Tweets récents

Main menu
Second Menu

Tariq Ramadan – Viens

J’ai de vieux souvenirs qui viennent me hanter

Au cœur de mes nuits, les yeux fermés, mon cœur éveillé

Je revois ces images, douceurs de mon enfance, blessures de la vie

Je n’arrive pas à dormir, mes larmes inondent mon corps, et mon esprit

 

Je te revois à table, tu me regardais, tu ne me regardais plus

J’ai cherché tes yeux pour savoir, et je n’ai jamais su

J’ai tellement eu mal, tu sais, j’ai pleuré pour te parler

Tu n’as vu ni les mots de mes larmes, tu ne m’as pas écouté

 

C’est vrai, tu ne m’as pas abandonné, tu ne m’as jamais frappé

Tu étais absent, j’étais seul et blessé

Ta violence était nulle part, papa, la blessure partout

Sans violence, c’est vrai, mon cœur porte pourtant la violence des coups

 

Je pense à toi, papa, tu es parti là-bas, et tu m’as quitté

Il fait nuit dans mon cœur et ma couche chavire dans l’obscurité

Toutes ces douleurs, ce soir, s’invitent dans mon lit

Je te ressemble tellement, tu sais, je n’ai pas les mots, et mes silences crient

 

Où es-tu ? Pourquoi m’as-tu laissé cette blessure et ces doutes ?

Il aurait suffi de m’aimer, de le dire, me murmurer la route

Tu n’es plus là, tu me parles, fallait-il ta mort pour que tu voies ma vie ?

Quelle est donc cette douleur qui fait saigner mon cœur et étouffe mon esprit ?

 

Je suis dans mon lit et j’essaie de comprendre le sens de cette vie

On fait comment quand l’aube est aussi triste qu’un enfant sans ami

Tu m’entends ? Là où tu es, t’a-t-on dit qu’un papa est l’amour et la main ?

Tu sais, toi, là-bas, ma tristesse, ma douleur, mes doutes et mes besoins ?

 

Là, papa, j’ai juste besoin qu’au chevet de mon lit tu entendes ton enfant

Ils disent que tu es parti, que tu es mort, que c’est fini, que je dois être grand

Viens papa, assieds-toi près de moi et dis-moi, maintenant, ce que tu taisais.

Maintenant, j’ai besoin, de toi, de tes mots, de tes caresses, faisons la paix.

 

C’est vrai, tu ne m’as pas abandonné, tu ne m’as jamais frappé

Tu étais absent, j’étais seul et blessé

Ta violence était nulle part, papa, la blessure partout

Sans violence, c’est vrai, mon cœur porte pourtant la violence des coups

 

Il fait nuit et je te parle. Je ne veux plus ni larmes, ni mots, ni confessions

Je ne veux ni me plaindre, ni crier, ni demander pardon

Je veux comprendre pourquoi la vie t’a fait absent et la mort si présent

Pourquoi, à mon âge, un père, dans la nuit, parle comme un enfant.

 

 

Je te ressemble tellement. Est-ce la destinée ou une malédiction ?

Mes enfants, tu sais, je vois dans leurs yeux et ta violence et mes questions

Jusqu’à quand portons-nous les blessures du silence et les amours sans mots ?

Parle-moi, s’il te plait, tu dois enfin connaître le secret des douleurs et des maux

 

Il est tard papa, assieds-toi près de moi. Écoute, je voulais que tu saches enfin

J’ai essayé, et j’aurais tant voulu t’entendre me dire le sens, ma main dans ta main

Il fait nuit et soudain je prie. Je ne dis rien et tu es là. C’est l’amour n’est-ce pas ?

Mon cœur saigne, cet amour fait si mal et personne ne voit, assieds-toi papa.

 

C’est un vide, une blessure, une torture qui chaque nuit m’étouffe. Tu es parti.

Je revois notre salle à manger, tes gestes, ta voix, tes yeux, tes mains, tes habits

Le temps est passé, je deviens ce que tu étais et je pleure que tu ne sois plus là

Je sais. C’est la vie, la mort, le manque, la douleur et l’amour d’un papa.

 

C’est vrai, tu ne m’as pas abandonné, tu ne m’as jamais frappé

Tu étais absent, j’étais seul et blessé

Ta violence était nulle part, papa, la blessure partout

Sans violence, c’est vrai, mon cœur porte encore la violence des coups

 

Le soleil se lève et je ne sais pas dire les mots de l’amour

Les enfants sont-ils nés, amputés pour toujours ?

J’aimerais tant, tu sais, offrir à mes enfants le rêve de cette nuit

Comme si ma blessure était leur cadeau pour la vie.

 

Je serai ton fils pour toujours et je serai leur père

Dans la nuit, j’ai vu les mots et la lumière.

C’est la vie n’est-ce pas ? Comme ma souffrance le dit

Viens papa, tu es parti et tu es là. Merci pour la vie.

 

C’est vrai, tu ne m’as pas abandonné, tu ne m’as jamais frappé

Tu étais absent, j’étais seul et blessé

Ta violence était nulle part, papa, la blessure partout

Tu es là ce matin, reste, j’ai besoin, dis-moi, dis-moi tout.

Traversées est un recueil de poésies mises en musique. Titre : Viens Auteur et interprète : Tariq Ramadan Producteur : Horizons Compositeur : Loyal Arrangements : No limit music Mix / mastering : CIK Video : DLM Prod Label : Wisdom Art Production LTD Genre : Poésie mise en musique

MOINS

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Liens

University of Oxford

St Antony's College …

European Muslim Network

http://www.euro-musl…

CISMOR Doshisha University

http://www.cismor.jp…

Présence Musulmane (Amérique)

http://www.presencem…

«
»
X