais est-ce à un président de la République d’énoncer ce genre de vérité ? Il a un pied dans la fonction et un pied en dehors ». Sarkozy serait-il déséquilibré ? “Essayez, au bord d’un précipice, et vous verrez… Si c’était un enfant, on lui donnerait de la Ritaline pour calmer son hyperactivité. Mais ce n’est pas un gamin. Visiblement, il y a une fonction symbolique qu’il n’incarne pas », conclut Winter.

    Autre psychanalyste, autre regard sur les mots et les maux du Président

    Quatre traits fondamentaux qui caractérisent le vrai paranoDans J’vais vous dire un truc… Les plus belles déclarations de Nicolas Sarkozy (2), Ali Magoudi a minutieusement relevé toutes les petites phrases enfouies dans l’inconscient collectif qui, en période de crise, provoquent un rejet de masse. Ses “Je serai un président zen”; “Les journalistes, ce sont des nullards” ; “J’ai beaucoup souffert sur La Princesse de Clèves” ; “Dans le monde, la seule voix qui a porté, c’est la mienne” ; “Je suis entouré d’une bande de connards” ; “Moi, j’ai la concurrence dans les veines” ; “Je vais réhabiliter le travail, la morale, le respect, le mérite”, révèlent une surestimation de soi-même, une méfiance extrême à l’égard des autres, une susceptibilité démesurée et, surtout, des erreurs de jugement.

    Quatre traits fondamentaux qui caractérisent le vrai parano. “C’est la place qui pousse à la paranoïa et sa mégalomanie est si peu fondée sur des qualités personnelles que son ego, toujours au bord du gouffre, doit être restauré en permanence”, modère l’homme de l’art. D’après lui, il est inutile de recourir à un vocabulaire spécialisé, le langage commun suffit à décrire “ce Président détonnant” qui bloque sur les échecs, mais qui “n’est pas plus pathologique que n’importe quel individu qui veut devenir président de la république”. Une dose de parano, deux de mégalo, un zeste de folie, voilà le cocktail qui permet de se hisser au sommet de l’Etat. Mais, le psychanalyste est formel : ses amis qui, eux non plus, ne sont pas complètement fous n’hésiteront pas à le débarquer s’ils voient que Sarkozy va les faire perdre…

    (1) Les hommes politiques sur le Divan, Jean-Pierre Winter, Calmann-Levy

    (2) J’vais vous dire un truc… Les plus belles déclarations de Nicolas Sarkozy, Ali Magoudi, La Découverte

  10. Salam,

    Et bien comme l’Etat entre maintenant sur le terrain religion, le port de la burka étant à mon humble avis lié a une incompréhension des textes islamiques, nous pourrions demander aux mairies de nous aider à financer nos institutions afin de mieux accompagner ces personnes. Bravo, j’espère que l’Europe de laissera pas faire.

    Samira de Lille

  11. merci de savoir mettre les mots pour exprimer ce qu’une grande partie de la population musulmanne de France pense, mais qui n’a pas forcémment la science ou les mots pour le dire.

  12. “Il faut appliquer la loi”.Est ce que cela veut dire qu’il faut respecter la loi même si cette loi contredit les prescriptions islamiques? Donc jusqu’à quel point faut-il appliquer la loi? Certains pays interdisent les femmes de porter le voile;Dans ce cas,ces musulmanes doivent-elles se soumettre à la loi? Si non,qu’est ce qu’elles doivent faire? J’espère bien que mon message sera lu et répondu.

    1. Question très pertinente. Je pense que tu exprime haut et clairement ce que la majorité pense tout bas. La question est de savoir, selon moi, si nous pourrons dans le cas d’un élargissement des restrictions quand à notre culte, si nous pourrons mettre en place le droit de résistance à l’oppression de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Encore que le Politique risque encore de se formaliser de nouvelles exceptions à ce Principe, bien évidemment pour ne pas se mettre en porte-à-faux avec son programme.
      ———————–
      article 2 de la Déclaration de 1789: « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »

      la déclaration « girondine » du 29 mai 1793, la possibilité de résistance à l’oppression est précisée. En son article 29, il est écrit que « dans tout gouvernement libre, les hommes doivent avoir un moyen légal de résister à l’oppression; et lorsque ce moyen est impuissant, l’insurrection est le plus saint des devoirs »

      l’article 35 de la déclaration du 24 juin 1795 : “Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.“.

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Liens

University of Oxford

St Antony's College …

European Muslim Network

http://www.euro-musl…

CISMOR Doshisha University

http://www.cismor.jp…

Présence Musulmane (Amérique)

http://www.presencem…

«
»
X