Tweets récents

Main menu
Second Menu

Egypte : Une élection pour rien?

La confusion règne en Egypte. La mobilisation populaire, qui avait été initiée le 25 janvier 2011, avait permis de déloger le président Hosni Moubarak et d’ébranler, apparemment, son régime dictatorial. L’optimisme était partout présent : « le printemps arabe » voyait le jour, la « révolution » était en marche, le peuple avait eu raison du dictateur et entamait fièrement sa marche vers la liberté. Les voix plus prudentes, appelant à analyser plus profondément les données de l’équation politique nationale et régionale, étaient critiquées, disqualifiées d’office, parce que colonisées par un pessimisme dangereux ou complices des intérêts inavoués de l’Occident. Plus gravement, disait-on, ces voix manifestaient un doute inquiétant vis-à-vis des peuples arabes et de leur capacité de se libérer du double joug des dictatures et des diktats des grandes puissances. Les Egyptiens, comme les Tunisiens ou les Yéménites, assurait-on, s’étaient libérés seuls et avaient collectivement pris leur destin en main. En douter revenait à douter de soi, de l’ « être arabe », douter du sens de l’Histoire : le doute était, de fait, « coupable ». Dans mon livre, L’islam et le réveil arabe (1), j’ai formulé quelques réserves sur l’origine et la nature même de ces soulèvements. Je fus critiqué en Occident (pour une soi-disant tentation conspirationniste) comme dans le monde arabe et majoritairement islamique (pour cette même tentation et surtout pour mon manque de confiance dans le courage des peuples arabes). Et pourtant.

Or la situation en Egypte nous impose de dépasser l’optimisme émotif des premiers mois pour revenir à une étude plus raisonnée et raisonnable des faits et des enjeux. Depuis le début du soulèvement populaire, force est de constater que la seule institution qui n’ait jamais vraiment perdu le contrôle de la situation est bien l’Armée. Après quelques hésitations (essentiellement dues à des tensions entre le clan des pro-Moubarak et une majorité de militaires désireux de se débarrasser du gênant leader tout en protégeant leurs prérogatives et leurs intérêts), la hiérarchie a d’abord décidé de ne pas intervenir (suivant l’exemple tunisien) et de laisser le peuple protester jusqu’à la chute du dictateur. Le Conseil Supérieur des Forces Armées (CSFA) a ensuite accompagné, voire piloté, chacune des étapes de la refondation des institutions : les élections parlementaires, la commission chargée de l’écriture de la nouvelle Constitution, l’officialisation des partis politiques et de leur candidat aux élections présidentielles, le procès de l’ancien président, etc. Jamais l’armée n’a perdu le contrôle des opérations et à chaque étape elle a imposé aux représentants de la société civile et aux partis politiques de composer avec elle. Les divers candidats, les Frères Musulmans comme les salafis, ont dialogué, rassuré (quant aux possibles futurs procès des responsables de l’armée) et déterminé les termes d’un accord possible avec l’institution militaire. Il faut dire et rappeler que celle-ci ne représente pas seulement la « force armée » en Egypte mais un pouvoir financier qui a de puissants intérêts dans de nombreux secteurs de l’économie égyptienne.

Depuis quelques semaines, les choses se sont accélérées et ce qui était perceptible dans les coulisses est désormais apparu au grand jour de façon opportune et parfaitement calculée. La commission chargée de l’écriture de la Constitution a été jugée non constitutionnelle et stoppée. Hosni Moubarak, vieux et mourant, a été condamné et ses jeunes enfants acquittés quelques jours avant le premier tour qui consacre la courte victoire des Frères Musulmans. Impossible de fait de contester la transparence du processus électoral. Entre les deux tours, c’est le Parlement qui a été dissous (pour des irrégularités, dit-on) et les prérogatives du futur président ont été réduites de façon substantielle (le vrai pouvoir décisionnaire est transféré vers le pouvoir militaire). Alors que les deux candidats annonçaient leur victoire respective, la proclamation des résultats a été ajournée. Muhammad Morsi a été annoncé vainqueur d’une « élection démocratique historique ». Voire. Les fondements institutionnels et légaux de ladite élection présidentielle ont volé en éclat au gré de ces décisions : le président élu exercera un pouvoir sans autorité et sera gratifié d’une autorité symbolique sans pouvoir. Les responsables de l’armée n’ont pas hésité à annoncer que cette élection pourrait même temporaire et qu’il faudrait revenir aux urnes quand la Constitution et le Parlement seront rétablis, dans une période de six mois. On murmure même que le poste de Premier ministre a été négocié, avec une possible, et très opportune, réapparition de Muhammad al-Baradei sur qui l’administration américaine avait beaucoup compté (2). Des élections pour rien, somme toute.

