RTS: « Mise au point: Comment lutter contre l’Etat islamique ?  » 28 09 2014

4
5362

4 Commentaires

  1. Bonjour

    Excellent intervention de la part frère Tariq ,je rajouterais que ne seulement le silence des occidentaux sur les truies en Palestine et ceux en Iraq acculement en Syrie et en Égypte fait dévoiler non seulement un sentiment d’intérêt privé basé sur la rechasse de que ces pays peuvent contenir mais aussi la haine que peut témoigné ces états voyou . et ce le notre Coran nous révèle Wama Takhfi Soudrouhoumou Akabr ce qui encore plus néfaste et corrompu ce qu’il cash dans leurs cœur . alors je pense que le monde est dévasté par la matière mais la lute présentement est clairement visible c’est une lute de vérité de coutumes de religion alimenté par une soif de pouvoir de gouverne et de l’innocence .

    merci

    Mansour

  2. Si nous voulons lutter contre l’Etat islamique et terminer avec cette spirale de violences, nous devons cesser le brigandage et le gangstérisme, en nous appropriant tout ce qui se trouve dans ces pays sous-développés sans donner rien en échange, laissant après nos pillages et infamies, que conflits, misères et dévastations.

    Nous devons réveiller le peu qui nous reste de nos instincts humains et de justice, et apprendre á réfléchir et méditer pour récupérer notre réminiscence. Nous devons réparer et corriger nos attitudes. Au lieu d’aider au développement de ces pays pour les sortir des adversités, souffrances et disgrâces déplorables, nous nous entretenons à leur favoriser et fomenter des dictateurs, des tyrans et même des empereurs (1) comme des chiens de garde corrompus à notre service exclusif, afin de maintenir indéfiniment pour notre compte, dans un « NO MAN’S LAND » méthodique et perverse leurs masses, dans l’ignorance et la misère, pour mieux les asservir et les extorquer.

    Les politiques de la peur au terrorisme et fondamentalisme religieux pour servir à dissimuler nos débandades économiques et incompétences vis-à-vis de nos citoyens, se répétent inlassablement à chaque fois qu’ils commencent à battre des ailes et à perdre du gaz. Nous avons augmenté l’intolérance religieuse dans nos pays dû au fait que l’on a trop insisté et exagéré sur les mêmes mensonges. Je me réfère aux chefs politiques du monde, non aux simples citoyens anesthésiés sous la manipulation informative des medias. Ce prétendu abject et détestable terrorisme intégriste, qui fait payer le prix le plus fort au propres musulmans, n’est qu’une gigantesque fosse septique nauséabonde à l’échelle mondiale, dans laquelle nous nous sommes évertuer à plonger, sans nous efforcer de rechercher des solutions de justices humaines pour nous en sortir.

    En persécutant sans relâche et sans distinction, des innocents pour leurs religions ou leurs noms, dans le seul but de donner d’avantage de cohérence et véracité à ces mensonges de la terreur, nous nous sommes écartés de notre déclaration universelle des droits de l’homme contre le racisme et la discrimination, pour créer intentionnellement des nouveaux « Barrabas » (2) pour ce nouveau siècle.

    Malheureusement, ces crimes contre l’humanité seront impunis, tant que les organisations internationales oubliant leurs obligations y responsabilités, continueront d’écouter seulement les voix des plus forts.

    (1) Allusion à Jean Bédel Bokassa premier empereur de la république centrafricaine, produit créé par la France (1976), disons en termes économiques, « Clés en mains, avec trône et intronisation inclus ». Cette fantaisie choquante a été acceptée et approuvée en son temps sans aucune réaction contre, par la plupart des medias et presque la majorité de la société intellectuelle de ce pays. Jean Bédel Bokassa fut lâchement dépossédé de son pouvoir par ses propres créateurs, lorsqu’il voulait sur les conseils du colonel Kadhafi, remplacer le gouvernement fantoche colonial par un conseil de la révolution centrafricaine, et nationaliser les mines de diamants.

    (2) En donnant à entendre que  » la persécution est pire que le crime  » l’auteur, veut se référer au « Barrabas » libéré par Ponce Pilate, (Procureur romain de Judée) en échange de Jésus Christ. Selon les historiens, « Barrabas » reconverti au christianisme, a été utilisé comme bouc émissaire par Néron pour attribuer la responsabilité aux chrétiens de brûler Rome et les anéantir. Comme quoi l’histoire se répète : Rome ou les tours jumelles ? Néron ou Bush ? Barrabas ou Ben Laden ? Qu’importe du moment que les objectifs ne changent pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici