Main menu

Le domaine du politiqu…

Ce qui vient d’être dit e…

Articles

Ouverture des inscript…

L'institut Islamique de F…

Articles

Le religieux et le pol…

Nous avons dit, dans notr…

Articles

Les orientations polit…

Les choses sont claires :…

Articles

L'appel au Jihâd 3/3

c) Pour un jihâd social …

Articles

L'appel au Jihâd 2/3

B- La réalité des conflit…

Articles

L'appel au Jihâd 1/3

Que n’a-t-on pas entendu …

Articles

La situation de la fem…

Sans doute est-ce dans ce…

Une

Qu’est-ce que la sharî…

La référence à la sharî’a…

Articles

L’organisation sociale…

Nous avons beaucoup insis…

Articles

La famille

On le sait pour l’avoir v…

Articles

L’individu

L’homme est d’abord un êt…

Articles
«
»
Second Menu

Fraternité et égalité 1/4

image
Posted by:
1094 Views

L’égalité entre les hommes est un idéal. Des religions, des philosophies et des idéologies politiques ont inscrit l’égalité des êtres humains dans l’essence de leurs enseignements, dans leurs principes ou leur système.  Les individus doivent être traités de façon également digne et juste. Un voyage à travers les sociétés et les nations nous convainc que nous en sommes bien loin : des philosophies politiques ont été échafaudées, des déclarations et des chartes ont été élaborées, ratifiées et signées, des législations établies et pourtant la réalité de l’inégalité et des discriminations s’impose à nous. Universellement. Si l’égalité est, de fait, un principe légal, force est de constater que la loi ne suffit pas à son établissement. Avant même d’envisager des législations et des règles, c’est l’idée de l’humanité, de son unité et de sa diversité qu’il faut discuter et évaluer. Au demeurant, il n’y a pas de loi sans morale, sans une certaine idée de l’homme, du bien et de l’idéal social et politique et, alors, il ne peut être question d’égalité légale parmi les hommes sans une philosophie morale établissant la nature de leurs relations. Il ne peut être question de penser un principe éthique que l’on ajouterait a posteriori à l’ordre qui établit l’égalité entre les Hommes, mais bien de déterminer un principe fondateur a priori sans lequel cet ordre n’a aucune substance ni réalité. Il importe d’évaluer les lois par leur philosophie et, encore et toujours, dans leurs rapports au pouvoir.

Les philosophies antiques ou les religions ont bien souvent établi, dans leurs fondements, l’idée de la communauté d’origine et de l’égalité entre les êtres humains. Il n’en demeure pas moins que de nombreuses interprétations ont justifié des inégalités et des rapports de domination intellectuelle, religieuse et/ou politique : entre les Grecs (puis les Romains) et les «barbares», entre les appelés et les réprouvés au sein des religions, entre les civilisés et les colonisés au nom parfois de la philosophie des Lumières. Que la commune origine adamique soit ou non un acte de foi, que l’évolution des espèces soit un fait admis, que la science nous informe que le concept de «race» est une vue de l’œil et de l’esprit étant scientifiquement et objectivement inopérant, tout cela ne change rien aux faits : des philosophies, des discours, des regards sur soi et autrui – explicites ou implicites – justifient malgré tout l’inégalité et son lot de discriminations. Même si des lois devaient ensuite essayer de rectifier et de réguler ces dernières, ce rééquilibrage ne peut être que partiel et imparfait : encore une fois, il faut aller au bout de la question morale et questionner les individus et les sociétés sur l’idée qu’ils se font de l’homme et de leur fraternité, au-delà des postulats philosophiques, des dogmes religieux et des faits scientifiques.

