Main menu

Maryam Ramadan: «Je ne…

La fille aînée de l’islam…

Articles

L'épreuve

Comment faire ? Quelle dé…

Articles

Les chemins du cœur

On en parle si peu. On l’…

Articles

Te dire ...

Je sais qu’ils étaient no…

Articles

Les directives économi…

La décennie soixante-dix,…

Articles

La corruption

La dictature et le client…

Articles

L’absence de culture p…

À considérer la récente h…

Articles

Le cloisonnement des c…

Nous avons tenté de mettr…

Articles

Les « non musulmans » …

La coexistence, dans les …

Articles

Les « non musulmans » …

Nous venons de mettre en …

Articles

Les « non musulmans » …

On a tout entendu, du pir…

Articles

Les droits de l’Homme

On a beaucoup disserté su…

Articles
«
»
Second Menu

“La réussite” par Sara Khelifa

« La position prise dans le texte est celle de son auteur et pas forcément celle du site qui l’accueille et la publie »

Un oiseau se délivrant de sa cage, une fleur qui éclot dans un champ,  un navire atteignant le rivage ou les touts premiers pas d’un enfant.  À mes yeux, ce sont là des images de réussite pure, à son état le plus simple, sans aucun compromis. Mais il existe pour moi une autre vision de la réussite qui est  plus complète, et qui dépasse le cadre unique de l’individu pour se concentrer sur la collectivité. La réussite jaillit alors d’un effort mutuel, c’est comme une fontaine qui se remplit de plusieurs gouttes d’eau.   La véritable réussite est selon moi, celle que l’on bâtit main dans la main. Cela signifie qu’il faut unir nos efforts, nous entraider, être solidaires afin d’atteindre la réussite ensemble. C’est comme un château de cartes dont il suffit d’en retirer une  pour qu’il s’écroule au complet. C’est comme les abeilles qui réussissent une tâche prodigieuse en travaillant de concert, comme une entreprise où le travail de chacun, du simple ouvrier au grand cadre, compte.

 

Toutes ces réussites sont matérielles, mais il en est d’autres abstraites, plus fortes et plus puissantes encore. Réussir ensemble, ce peut être se taire, simplement se taire, car on est souvent à la recherche de mots pour se faire entendre, mais parfois le silence est plus parlant. Ce silence qui ne peut se faire que si tout le monde y concourt,  si personne ne fait de bruit. Pour moi, il apparaît comme un symbole de réussite, car il y faut un véritable travail d’équipe, et il émane de cette profonde unité des gens. Le silence est cette chaîne où tous les maillons se soutiennent, cette trame où mille notes concourent à l’harmonie.

 

Comme en musique, il y a plusieurs nuances de silence, porteurs de réussite ou d’échec : silence à l’unisson, silence discordant parfois. Ce silence qui retombe sur les ruines après une guerre…Ce silence qui réduit à néant les peurs, cette angoisse des bombes tombantes, des mitraillettes, des cris désespérés, des couvre-feux, des sirènes d’alarme… C’est le silence de paix qu’il faut faire entendre, car la plus grande réussite au monde est celle de pouvoir vivre en harmonie. Notre réussite est une porte d’entrée sur l’humanité, un chemin de l’obscurité vers la lumière, car nous sommes dans l’obscurité! Nous avons beau atteindre toutes les réussites possibles, tant qu’il y aura encore des gens qui crient au secours, qui voient sous leur yeux leurs enfants périr dans cette souffrance, il y aura toujours sur nos épaules ce fardeau des cris ou du mutisme désespéré. Tant qu’il y aura encore des gens au cœur rempli de douleur à la vue d’un être cher, mort enseveli dans les décombres, il n’y aura pas véritablement de réussite. Cette injustice toujours présente, ces peuples opprimés, cette trahison du caractère sacré de la vie humaine, cet abandon des hommes par les hommes…  Il n’y aura de réussite que lorsque ces mots n’existeront plus, et qu’ils seront  à jamais réduits au silence dans notre vocabulaire et dans notre vision du monde.

Comme l’a montré le violoniste Isaac Stern, le silence dans la musique est créateur d’euphonie, comme dans la réussite où il crée l’harmonie. Il est risqué de réduire la guerre au silence, mais il faut prendre ce risque pour sauver l’innocence. La réussite n’est jamais assurée, et pour l’atteindre, il faut savoir oser tenter sa chance. En tenant un tel discours, je prends le risque de ne pas vous plaire, mais c’est ce risque qui me permet d’aller de l’avant. Alors, risquons-nous à aider les victimes de massacres, de génocides, car c’est de cette façon que l’on a une chance de maintenir la paix. Nous ne pouvons réussir du premier coup à bannir cette rage meurtrière, mais tant que l’on s’y efforce, on est sur la bonne voie. Il faut que ce silence, signe de victoire et d’harmonie, règne à nouveau pour qu’on puisse dire que l’on a véritablement réussi.

« La position prise dans le texte est celle de son auteur et pas forcément celle du site qui l’accueille et la publie »

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Liens

University of Oxford

St Antony's College …

European Muslim Network

http://www.euro-musl…

CISMOR Doshisha University

http://www.cismor.jp…

Présence Musulmane (Amérique)

http://www.presencem…

«
»
X