Tweets récents

Main menu
Second Menu

Tariq Ramadan sur RFI: «Les choses doivent être claires, il faut condamner l’armée égyptienne»

Par Chantal Lorho

Depuis le coup d’Etat du 3 juillet 2013, qui a renversé le président islamiste Mohamed Morsi, l’Egypte s’enfonce dans la violence. Le bras de fer entre l’armée et les Frères musulmans a fait ces derniers jours plus de 800 morts. Les militaires ont choisi la manière forte pour réprimer la contestation des islamistes pro-Morsi. Quelle va être la stratégie des Frères musulmans désormais ? Pour en parler, Tariq Ramadan, théologien, islamologue, professeur à l’université d’Oxford et petit-fils du fondateur de la confrérie Hassan el-Banna.

RFI : Ce week-end, après la répression sanglante de leur mobilisation, les Frères musulmans ont annulé plusieurs marches et manifestations. Celles qui ont eu lieu ont rassemblé moins de monde que prévu. D’après vous, s’agit-il d’une pause tactique de la confrérie, ou les Frères musulmans ont-ils été sérieusement affaiblis par les coups portés par l’armée ?

Tariq Ramadan : La répression a été terrible, mais je veux plutôt apporter une nuance à votre façon de présenter le conflit, parce que c’est un peu l’armée qui présente les choses de cette façon-là. Les hommes et les femmes qui sont dans la rue sont des gens qui sont contre le coup d’Etat, et beaucoup d’entre eux n’ont pas voté pour Morsi, ils n’étaient pas pour lui.

Certains d’entre eux ne sont même pas pour son retour, mais ils sont contre l’armée. Cette réduction de l’opposition à l’armée aux seuls islamistes n’aide absolument pas à trouver des solutions au conflit et, en fait, cela ne donne pas une image correcte de la tension qu’il y a.

Moi, j’étais de ceux qui étaient très critiques à l’endroit de Morsi et de son gouvernement. Et ce, avant les élections, pendant les élections et pendant l’année où il a gouverné. Mais je ne peux pas réduire le débat à savoir si on peut, avec les islamistes, être dans la démocratie, quand tout le débat aujourd’hui est de savoir si on peut, avec l’armée – qui pendant 60 ans a tenu d’une main de fer le pays -, développer un processus de démocratisation. Il faut condamner l’armée, les choses doivent être claires de ce point de vue.

Aujourd’hui, les Frères musulmans sont bien entendu dans une impasse. Tous leurs leaders sont en prison, on a tiré à balles réelles et on a tué des manifestants. Encore hier, on a tué des prisonniers dans une fourgonnette. C’est très violent, très dur. Et je pense aujourd’hui que la solution, c’est que la société civile se réveille, que ces femmes et ces hommes – effectivement certains sont des laïques, d’autres sont des coptes – soient contre le rôle de l’armée et qu’ils essaient ensemble de trouver les voies d’un dialogue. Sinon, on ne s’en sortira pas.

Est-on en train de revenir à l’époque de Nasser selon vous, où la confrérie était considérée comme l’ennemi de l’intérieur et où le pouvoir n’a pas hésité à liquider, emprisonner ou bannir les figures les plus importantes des Frères musulmans ?

Du point de vue de l’armée, la rhétorique est la même : ils n’auraient affaire qu’à des terroristes et à des islamistes extrémistes. C’est ce qu’on a toujours entendu depuis 60 ans. Les méthodes sont les mêmes : arrestations, exécutions sommaires, tortures. On est aujourd’hui dans un scénario qui est connu. La seule différence, c’est qu’il y a eu une habileté de l’armée, à savoir une mobilisation de masse. On nous a dit : « 30 millions de personnes ». Or on sait aujourd’hui qu’on était bien en deçà de cela, que le chiffre était totalement exagéré et que c’est au nom du peuple qu’ils seraient intervenus.