On se souvient de la lutte du Mahatma Gandhi contre le système des castes au cœur de l’hindouisme. Les «intouchables», les «parias» – qu’ils soient des «enfants de Dieu» (harijan) comme les appelait respectueusement Gandhi ou les «opprimés» (dalit) comme certains s’autodéfinirent à l’image de l’avocat et du politicien Bhīmrāo Rām-Jī Ambedkar – étaient en marge et exclus des quatre castes reconnues par la philosophie classique de l’hindouisme. Selon cette dernière, le cosmos est parfaitement ordonné et la loi universelle (dharma) établit des ordres et des catégories dont les castes sont la juste représentation parmi les êtres humains : elles sont l’acceptation et le reflet du dharma qu’il faut respecter, entretenir et promouvoir si l’on veut agir en harmonie avec l’ordre du macrocosme. Les prêtres, les enseignants et les êtres de l’esprit (brahmane), les guerriers, les rois et les princes (ksatriya), les artisans et les commerçants (vaisya) sont les élus et accèdent au savoir alors que les serviteurs (sûdras) – eux-mêmes subdivisés en une multitude de catégories – obéissent aux castes supérieures à travers leurs activités spirituellement et socialement inférieures. Les «parias» représentent encore une autre caste – horscastes – qui est le niveau le plus bas de la hiérarchie cosmique, l’état de l’impur, de l’indigne et de la misère. Il s’agit donc d’un ordre, d’une harmonie, qui a besoin d’une hiérarchie, d’un supérieur et d’un inférieur, et l’ensemble des relations sociales est ainsi codifié en fonction de cette réalité : les espaces, les métiers, les mariages, les amitiés, etc. Gandhi s’est battu pour que les «intouchables», les harijan, puissent accéder à l’éducation, sortir de la misère et être traités plus égalitairement. Il n’a eu de cesse de lutter contre les injustices et le mépris auxquels faisaient face les exclus du système. En janvier 1934, il interpréta le tremblement de terre de Bihār comme étant un avertissement et une punition dirigés contre les castes supérieures, leur arrogance et leurs «péchés» à l’encontre des pauvres et des «parias». Lorsqu’il meurt en janvier 1948, le système des castes était légalement aboli depuis un an (avec l’accession à l’indépendance) et ce grâce à l’élaboration de la Constitution sous l’autorité d’Ambedkar (choisi par Nehru), qui s’était très tôt opposé à l’attitude trop «condescendante» de Gandhi, voulait qu’on appelle sans hypocrisie les «intouchables» des «opprimés» (dalit) et défendait le principe de l’«affirmative action», ou discrimination positive, à l’égard des castes marginalisées. La réalité était bien moins belle. La loi n’a point eu raison des mentalités : dans le silence des quotidiens, loin des infractions visibles de la loi, le système perdurait. Gandhi savait et avait affirmé – il y a plus d’un siècle déjà – qu’il s’agissait de travailler en amont de la loi, sur l’idée que l’on enseignait de l’homme, sur le sens moral, sur la conception même de la fraternité au cœur des philosophies et des religions. Sans ce travail, cette éducation, la loi peut n’être qu’un prétexte ou un instrument dangereux entre les mains de ceux qui détiennent le pouvoir (et/ou le verbe) et qui entre tiennent leurs privilèges au moyen de lois dont l’essence paraît égalitaire mais dont l’application ne l’est point. C’est le cœur du débat qui opposait Ambedkar, qui revendiquait l’égalité, la résistance, la justice, le droit d’interpréter la loi et l’accès au verbe assumé et militant, et Gandhi, qui prônait la reconnaissance et l’amour des exclus et la réforme de l’intérieur par l’engagement volontariste de l’élite et des riches.