A moins qu’il s’agisse du temps nécessaire à l’armée pour reprendre définitivement les choses en main en ayant fait perdre de leur crédibilité aux acteurs politiques. Les Frères Musulmans ont commis une succession d’erreurs stratégiques qui leur a fait perdre une partie de leur popularité et, symboliquement aux commandes, les défis à relever sont inextricables. Les salafis sont un épouvantail utile (comme c’est le cas en Tunisie) et les autres forces politiques sont désorganisées, voire profondément divisées. Par ailleurs, il faut rappeler les intérêts très forts qui lient l’administration américaine et l’Union Européenne, à la hiérarchie militaire égyptienne depuis des décennies (contrairement aux analyses trop rapides formulées au gré d’un étrange oubli de l’histoire des relations internationales dans la région). La situation en Egypte est très inquiétante, comme elle l’est d’ailleurs en Syrie, en Lybie, au Yémen, au Bahreïn et, dans une moindre mesure, en Tunisie (il se pourrait d’ailleurs que les relatives avancées en Tunisie –même si rien n’est encore gagné en termes de démocratisation réelle – soient un écran quant aux échecs de tous les autres pays).

Où est passé donc le « printemps arabe » ? La seule vraie révolution qui se soit concrétisée est une « révolution intellectuelle » : les peuples ont pris conscience qu’ils pouvaient devenir maîtres de leur destin et, dans un esprit non-violent, renverser les dictateurs. Ce n’est pas rien et c’est la condition des révolutions sociales et politiques que nous appelons de nos vœux. Quand les grandes puissances semblent s’être mises d’accord pour ne pas trouver d’accord sur la Syrie, quand les anciens alliés des dictateurs prétendent aujourd’hui être les plus grands amis des peuples et des démocraties, quand rien n’est gagné encore sur le terrain politique ; il appartient aux peuples de rester mobilisés, de ne rien lâcher et – en évitant le piège de la violence aveugle (que l’armée égyptienne pourrait à un moment encourager pour justifier une reprise en main du pays) – de se mettre d’accord sur les priorités de la résistance démocratique. La force des mouvements venaient de leur solide union contre les dictateurs : leur faiblesse tient au manque de leadership quant au fait de dessiner les contours d’une vision partagée du futur. Les mobilisations nationales doivent se penser au cœur de dynamiques régionales, de nouvelles relations économiques Sud-Sud, et en tirant profit des nouveaux rapports de force du nouvel ordre international multipolaire. Si l’énergie des soulèvements veut se transformer en force révolutionnaire, il faut que les voix que l’on entend sur la place de la Libération (Midân at-Tahir) disent désormais davantage que leur espérance de la fin du régime mais détermine plus lucidement et plus clairement les priorités nationales et régionales de leur résistance. La mobilisation populaire est nécessaire, alors que le projet révolutionnaire reste encore à établir et à faire.

Source: http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/29/les-elections-legislatives-et-presidentielle-egyptiennes-n-ont-servi-a-rien_1727007_3232.html
—————————————————————-
(1) L’islam et le Réveil arabe, Presses du Châtelet, Paris, 2011

(2) Voir mon analyse, Islam et le Réveil arabe, op. cit. chapitre 2

28 commentaires - “Egypte : Une élection pour rien?”

  1. UNE brillante analyse mon frere Tariq
    il faut désormais que le peuple égyptien continue à protester contre la dissolution du parlement
    quand les USA nous laisse tranquilles??? ,,,,, merde!!!
    que le Dieux nous aide ,amin ya rabbi
    chokran Professeur


    1. على الجزيرة مباشر مصر من ربع ساعة ..
      مراسلين لقنوات معينة بيصوروا جموع المؤيدين لقرار عودة البرلمان
      و يزيفوا الموقف و يقولوا إن هم دول المعارضين للقرار ..
      و لما وقف الناس و قالوا لهم أنتم كده بتدلسوا على الشعب بعرض الموقف بطريقة عكسية .. راح مراسل قطع قميصه و قال الإخوان أهم بيضربونى ..
      التدليس و التزييف ده مكانه عشرينية عوكشة زى ماكانوا بيصورا أجزاء من التحرير و يذيعوها على إنها من المنصة ..!
      إنه الإعلام المزيف العميل .. يارب أكون عرفت أوضح الأمر

  2. Malheureusement il est plus facile pour les Frères Musulmans d’être dans l’opposition sans avoir de pouvoir politique. La dure réalité arrive bientôt : Israël, leur positionnement face à l’Iran, au Hezbollah et au Hamas. J’espère qu’ils vont d’abord penser au peuple : éducation, reprise en main de la sécurité, justice sociale et ramener la confiance au sein des coptes.