Aujourd’hui, il y a une véritable propagande. Donc, on est dans une situation extrêmement difficile. Le prix à payer, c’est de se poser la question de savoir si l’Egypte peut aller vers une démocratisation. Il faut absolument qu’aujourd’hui, l’on comprenne que le rôle de l’armée n’est absolument pas simplement sécuritaire et répressif ; ils tiennent dans leurs mains entre 30 et 40% du secteur économique. C’est une force, ce sont des intérêts, très importants. On a entendu, hier encore, l’administration américaine annoncer qu’après avoir annulé son exercice militaire conjoint, elle maintenait son soutien de 1,3 milliards de dollars. Ce qui a été d’ailleurs confirmé, étonnamment, par Netanyahu, le Premier ministre israélien lui-même, ce qui est étonnant. Il n’a pas caché son soutien à l’armée.

Donc, il va y avoir des répercussions locales. Il faut savoir que les habitants de Gaza, aujourd’hui, vont aussi payer le prix de ce qui est en train de se passer. Déstabilisation du Moyen-Orient, déstabilisation de l’Egypte : tout ce qu’on avait appelé « le printemps arabe » a des parfums, aujourd’hui, de déstabilisation, de mort, de tortures et de régression. Ce qui est en train de se passer est triste.

Pour vous, l’armée a joué un double-jeu ? Parce qu’après tout, c’est le président Morsi qui avait nommé le général al-Sissi ministre de la Défense…

Vous savez, pendant deux ans, quand les Frères musulmans sont arrivés au pouvoir après les élections, on m’avait dit d’aller en Egypte et j’ai toujours refusé, en affirmant que l’armée n’avait jamais quitté le pouvoir, qu’elle était derrière. Finalement, les Frères musulmans ont fait une énorme erreur : celle de penser que les Américains les soutiendraient et qu’ils pourraient canaliser les forces de l’armée.

En fait, ça n’a jamais été le cas. Juste avant la mobilisation populaire du 30 juin, il y avait des perturbations, des restrictions pour le gaz, pour l’électricité… Et tout à coup, ça s’est arrêté. En fait, les structures profondes de l’armée étaient toujours dans l’administration, elles n’ont jamais quitté le pouvoir.

Mohamed Morsi a voulu s’arroger tout les pouvoirs en novembre dernier. Il s’est mis à dos des tas de gens, notamment des magistrats qui n’étaient pas forcément hostiles à son égard. Pourquoi ?

C’est tout à fait vrai. Je pense qu’il y a eu des erreurs, je pense que le rôle du président avec la confrérie n’a jamais été très clair. Qui décidait de quoi ? En même temps, je pense qu’il y a eu des gestes symboliques. Mais il y a aussi eu de véritables erreurs quant à l’ouverture vis-à-vis des autres forces politiques.

Il fallait que les choses soient beaucoup plus volontaristes, c’est une évidence. Moi, j’étais d’avis qu’il ne fallait même pas qu’ils se présentent aux élections, parce que c’était un piège pour eux dans les circonstances actuelles. Ils l’ont fait, ils ont commis cette erreur-là et puis, finalement, ils se sont isolés dans la critique des Frères musulmans et de leur vision politique.

Maintenant, je demande à tous ceux qui nous écoutent, à tous les démocrates, d’être très clairs quant à leurs propres principes. On ne peut pas, parce qu’on est contre des islamistes légalistes, non violents, quels qu’ils soient – et je suis de ceux qui les critiquent -, accepter ce que fait l’armée, qui tue des civils et qui réprime de cette façon-là. Ça n’est pas acceptable.

  1. Bonjour,
    c’est vraie qu’il fallait pas que les frères musulmans participent aux élections. Vous savez que ce n’est pas juste leur erreur mais l’erreur de tous les partis islamistes dans les pays arabo-musulmans; ces derniers ont toujours exprimé cette naïveté et immaturité politique, que ce soit de faire confiance aux militaires ou bien de ne pas faire la différence entre leurs propres idéologie et la façon d’exercer le pouvoir. Il faut impérativement, si les islamiste cherche à exercer le pouvoir; qu’ils révisent leurs stratégies, s’ils en ont bien sûr, et essayer de repenser leur façon de voir l’exercice du pouvoir.
    En ce qui concerne l’Égypte tout entière, la communauté internationale doit condamner ce qui se passe sur le terrain et intervenir avec des gestes tangibles au lieu de faire des déclarations froides hypocrites, les forces vives et libres de l’Égypte toute entière doivent aussi faire preuve de solidarité et mener une action politique et démocratique pacifique, comme alternative, pour discréditer les sanguinaires militaires et leurs acolytes qui mènent l’Égypte vers l’impasse et le chaos.