Le religieux et l’activiste Gandhi, qui se disait «hindouiste, chrétien, musulman, bouddhiste et juif», questionnait les religions à partir des pratiques quotidiennes et sociales et il avertissait : «Dès que nous perdons la base morale, nous cessons d’être religieux.» Il s’agit donc de cohérence entre des pratiques et des philosophies et il faut appréhender ensemble ces dernières : les mêmes questions traversent nos sociétés modernes, du Sud et du Nord, avec la même intensité qu’à l’époque de Gandhi même si les castes, les classes et les catégories de nos sociétés – «développées» ou «en voie de développement» – apparaissent moins visibles qu’elles ne l’étaient dans l’Inde de la première moitié du XXe siècle. Le rapport dialectique est le même et le questionnement doit être permanent : les inégalités concrètes du quotidien nous invitent à soumettre à la critique nos philosophies fondamentales et notre conception de la fraternité humaine et, à l’inverse, ces dernières doivent questionner la cohérence des systèmes se présentant comme égalitaires. Pas de loi sans morale, pas de morale sans loi : on retrouve cette équation dans toutes les religions et, avec ou sans Dieu, dans toutes les spiritualités et les philosophies humanistes et/ou politiques.

6 commentaires - “Fraternité et égalité 1/4”

  1. Que dire? L’intelligence et le courage sont très rares, vos paroles sont précises, elles ont un poids spécifique déterminé, tant en physique qu’en psychanalyse, vous refusez le populisme et la démagogie depuis toujours, deux moyens faciles mais éphémères. La patience est un investissement difficile mais durable

  2. Salam M ramadan vous vous êtes trompe d époque dans 50 ou 100 ans on va faire les mêmes erreurs et on va dire qu 2015 tariq ramadan à déjà soulever se problème. M ramadan nous nous sommes pas encore prêt que dieu vous viens en aide ainsi qu à tous les opprimés sur terre sans distinction aucune salem

  3. Salam, Bonjour…

    Au singulier de l’univers* terrestre, et spatial, le temps* réunit au delà des pluriels du signe vital et, pour n’être que bref et précis, chacun* se poursuit plus ou moins dans l’atmosphère des récits bien trop brutaux et violents…presque tout aussi simple et logique mais comme un grand dommage que la pensée lumineuse et reliée ne (se) soit mieux élevée en message égal et humain depuis les secondes parfaitement réunies, elles aussi, des valeurs naturelles de la vie…

    …KHassan…Salam…merci…

  4. Salam, wa rahmatullaah,
    Il faut se poser les questions de savoir quelle égalité on voudrait entre les hommes et pourquoi (dans quels buts).
    De quelle égalité parlons-nous ? L’égalité de la valeur des Hommes, de leur valeur intrinsèque d’êtres humains, ou de leurs actions, de leurs avoirs, ou encore des traitements par la loi, par les Hommes, par Dieu, par la morale, par les philosophies ?

    L’égalité des humains est chose intrinsèque, on est tous humains, personne ne nait moins humain qu’un autre. Ce qui définit l’humain est d’abord sa faiblesse, ses lacunes : on peut naitre avec un handicap, n’importe lequel, on n’en est pas moins humain. D’ailleurs, nous ne naissons pas grands et forts, mais tout petits, chétifs, incapable de survivre tout seul. Néanmoins, comme expliqué dans cet article, comme il n’y a pas d’égalité philosophique entre les Hommes, l’égalité à la naissance ne résiste pas à cette idée d’inégalité des Hommes, elle est transfigurée en “inégalité de naissance” (que justifierait la différence des ethnies, couleur, rang social… etc).

    L’égalité des actions et des avoirs est chose impossible, d’une part parce que les actions découlent de ce que chacun croit être juste, légitime ou de droit (et c’est une multitude de choix ou de routes que les humains décident, ou sont forcés d’emprunter) ; d’autre part parce que de ces actions découleront ces différences des avoirs (les uns seront riches, les autres seront pauvres). Le communisme est pour ça une erreur.

    L’égalité des traitements est ce qui reste possible aux Hommes de décider, d’établir par des lois. Mais, encore (et comme expliqué dans l’article), il faudrait qu’on se débarrasse d’abord de l’idée d’inégalité de naissance.

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Liens

University of Oxford

St Antony's College …

European Muslim Network

http://www.euro-musl…

CISMOR Doshisha University

http://www.cismor.jp…

Présence Musulmane (Amérique)

http://www.presencem…

«
»
X