  3. Il est vrai que l’occident est derrière toutes ces stratégies qui leur protégeront leurs intérêts dans le monde arabe; tel que la « dissolution du parlement » ou le choix des dirigeants …etc. Mais quand beaucoup d’analystes comme Dr T. Ramadan parlent d’une succession d’erreurs des frères musulmans, n’est il pas stratégique de leur part « des frères musulmans » de négocier une partie du pouvoir sachant que ni usa ni israel ni l’europe laisseront l’Egypte devenir une démocratie ou céderont la totalité du pouvoir aux frères musulmans?
    N’est il pas judicieux de la part des frères musulmans d’accepter de compromettre avec les corrompu de l’Egypte afin d’éviter d’aggraver la décadence du pays en situation économique faible, surtout quand on est en face d’un occident qui est prêt à tous pour protéger ses intérêts, même à intervenir militairement! comme c’était le cas en Irak, en Afghanistan, …et dernièrement en Libye.

  4. Monsieur Ramadan,
    J’apprécie l’analyse que vous avez faite et je partage un grand nombre de points soulevés dans votre article. Néanmoins, sans faire preuve d’un optimisme démesuré, je ne crois pas que cette élection soit pour rien.
    Résidant en Égypte depuis 23 ans, je crois que la vision de l’Égypte de l’extérieur et de l’intérieur même du pays vous donne plusieurs perspectives, celle de l’espoir demeure pour moi très vivante.
    J’espère aussi que nous aurons la chance de vous recevoir en Égypte très prochainement pour une conférence qui serait vraiment des plus appréciées.
    Je vous remercie pour vos écrits qui m’inspirent toujours beaucoup.
    Que Dieu vous garde !!

  5. « Allah est celui qui élève et Celui qui rabaisse »
    Morsi etait en prison en 2006 aujourdhui il est aussi de tous soubhanallah

    Etalis

  6. Assalam aleykum

    j attendais votre opinion, pour mieux comprendre quel est le recours possible lorsque un peuple se fait sciemment voler sa révolution comme c’est le cas en Egypte, que peut-on faire contre ces gens, dont vous parler justement, qui ont des intérêts à ce que les choses demeurent ainsi…

    vous parlez de non-violence mais eux sont armés jusqu’aux dents alors que faut-il faire? Faire preuve de patience encore et toujours? Et le jour où l’armée recommencera à tuer des innocents, on continue à rester les bras croisés…? Je me dis juste que tout ceux qui ont parlé de non-violence ont été assassiné lâchement par des fous nous dit-on, à chaque fois, ce sont des désiquilibrés comme par hasard qui les tuent…Gandhi, Martin Luther King, Malcolm X, et tellement d’autres.

    Est-ce que l’on attend que l’armée recommence à tuer et la situation devienne comme en Syrie***? Ou on leur fait savoir directement que nous ne sommes pas dupe et que nos droits nous les voulons de suite que celà plaise à l’armée ou non, ils sont sensés défendre le peuple ou alors il faut s’en débarrasser complètement celà ferait tellement de gens qui pourraient se rendrent utiles au peuple (en trouvant un métier honnête enfin) et non aux banquiers et autres usurpateurs.

    *** (D’ailleurs en ce qui concerne la Syrie j’aimerais bien que quelqu’un ait la gentillesse de bien vouloir m’expliquer ce qui est le mieux pour les musulmans? Beaucoup de Syriens qui ne sont pourtant pas Alaouites me disent que tout allait bien avec Assad auparavant et que tous vivaient en paix, que se sont bien des groupes armés par les occidentaux qui ont commencé à tuer des innocents et lorsque MEME VOUS vous nous dites que la « communauté internationale » comme c’est si souvent son habitude partout dans le monde, devrait intervenir et « aider le peuple Syrien » je ne comprends plus rien. Aujourd’hui on voit que le gouvernement soumis de Turquie envoie des avions se balader au-dessus d’un pays en guerre et après il se plaint et va jusqu’à menacer avec son ami l’OTAN, la Syrie, lorsque celle-ci, abat ces avions probablement en reconnaissance pour une prochaine attaque de notre belle « communauté internationale » connue pour ses gestes magnanimes envers les pays encore insoumis).

  7. Que faire ?

    M. Ramadan pose la fameuse question de Lénine … mais se garde d’y répondre.

    Comment résoudre le problème du déficit public de l’Egypte, 30% pour l’exercice 2012/2013 ?

    Quelle politique sociale envisage-t-il a l’Egypte pour freiner l’expansion démographique dans un pays déjà en dépendance alimentaire critique ?