  2. Peut-être que le titre choquera plus d’un, mais cela n’empêche qu’il contient au moins un brin de vérité. Je m’explique.

    Après un an passé sous un gouvernement élu selon les normes de la démocratie, l’armée égyptienne intervient pour destituer le président élu. Elle incite, ensuite, une partie du peuple (à sortir dans les rues dans le but de lui donner le feu vert afin d’éradiquer toute voix libre qui proclame la légitimité.

    Les jeunes (des coptes et les laïcs) qui sont sortis ce jour-là, sont, pour la plus part, nés sous un régime militaire qui avait instauré l’état d’urgence depuis 1981. 31 ans de vie sous la peur et l’oppression est capable de conditionner tout individu sans volonté et sans fierté. Le joug du despotisme et de l’oppression était devenu, durant ces années, l’unique légitimité.

    À présent et à peine un an passé sous la démocratie, ces égyptiens assujettis (des coptes et les laïcs), éprouvent la nostalgie pour une époque sombre de l’histoire où le citoyen était réduit à une bête soumise et sans dignité.

    J’espère maintenant que le titre n’est plus choquant.

    Nous sommes là devant un cas qui sort de l’ordinaire comme une personne qu’on fait sortir de prison et qui y revient parce qu’il a peur de la liberté.

    Mernissi Jalil 20/08/2013

    1. Tout dépend du sens que l’on donne au mot Liberté. lorsqu’on est laïc ou copte, on n’est pas libre sous un gouvernement qui veut imposer toutes les contraintes islamiques à tout le monde,sans distinction.

    2. Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, frère Mernissi Jalil. Et je suis choquée en effet par ces idées.
      Ce n’est pas par amour de la pauvreté que les pauvres sont pauvres. Ce n’est pas par amour de l’illettrisme que les gens ne vont pas à l’école. Et ce n’est pas par amour de l’iniquité que les gens sont soumis aux despotes. Si en plus des personnes vivant dans un état de détresse tel qu’elles en deviennent facilement manipulables (par l’armée ici), on ne peut pas non plus parler de masochisme.
      Vous pourriez remonter aussi loin dans l’histoire, les gens ne vivent pas dans la misère par choix, mais parce qu’ils y sont contraints. Coptes, laïcs, musulmans, athées ou autres, on est tous pareil face à l’oppression : on ne s’y plait pas, on essaie de survivre et parfois on tente de changer le cours des choses. C’est ce que les Egyptiens ont voulu faire.

      Par ailleurs, si les Egyptiens continuent à se diviser, à se communautariser, ou si on veut continuer à les monter les uns contre les autres, ça ne marchera pas non plus, ce n’est pas la voie vers la « démocratie ». Il faudrait trouver les moyens d’une réconciliation populaire et d’un meilleur vivre ensemble.

  3. Votre article pose un certain nombre de questions pertinentes qui en ouvrent d’autres : L’armée, c’est effectivement un groupement d’intérêts au profit des généraux mais qu’en est-il des officiers et des soldats? Quelles ont été exactement les liens entre l’ambassadrice des USA et Morsi ? N’y a-t-il pas eu du côté US désir de tabler sur deux chevaux, l’un chez les frères musulmans, l’autre chez les militaires, qui de leur côté semblent aujourd’hui moins unilatéralement dépendant de l’aide US qu’hier ? Par ailleurs, on peut penser de Nasser ce qu’on veut, mais on ne peut nier qu’il avait une réelle popularité et qu’il a mené des actions en faveur des masses ce à quoi les gouvernements militaires qui ont suivi ont renoncé. Nasser luttait contre la dépendance envers les impérialismes, ses successeurs ont fait le contraire. Les frères musulmans de leur côté ont fait souvent l’erreur de lutter contre Nasser en s’appuyant sur des intérêts étrangers. Bref, négociation et société civile oh que oui, mais il faut que les islamistes honnêtes, les laïcs honnêtes et les militaires honnêtes et donc patriotes analysent de façon critique leurs propres passés pour établir des ponts innovants … L’Egypte en prendra-t-elle le chemin ou redeviendra-t-elle un régime militaire à la Moubarrak …qui vient d’être libéré…signe inquiétant de la part des militaires au pouvoir.

  4. Cher Tariq Ramadan,

    Patience et longueur de temps font plus que force ni rage… Pauvre Egypte, pauvre Syrie !

    J’ai écouté votre intervention au Journal télévisé de Suisse Romande à 19h30 le 20 août 2013. J’ai entendu avec ahurissement notre cher Darius Rochebin vous demander si vous accepteriez un poste de ministre en Egypte. Votre très bonne réponse : vous êtes citoyen Suisse..

    http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/5147349-violences-en-egypte-l-analyse-de-tariq-ramadan-professeur-a-l-universite-d-oxford-1-2.html

    Incroyable ! personne n’a jamais demandé à notre ami Darius s’il rêvait d’un poste de ministre en Iran d’où il est originaire… Personne n’a jamais demandé à BHL s’il souhaitait un poste en Israël etc..

    A l’oreille et à l’observation de divers détails, je vous perçois comme genevois, penseur et philosophe érudit. Vous vous exprimez régulièrement sur la situation politique de pays à majorité musulmane ce qui est de votre champs de compétences.

    …. mais il semblerait que la majorité des gens vous perçoivent avant tout comme Egyptien, héritier sulfureux de votre Grand’Père , défenseur de l’Islam avec des prétentions politiques.

    A vous de clarifier une bonne fois ce qui vous convient le mieux.

    Mes pensées pleines de compassion à vous à tous et toutes. Laurence

    1.  » J’ai entendu avec ahurissement notre cher Darius Rochebin vous demander si vous accepteriez un poste de ministre en Egypte. Incroyable ! personne n’a jamais demandé à notre ami Darius s’il rêvait d’un poste de ministre en Iran d’où il est originaire… (…) »

      J’ai pensé, avec les mêmes mots, à la même chose !

    2. Chère Louise,

      parfois, je me demande de qui on se moque, j’ai vraiment eu le sentiment que Darius Rochebin était à côté de la plaque.

      Il n’a pas bien compris que M. Ramadan était le médiateur parfait ou tout au moins une personnalité à consulter dans les médiations internationales par sa grande connaissance du terrain, ses réseaux variés ainsi que sa capacité à calmer les esprits..

      Il y a urgence à consulter des personnalités reconnues par la majorité des musulmans.

      Meilleures pensées analogues.

      Laurence

  5. Salam cher Tariq, et je dis un bonjour à tous les lecteurs. Je suis de votre analyse, mais ce qui me frappe le plus c’est le fait de votre impartialité quand il s’agit de dire la vérité à des frères musulmans, chrétiens, juifs ou les sans religieux.

    Je dirais à tous les hommes de raisons que le jour où les dirigeants des pays occidentaux feront comme M.Ramadan, il ne régnera sur terre que la paix.

    Quand on voit aujourd’hui les Etats unis faire les détours pour garder leur financement au profit de l’armée égyptienne et en même temps faire semblant d’être les plus démocrates de tous les pays du monde. A l’heure actuelle il n’y a que les imbéciles qui n’arrivent pas à comprendre le jeu des américains et ses alliés comme l’Arabie saoudite dans le conflit égyptiens.

  6. Salam,

    Je ne vois pas quel sont les alternatives face à ce « coup d’état militaire » soutenu par Israel et les Etats Unis. La finalité des Etats Unis c’est d’avoir la mainmise sur toutes les ressources, richesses des pays et si on s’y un peuple refuse à s’y soumettre les États Unis se permet tous les droits (tortures, guerres…) On l’a vu dans l’histoire des Etats UNis avec Le Viet Nam, Le Nicaragua, ETC

  7. Mr Tariq Ramadan, très bonne analyse de votre part des faits et des choses à venir en Egypte. Et ne voyez-vous pas venir aussi l’ère des Moubarak surtout après l’avoir innocenté et qui avant disons la révolution, pensait d’après les dires qu’il voulait mettre son fils à sa place. Donc, il faut vraiment une mobilisation courageuse de ce peuple pour arriver à changer le cours de leur histoire en leur faveur. Et Merci