    Quelle réforme du système éducatif propose-t-il d’entreprendre pour extraire un tiers des Egyptiens de l’analphabétisme ou de l’illetrisme, former des travailleurs productifs et des cadres nécessaires au développement d’une société moderne ?

    1. A Mr Laurent Szyter

      comment faire pour freiner l’expansion démographique dans un pays déjà en dépendance alimentaire?
      Il faut savoir que dans un pays où tu te fais voler le produit de ton labeur, par des élites mise en place avec l’aide des puissances occidentales, et à l’encontre de la volonté du peuple, ta seule sécurité est de faire beaucoup d’enfants qui ramèneront plusieurs salaires qui permettront à la famille de survivre décemment en étant solidaire. Mais bon il est plus facile de penser que les gens sont retardés et voient qu’ils vivent dans des conditions défavorable mais continuent à faire des enfants juste parce-qu’ils n’ont pas la rigueur des occidentaux.

      En résumé selon la plupart des occidentaux il faudrait faire comme en Chine n’est-ce pas? Un seul enfant par famille! Cependant on continuerait à piller leur ressources…
      La dépendance alimentaire ne vient pas des Egyptiens mais bien de cette arnaque de libre- échange et du fait de cette politique qu’approuvaient justement ces dictateurs qu’on a délibérément encourager à rester, au détriment du peuple. Les aliments subventionnés venant d’occident sont un des problèmes. Tu voudrais des producteurs égyptiens productif? Pourquoi tu as une usine à délocaliser et tu cherches de la main-d’oeuvre bon marché?!

    2. Anouar El Sadat a changé d’alliance en 1979 parce que la politique économique d’inspiration soviétique avait été un échec qui menait le pays droit à la faillite.

      Quelle était cette politique économique « socialiste » ? Le développement d’une industrie lourde au dépens de l’agriculture et … l’importation massive de céréales en provenance d’Union Soviétique. Voila comment la dépendance céréalière de l’Egypte a commencé.

      Au début des années 1980 les coopérants US ont suggéré deux axes de développement pour éviter une catastrophe sociale en Egypte: la libéralisation de l’agriculture et le développement d’un planning familial.

      Le gouvernement égyptien a mis en oeuvre le programme agricole et la productivité céréalière des terres egyptienne – déjà exceptionnellement fertiles – a rapidement doublé pour atteindre un des taux les plus élevés au monde.

      Mais cela n’a servi qu’à postposer la crise alimentaire car strictement rien n’a été fait pour permettre aux femmes d’accéder aux moyens moderne de contraception.

      Le problème démographique actuel en Egypte n’est pas le fruit pervers d’une politique occidentale maléfique qui pousserait les ménages à faire un maximum d’enfants pour s’assurer la pension que le grand méchant ogre libéral leur aurait volé.

      La surpopulation egyptienne et la dépendance alimentaire sont les résultats directs d’un refus de l’émancipation féminine par la société égyptienne.

      Ironiquement, parce qu’ils ont refusé d’accorder à leur femmes le contrôle de la fécondité, les hommes égyptiens aujourd’hui se marient en moyenne dix ans plus tard que leurs pères (une situation frustrante qui explique assez bien la montée du phénomène de harcèlement sexuel en Egypte).

      Et, malheureusement, ce que les électeurs et les électrices viennent de demander pour l’Egypte c’est encore plus de bigoterie nataliste …

  8. Toujours aussi brillant dans votre analyse et surtout méthodique. Méthodique, et à mon avis plus théorique sans pour autant négliger votre parfaite maîtrise de la situation sur le terrain; vous prévoyez, pré-établissez en harmonisant les faits présents avec ceux annoncés dans votre ouvrage: « l’islam et le réveil arabe » !

    Je trouve votre analyse, en général, très mature et elle jouit d’une expérience bien plus que nourrie, elle fondée.

    A votre différence, modestement, je crois intimement qu’il y a d’autres paramètres qui sont très influents et déterminants: la vie de tous les jours, la fatigue des gens, leurs envies que tout puisse enfin s’arranger…etc. Ils veulent se reposer et reprendre leurs vies « normales ».