  8. Le tour est joué en Egypte , il y’a une marge de temps très suffisante au façonnement de telle scène conçue habilement par les ennimis des islamistes , à savoir l’armée et les pays ayant un pouvoir internationnel , le coup d’état d’armé contre Morsi est devenu légitimisé qu’avec la mobilisation de masse populaire de jours précédant le renversement de Morsi , cela a été fait avec une minutie incroyable pour donner l’impression qui veut dire , on est avec le peule , il a réagi en montrant sans mécontentement à l’égard de la politique suivie par la confrérie des frères musulmans , l’armé en tant que responsable assumant la défense du peuple et la sécurité sociale a répondu favorablement aux cris de la population dite anti-Morsi et a intervenu violemment ce qui a été la goutte qui a débordée le verre , la situation actuelle appelle la conscience de ceux et celles qui se pensent appartiennent à un pays nommé Egypte , un devoir national dont les Egyptiens doivent répondre tous sans exception pour trouver une solution optimale et négociée , cela ne peut etre le cas qu’après un rassemblement populaire sur les memes buts et finalités parce que l’Egypte es en jeu , c’est pas seulement un président ou un parti politique ou le pouvoir , l’histoire glorieuse d’Egypte et le présent et le futur sont en péril si la situation continue à se dégrader et se détériorer jour après jour .

  9. slm , le général sissi pinochet a eu carte blanche, c’est une conspiration piloté par les dirigeants saoudiens (les wahabites salafiste)et la cia, les tamarods ont étais les idiots utile et ce qui est grave c’est que je n’ai vu aucun tamarod condamner la brulaté de l’armée, ils sont vraiment de mauvaise foie.
    les frères musulmans vont revenir a leur clandestinité,je ne suis pas devin, les militaires vont faire du contre terrorisme ,ils vont attaquer les coptes pour que les tamarod et les frères se détestent a jamais,plus le peuple restera divisé plus l’armée aura les mains libre.
    Et j’ai peur que la clique du général sissi pinochet ne soit jamais inquiété par la justice mais l’histoire nous réserve toujours des surprises, cette clique fera peut etre des erreurs ?le peuple égyptien se relèvera t il ?la place tahrir renaitra t elle de ses cendres? je l’espère

  10. Des muftis égyptiens comme Ali Gomaa, Amr Khaled – en concert avec Abderrahman Sudaïs (éminent cheikh saoudien) émettent des fatwas exhortant les soldats de l’armée égyptienne à tirer sur les manifestants, arguant que c’est de leur « devoir devant Dieu de protéger les institutions du pays ». C’est quoi ces fatwas à 2 sous ? Est-ce que les soldats sont vraiment à ce point bêtes pour y croire ?

    Ces cheikhs légalisent les meurtres de l’Armée et tentent d’alléger la conscience des soldats. Ces soldats, dont certains avaient zigouillé plus de 50 civils lors des manifestations, auraient donc de ce fait de sérieux problèmes de conscience. Ils ont raison. Là où ils ont tort, c’est de demander l’absolution des cheikhs – il n’y a pas d’absolution en islam, on ne lave pas ses péchés par une parole du cheikh. Par contre, il y a le repentir et un travail de fond pour demander le pardon du Tout Puissant (et des familles des victimes). Ce que les soldats égyptiens ont fait, ils devront en répondre tôt ou tard (ici bas, et certainement dans l’au-delà), et les cheikhs aussi, devront répondre de leurs actes d’incitation aux massacres.

    Dire qu’on va juger 3 leaders des frères musulmans d’avoir incité les « islamistes » à la violence… Les juges aussi auront besoin d’une fatwa en béton pour accomplir leur travail de façon super impartiale, en toute sérénité et la conscience hyper légère.
    Et tant qu’on y est, le général Al-Sissi, les chefs saoudiens et qataris, Obama et les Israéliens, tous les assassins de tout poil, et tous les marchants d’armes, il faudra leur refiler à tous des fatwas spéciales, sur mesure, et le monde n’y verra que du feu.

  11. Salam Aleykoum

    Que faire??? Pour ceux qui n’attendent pas après le secours de Captain America et sa bande!!!