    El-Chamiri

  9. Salam aleykoum
    Si la situation est telle que vous l’a decrivez ,à quoi cela sert il que les voix de la place Tahrir fasse entendre leur priorité nationale et regionale de leur resistance.Quand une souris est prise au piège face au matou ,elle ne va pas se mettre à discourir sur les traités de la methode .Il faut parer au plus urgent à savoir un appareil repressif militaire qui etrangle et affame le peuple.
    Je ne sais plus qui a dit cela ,je crois que c’est Omar Mazri.La faiblesse de l’occident face à toutes ses revolutions c’est qu’elle se passe en meme temps et qu’il sera tres difficle à l’occident qui n’est que l’ombre de lui meme de tout controler etant donné le large champ d’actions à couvir.
    Quant à vos apprehensions ,malheureusement ,il est tres facile de pousser une jeunesse à prendre les armes .Il suffit de vouloir les exterminer jusqu’au dernier et ne guère leur laisser le choix de la voie pacifique.
    Par contre ,je ne comprends pas pourquoi vous dites que les FM ont fait des erreurs stratégiques.Les FM ont pas mal encadré les manifs pour qu’elles ne tournent pas mal quand des provocateurs de l’armée tirait du haut des toits sur le peuple.Et là ,la pire erreur qu’ils aient faites a été de participer à des elections qui au départ s’averait etre democratique .Devait il rester dans la rue et etre plus ambitieux dans les finalités de la revolutions.Là aussi,il n’est pas dit que les choses n’auraient pas mal tournés.L’armée egyptienne trouve ses ramifications dans toute la société egyptienne et a des interets colossaux à defendre.C’est la société egytienne dans son ensemble qui doit se regarder en face car tres peu n’ont pas participé à cette corruption institutionnalisé ,y compris ceux qui n’ont fait que ramasser les miettes

    1. bonjour,

      La souris n’a pas été créée pour discourir sur les traités de la méthode,l’être humain oui! 🙂
      Contrairement à la souris, l’être humain possède une mémoire, une intelligence, des capacités et un potentiel d’action lui permettant d’agir efficacement.
      Peser sur le cours des choses ne s’improvise pas.

      Il dépend de chacun d’exprimer toute sa potentialité!

  10. Un espoir ce jour :

    La justice égyptienne a suspendu l’autorisation accordée aux militaires d’arrêter des civils. Un espace de liberté qui pourra peut-être ouvrir des portes pour demain. On l’espère en tout cas.

    F

  11. Salam,
    A quelques differences pres, le scenario en Egypte ressemble a celui de l’Algerie d’il y a quelques annees ( la decenie noire ! ). N’oubliez pas l’histoire, c’est a chaque fois ce qui nous fait faire ou refaire les meme erreurs !
    Merci Docteur Ramadhan

    1. Salam Alikoum,

      Je suis d’accord, bien que je ne connait pas très bien le gouvernement Algérien mais c’est clair que les militaires égyptiens veulent gouverner… toutefois comme l’indique le titre, il arrive qu’un musulman(e), qu’un peuple, fasse un combat pour rien. Parfois, on peut se retrouver seul(e) face à un groupe d’injustes, parfois face à une armée, parfois face à un gouvernement mais l’essentiel est de résister à l’injustice de façon non violente et pacifique. Et même si à la fin on a le sentiment d’avoir combattue pour la vérité mais d’en être sorti affaibli(e) ou perdant(e), eh bien il faut se dire qu’il y a toujurs Dieu. Et Lui au moins, il voit toutes nos bonnes actions.
      bonne journée ma soeur

  12. Salamou alaykoum mes frères et soeurs

    Dieu seul est capable de proteger la région demandez lui dans vos prières la levée de sa malediction sur le monde arabo-musulman!
    Merci frère tariq pour vos analyses instructives.

  13. Oui, le clan militaire égyptien jouera toutes ses cartes afin de sauvegarder ses intérets statégiques ainsi que ceux de ses alliés avec le soutien de ces derniers.

    En revanche, il doit y avoir dans le corp même de cette institution militaire des officiers fidèles, intègres et honnêtes qui savent, connaissent bien et admettent que le peuple, duquel ils sont issus et auquel ils appartiennent, est le seul et unique propriétaire légitime du pays et de ses richesses et de ce fait il est la source unique de tout pouvoir et de toute législation y compris le droit constitutionnel.

    Cela a été clairement fortement confirmé maintes fois par le premier président élu légitimement à savoir M.MORSI lors de son discours hier à la place du tahrir au caire.

    Il faut savoir que certes, les militaires ont des objectifs qui peuvent converger à l’encontre de ceux du peuple, mais chaque personne physique ou morale en a, notamment un peuple et l’existence de divergences et de convergences d’objectifs et tout à fait évidente, mais le peuple égyptien, surtout après cette expérience révolutionnaire, est plus que conscient de sa volonté et sa force qui le méneront à la liberté durable, au développement réel et continu de son pays et de ses richesses et à leur répartition équitable et rationnelle.

  14. I was looking forward to this article after I’ve seen your interview on the 17th of June on Russia Today, It’s funny how you know alot about Egypt more than many Egyptians do .
    We all tended to believe that Ahmed Shafeeq will be Egypt next president ,

    So now that the Muslim Brotherhood has taken the seat , It so much suggests that they had the interest too , and that they chose to yield to US , especially after Muhammed Morsi was sworn yesterday and by that accepting « The Resumed Constitutional Declaration » if that how they call it , so I don’t think its just the Army who has the biggest interest behind that as you implied .

  15. ESSALAM ALEIKOUM

    Vous avez certes raison de voire la situation en Egypte osciller entre démocratie , théocratie ou renforcement du régime militaire ,mais le peuple Égyptien à mon humble avis a gagné sa seconde bataille après avoir eu raison du grand dictateur, de la plus grande Nation Arabe.Cette Nation égyptienne qui nous a ,toujours inspiré et fourni les meilleurs exemples dans tout les domaines.Moi en tant qu’algérien je suis fière de voire mes frères égyptiens prouver une fois de plus au monde entier que nous sommes des peuples qui lutterons désormais pacifiquement mais dans la lucidité loin de l’émotif ,afin de briser l’image du »leader Nationaliste ,charismatique sauveur de la Nation etc…. » qui en fait ne sont que les « bouffons du Roi de la finances Internationales  » gagnants à tout les coups et quelles que soient les situations ,pendant que leurs peuples subissent les pires des misères ,et fléaux sociaux.Une page de l’histoires vient d’être tournée en Egypte ,mais Maydane Etahrir ne doit jamais rester vide ni vacant ,car c’est la seule »ARME PACIFIQUE  » du peuple égyptiens que les révolutionnaires ne doivent troquer contre aucun autre moyen non pacifique,car les salaphis sont au aguets, et le moment d’entrer en scène peu se manifester selon » l’humeur des vrais détenteurs du pouvoir » aujourd’hui en Egypte ,mais je suis confiant en la jeunesse égyptienne et surtout les femmes qui ont beaucoup de retards à rattraper par rapport aux tunisiennes qui à mon avis son les première dans le monde Arabe,la femme égyptiènne doit se mobiliser aux cotés des hommes ,pour défendre les dernières lignes des cette seconde bataille ,et qu’il faut se préparer à une nouvelles grande bataille qui consiste à déloger les vieux militaires et les envoyer en retraite et instituer de vraies traditions démocratiques dans un pays qui n’a connu que le « Pharaonnisme » ALLAH MAAKOUM ESSALAM ALEIKOUM

  16. Salam aleykoum

    A Abdallah,
    Concernant la Syrie,comme l’a dit François Burgat ce n’est pas parce qu’on a employé des moyens illégaux (faire appel à BHL en Libye ) pour atteindre des moyens légaux ,que ces derniers ne le sont plus.Sobhana Lah ,les gens apres avoir attendus des decennies la chute des dictatures ,le jour ou cela arrive on vient le leur reprocher.Le fait que bcp de gens aient soutenus les dictatures de Kadhafi et maintenant d’un monstre tel que Bachar me choque profondément.Hier à la radio,on entendait vanter les reformes que bachar aurait fait ce qui est un mensonge flagrant ,puisqu’il a entamé des mesurettes au moment des premières manifs.Kadhafi etait un dictateur sanguinaire qui est rentré dans le rang.Il a promit de pomper le petrole en sur-régime pour faire baisser le prix du pétrole et de faire le flic envers les clandestins qui voulaient fuir le paradis libyens que certains nous ont tant vanté sur la toile.Comme l’a ecrit François Burgat dans son livre « l’islamisme à l’heure d’alquaida » Kadahafi a été domestiqué par la force impériale tout comme Nasser en son temps,tout comme tous les pays faisant partis des non alignés d’apres l’ere colonisation.C’etait le prix a payé pour se maintenir au pouvoir.Sinon,ils dégageaient fissa
    Certains ,quant à la question de la Syrie ont supputé que les victimes par centaines que l’ont voyaient sur le net , etaient les soldats loyalistes du dictateurs .Dans le deni ,on ne peut pas faire pire.D’ailleurs d’apres encore François Burgat ,tous ces pseudos nationalistes n’ont aucune legitimité historique et ont été placé par l’ex colons par des intrigues et des assassinats (ex l’assassinat de hassan elbanna )à la tete de nos pays dans l’unique but de contrecarrer l’accession des islamistes qui eux pour le coup ont une réel légitimité historique.
    Ce qui se passe en ce moment ,c’est ce que le prophète (SAWS) nous a annoncé ,la fin de la période despotique et le processus est en route ,avec peut etre des retours en arrière,mais jamais comme cela l’a été auparavant.Certains acquis democratiques comme la liberté de s’exprimer est irrémédiables.
    Si Bachar le despote tombe,il y aura un autre axe de resistance à Israel .Morsi a promis de s’allier à l’Iran en son sens.Il n’y a pas que les alaouites au monde pour defendre l’integrité de la palestine.Allah peut bien sortir des personnes encore meilleures qu’eux et qui respectent l’ethique islamique avec fidélité.D’ailleurs,j’avais lu sur la toile que Bachar el Assad faisait des tractations en sous-mains avant les premières manifs de mars 2011 pour reconnaitre l’etat d’Israel.
    L’occident voyant que les marrons sont cuits essaient d’acheter les nouveaux pretendants aux pouvoirs.Mais l’occident imperiale n’a pas compris que les musulmans ne sont pas à vendre,meme si de ci de là ,il peut occasionnellement des fruits pourris.Les gens ne comprennent pas forcément parfois l’attitudes des FM ,mais c’est parce qu’il calcule à long terme et que contrairement au FIS ,ils ne méjugent pas l’adversaire