    Sourate 10 verset 84/87
    بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ
    وَقَالَ مُوسَىٰ يَٰقَوْمِ إِن كُنتُمْ ءَامَنتُم بِٱللَّهِ فَعَلَيْهِ تَوَكَّلُوٓا۟ إِن كُنتُم مُّسْلِمِينَ ﴿٨٤﴾فَقَالُوا۟ عَلَى ٱللَّهِ تَوَكَّلْنَا رَبَّنَا لَا تَجْعَلْنَا فِتْنَةًۭ لِّلْقَوْمِ ٱلظَّٰلِمِينَ ﴿٨٥﴾وَنَجِّنَا بِرَحْمَتِكَ مِنَ ٱلْقَوْمِ ٱلْكَٰفِرِينَ ﴿٨٦﴾وَأَوْحَيْنَآ إِلَىٰ مُوسَىٰ وَأَخِيهِ أَن تَبَوَّءَا لِقَوْمِكُمَا بِمِصْرَ بُيُوتًۭا وَٱجْعَلُوا۟ بُيُوتَكُمْ قِبْلَةًۭ وَأَقِيمُوا۟ ٱلصَّلَوٰةَ ۗ وَبَشِّرِ ٱلْمُؤْمِنِينَ ﴿٨٧﴾

    INCHA ALLAH.

  12. Monsieur Ramadan,
    Monsieur Ramadan, je vous ais toujours écouté et toujours été en accord avec vos positions quel que soit le sujet car vous avez une approche religieuse intellectuelle qui ne trahis pas l’islam et permet au musulmans du monde modern de pouvoir exercer leur religion avec plus de clareté.
    J’ai un très profond respect pour vous, mais en tant que etre humain il est de mon devoir de me poser des question quand à votre relatif silence concernant la cause Syrienne; on vous entend beaucoup au sujet de l’Egypte et pour tout autre sujet, mais la Syrie et les massacre de Bashar très peu…
    C’est ici que ma surprise et ma déception se fait donc: Où etes vous sur le sujet Syrien ? Etes vous plus ou moins contraint de ne pas trop parler du fait de votre relation avec la chaine de télévision Iranienne Press TV ?
    Mon acusation est paut etre fausse auquel cas je m’en excuse d’avance; mais compte tenu de votre silence, permettez-moi d’émettre des doutes quand à votre position ou liberté de parle sur le sujet Syrien. Vous n’en parlez que trop vaguement…

    Cordialement.
    Un musulman qui vous respecte et qui ne veut pas etre déçu.

  13. Bonjour,

    On commence à y voir un peu plus clair, de ce côté-ci de la planète. Et on nomme les choses par leur nom : un coup d’Etat, sanglante répression et fausse symétrie (en parlant des procès de Moubarak versus ceux des frères musulmans).
    A lire donc, dans cet article du Monde Diplomatique du lundi 26 août 2013, signé par Alain Gresh (Egypte, chroniques d’une contre-révolution, partie 1).

  14. Salut a tous,

    Je vais le redire encore une fois et je pense que ça devrait être une où la dernière fois ou je le dirais, sachez cependant que je ne dis pas ça pour essayer de convaincre quelqu’un, chacun sa conscience a la fin et devra se débrouiller avec elle sur la balance au dernier jour.

    Voila la conduite a tenir et le chemin a suivre face a toute affliction : Je suis quelqu’un de bien et je me comporte comme tel. Comprenez ces mots, aucune (bonne où mauvaise) interprétation n’est nécessaire..

    Ne pas faire preuve de malveillance
    «Qui fait du mal à une âme d’homme fais tort à sa propre âme, et il n’y a pas pour lui de guérison à jamais. Qui pousse un homme dans un filet s’y prend lui-même, il n’y a pas pour lui de guérison à jamais; et qui pousse un homme à la condamnation, sa condamnation ne manquera pas à jamais.
    «Maintenant donc, mes frères, gardez vos cœurs de toute injustice que le Seigneur a en aversion, et surtout à l’égard de toute âme vivante, de toutes celles que le Seigneur a créées. Ce qu’un homme demande au Seigneur pour son âme, qu’ainsi il le fasse pour toute âme vivante. Car dans le grand siècle beaucoup de retraites sont préparées pour l’homme, des demeures très bonnes, des demeures mauvaises sans nombre. Heureux celui qui s’en va dans les bonnes demeures, car les mauvaises ne sont pas un lieu de séjour.