  17. J’espère que Tariq Ramadan va ENFIN nous pondre un article SPIRITUEL à l’approche du Ramadan !!!

  18. as salam alaykoum

    En fait, de la même manière qu’on a de tout temps reproché aux « Orientalistes » leur lecture idéologique et non scientifique, bien qu’il y est eu des exceptions , il y a le risque pour un « observateur », de loin, d’être à la merci de « données » et d’analyses qui ne sont pas en phase avec la Réalité.

    Ce qui a fait la force du fondateur des FM, Hassan Al Banna, votre grand père (rahimahullah), c’est peut être cette partie inexpliquée et inexplicable de l’action de terrain, de la volonté du changement et de la Providence à profusion , qui fait qu’avec peu de moyens, « un accident », une bouée de sauvetage avant l’arrivée au gouffre… surgit là où on ne l’attendait pas.

    Il suffit de voir le peuple palestinien (ou afghan ou etc) et ce qu’il produit comme Ressources Humaines, malgré la supériorité numérique et technique de ses nombreux ennemis -coalition mondiale-, pour comprendre que l’Aube est proche.

  19. Je crois Mr ramadan que la teneur de votre article n’est pas en phase avec les évènements égyptiens. Vous voudriez et on le sent, pouvoir « conclure ».. Pour conclure, il faut un peu de repos comme notre société française vieillissante où on a le temps d’observer, d’analyser puisque les choses ne bougeront plus . Pour l’Egypte, nous sommes DANS la révolution où tout est révocable , où la montagne que vous voyez aujourd’hui aura peut être disparu demain libérant ainsi notre regard . Il n’y a rien à conclure d’une période révolutionnaire que l’Egypte a l’incommensurable chance de vivre. Demain est un autre jour en Egypte , chez nous ce n’est que la continuation d’aujourd’hui. On vit l’instant et c’est déjà beaucoup.

    1. @ Cyril

      Bonjour,

      La situation française n’est pas aussi calme que vous semblez le croire : la marmite est sur le feu.
      Demain la crise financière et l’austérité (qui entrainera encore plus d’austérité, sauf à briser les reins de la spéculation sur les titres de dette par le moyen de la loi…) pourraient très bien déboucher sur un soulèvement populaire dans la rue, (à cause d’un nombre toujours plus important de casses sociales et de mécontentement bien légitimes) ou sur une révolution citoyenne par les urnes dans cinq ans (en cassant la bipolarisation) : lorsque les français auront compris qu’ils se sont fait flouer par le PS et que ce parti a capitulé face à la finance, ils auront une autre marge de manœuvre que le simple vote utile pour chasser Sarkozy…
      Le problème est le suivant ; si ma projection est exacte , que le PS connait le même sort que le pasok en Grèce et se casse la figure (ce qui est historique: et les même causes produisent bien souvent les mêmes effet , la bas c’est Syriza qui a repris la main grâce à son discoure radicalement contre l’austérité) donc si le PS connait le même sort, disai-je, il est remplacé de facto par le front de gauche (je ne vais pas m’en plaindre, je suis militant pour ce cartel des gauches)
      En revanche une chose est à craindre pour dans cinq ans en France : l’extrême droite…
      Si vous observez bien ce que font les médias Français en laissant monter le FN et en lui donnant des gages de respectabilité, tandis que d’un autre côté les commentateurs instillent le fantasme de la peur du rouge, le parallèle avec les années 30 vous deviendra évident…
      D’autant plus évident que ce sont souvent les même commentateurs qui instillent une peur de l’islam et des arabes… (en ce sens les arabes deviennent les boucs-émissaires d’aujourd’hui, hier c’était les juifs, et demain se seront les chinois…)
      Bref, les processus révolutionnaires au sud de la méditerranée peuvent très bien trouver un échos en Europe, la France et la Grèce étant il me semble à observer de très prés…
      Une révolution citoyenne en France aurait à priori un effet de réplique dont on peut soupçonner le bénéfice pour les peuples des pays voisins, pays du sud de la méditerranée compris., je pense plus particulièrement aux peuples dont le processus révolutionnaire est en marche.