    Offrir les sacrifices et faire le charité de bon cœur
    «Et un homme, quand il s’engage dans son cœur à apporter un don devant le Seigneur, et que ses mains ne le font pas, alors le Seigneur détourne le travail de ses mains, et il n’en obtient rien; si ses mains le font, et que son coeur murmure et ne cesse pas d’en souffrir, le murmure est sans profit.
    «Heureux l’homme qui dans sa constance apporte le don devant le Seigneur, parce qu’il trouvera rétribution. Et un homme, quand sa bouche fixe un temps pour apporter un don devant le Seigneur, et qu’il le fait, trouvera alors rétribution; mais s’il laisse passer le temps fixé pour accomplir sa parole, son repentir n’est pas agréé, parce que tout retard fait scandale.
    «Et un homme, quand il couvrit celui qui est nu et donne le pain à l’affamé, trouvera rétribution; mais si son cœur murmure, alors il perd tout et n’obtient rien. Et quand le pauvre est rassasié, et que son cœur est méprisant, alors il perd toute sa bonne oeuvre et il n’obtient rien, parce que le Seigneur a en horreur tout homme méprisant.»

    Dernières exhortations
    « Maintenant donc, mes frères, gardez vos âmes de toute injustice, de tout ce que le Seigneur a pris en aversion. Marchez devant la face du Seigneur et servez-le, lui seul, et apportez toute offrande devant le Seigneur! Car si vous levez le regard vers le ciel, le Seigneur est là, parce que le Seigneur a fait les cieux; si vous portez le regard sur la terre et sur la mer et que vous pensiez aux choses souterraines, le Seigneur est là aussi, parce que le Seigneur a fait toute chose. Et aucune oeuvre ne se cachera à la face du Seigneur. Dans la constance, dans la douceur et dans l’affliction de vos tribulations, sortez de ce siècle de souffrance ! »

    Voila mes frères le seul chemin, il n’y en a pas d’autres, tous les autres mènent en enfer, tous. J’espère de toute mon âme et de tout mon cœur que vous avez compris ces quelques mots, car sachez, qu’il n’y a (hélas pour nous) plus de temps a perdre, vous devez maintenant choisir, ces mots ont un sens, ce n’est pas juste un bruit et du vent, ce sens est la direction, utilisez votre esprit pour traduire ce que votre cœur vous dit, et si vous le faites, vous saurez si la vérité est dans ces mots ou non, la paix mes frères, la paix dans son cœur et la seule issue, que la paix soit avec vous, tous et que Dieu ai pitié de nous !

    Courage et endurance a tous.

  15. Salam,

    J’aimerai savoir quel est l’avis de Mr « Tariq Ramadan » concernant une probable 3ème guerre mondiale?

    J’ai comme l’impression que tout se qui se passe en ce moment dans les pays « majoritairement » musulmans n’est qu’un complot mondialiste, ayant entre autre pour but d’affaiblir les peuples Arabes.

    D’ailleurs on voit bien comment ils s’acharnent sur l’Iran, étant donné que leur plan n’a pas aboutit sur cette région.

  16. Salame allikoum
    Tant que tous les partis islamique dans le monde entier ne changeront pas leurs slogans qui sont : LE DJIHED , ETAT ISLAMIQUE ET LA CHARIAA , ils seront détruits . Et aussi tant que les
    petromonarchies existeront il n’y aura jamais de paix dans le monde musulman.
    ALLAH prévserve nos fréres égyptiens de l’oppréssion militaire in challah.

  17. Salam aalaykoum

    L’armée Égyptienne est entrain d écraser la confrérie des frères musulmans et toutes personnes qui luttent contre la tyrannie militaire , vraiment cela est un massacre qu’on ne peut accepter .
    Un appel à tous les musulmans du monde pour soutenir nos frères opprimés en Égypte , ils ont besoin de nous plus que jamais .
    Leur situation c’est la notre , il est tant de se réveiller .

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Liens

University of Oxford

St Antony's College …

European Muslim Network

http://www.euro-musl…

CISMOR Doshisha University

http://www.cismor.jp…

Présence Musulmane (Amérique)

http://www.presencem…

«
»
X