      Cordialement

  20. J’ai lu avec attention vos articles au sujet de l’Egypte.
    Je tiens à préciser quelque peu mon propos. Je soutiens les personnes qui sont sur leurs terres et qui revendiquent qu’ils sont en droit de pouvoir jouir de la souveraineté totale de leur territoires et des produits de ces derniers sans à avoir à se justifier à des étrangers. Cela implique que le peuple soit le souverain de ces territoires. Et de ce fait, l’ingérence occidentale dans vos politiques sont inacceptables, et si j’étais à votre place, je serai rouge de colère que des étrangers viennent dicter ce qui est juste à faire et ce qui est faux. Notons au passage que l’accession à un régime politique de type république ne garantis pas une démocratie. Toutes les républiques ne sont pas démocratiques.

    Cependant, si des traités ont été signés, il est dans votre devoir de les respecter et de les appliquer, et cela jusqu’à ce qu’ils soient dénoncés si vous les réfutez.
    Si certains de vos Etats ont un régime de type moniste, alors les lois du droit international ont une application immédiate dans la loi dudit Etat qui a ratifié lesdits traités, lesdites conventions, etc et si votre Etat applique un régime dualiste, alors les lois internationales doivent être transposées dans votre juridiction par une loi d’application. Les lois nationales qui contreviennent aux lois internationales peuvent être nulles et non avenues, si par exemple elles violent les lois fondamentales.
    Si des Etats ont ratifiés des accords, des traités en rapport par exemple avec les droits de l’homme ( et de la femme) alors ils doivent être appliqués jusqu’à ce que les processus de dénonciation soient complets et aboutis si le souverain légitime veut le retrait

    Allez jusqu’au bout de vos réflexions. Si vous n’aimez pas l’Occident et son impérialisme, réfuter ce dernier de manière pacifique et légal. En soi, la présence Occidental pourrait se résumer à ce constat : certains Etats arabes ne sont pas des reflets légitimes des volontés populaires et ne sont pas des vecteurs de stabilité et par conséquents, peuvent présenter des menaces à une paix – je préfère stabilité – durable. Ces instabilités sont sources de perturbations économiques néfastes.
    La courses aux armes nucléaires et autres armes de destruction massive est une quête vaine et idiote, même si cette dernière assure un fauteuil à certaines tables de négociation.

    Assurez-vous de garantir que votre indépendance culturel ne posera pas de problème au maintient de relations économiques et commerciales. Montrer que vous pouvez être de bons partenaires commerciaux avec des régimes politiques stables. Cela ne prend que quelques lignes à écrire, mais ce sera bien plus dure à effectuer.

    L’Occident vous considère comme des mauvais élèves. Alors montrez une fois pour toute que vous êtes adultes et dans votre droit légitime d’administrer vos terres de manière seule et que vous pouvez garantir la stabilité et garantir une économie.

  21. Je suis tout à fait d’accord, et certe pas le seul. Beaucoup d’Egyptiens sont conscient de la situation et du jeux bien evident que joue le conseil millitaire depuis le début. Cependant l’éspoir a fait vivre la revolution et un seul but, peut-etre naïf, se posait devant les yeux de chaque Egyptien, ce qui les a plus ou moins aveuglé des complots de l’armée, et ce but n’etait autre que: un nouveau president élu democratiquement qui viendra nous porter secours et tout mettre en ordre. Bref, le plus grand probleme actuellement, à mon avis, n’est pas l’armée mais plutot cet air pesimiste et frustré qui reigne dans le pays. Les jeunes ont perdu espoir, la flame revolutionnaire s’eteint peu à peu. Apres 18 mois d’éspoir, de patience et de lutte, les Egyptiens sont à bout de force. N’oublions pas que les raisons memes qui ont pousser ce peuple opprimé et torturé depuis si longtemps à se revolter n’ont pas disparru au contraire elles semblent avoir empirer .. Comment faire renaitre cette force interne qui a un jour uni ces millions d’Egyptiens dans les rues dans une revolution spectaculaire devant le monde entier? Comment redonner aux Egyptiens espoir?

Leave a Reply to MauritanienneCancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Liens

University of Oxford

St Antony's College …

European Muslim Network

http://www.euro-musl…

CISMOR Doshisha University

http://www.cismor.jp…

Présence Musulmane (Amérique)

http://www.presencem…

«
»
X