L’équation salafi

78
17539

Au moment où nous observons des développements politiques tant en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique du Nord, aussi bien qu’au Moyen Orient, il est essentiel de prendre pleinement en compte “l’équation salafi”, qui pourrait bien s’avérer être un des défis religieux et politiques les plus cruciaux des années à venir. Un an après le réveil arabe, les organisations et les partis politiques salafi sont en train de jouer un rôle de plus en plus actif dans toute la région du MENA. Les organisations salafi saoudiennes et qataries sont très actives sur le plan national et international. Elles soutiennent d’autres groupes salafi à travers le monde, en Afrique de l’Ouest (au Sénégal, Mali, Niger, Nigeria, etc.), en Afrique du Nord (au Maroc, en Algérie, en Tunisie), ainsi qu’à travers le Moyen Orient et en Asie (en Egypte, au Liban, en Indonésie, Malaisie, etc.), et ce y compris jusqu’aux pays européens et américains

Leur soutien est avant tout idéologique et financier, visant à propager un message particulier de l’islam au moyen de livres, de brochures, de conférences et de la construction de mosquées et d’institutions.

Toutes les organisations salafi ont en commun une approche extrêmement littéraliste des sources scripturaires, en se focalisant habituellement sur les dimensions visibles des références islamiques (règles et jurisprudence, fiqh) dans la vie quotidienne: comportement licite ou illicite (halal et haram), codes vestimentaires, rites, etc. L’approche salafi littéraliste gagne du terrain dans de nombreux pays (y compris en Occident) ainsi que parmi les jeunes, dû au fait qu’elle promeut une compréhension de l’islam qui se réduit à une vision en noir et blanc (halal-haram). Les musulmans, affirment-ils, doivent s’isoler des sociétés environnantes corrompues, et éviter l’engagement politique. Cette vision binaire du monde (les musulmans contre les autres, le bien contre le mal, la pureté religieuse protégée contre l’engagement politique corrupteur) a façonné, à travers les années, un état d’esprit religieux basé sur l’isolement, la défensive et des jugements virulents (qui fait partie de l’islam par opposition à qui est un dangereux novateur, ou se trouve même relégué hors de la foi). La grande majorité des salafi n’est pas allée plus loin que ces jugements théologiques : une toute petite minorité (évoluant en réseaux fermés et marginalisés), ayant le même état d’esprit binaire, a transformé l’attitude défensive en activisme politique agressif et parfois violent, se donnant le titre de jihadistes salafistes (as-salafiyya al-jihadiyya). Il n’y a clairement aucun lien idéologique et organisationnel entre les salafi littéralistes et les salafistes jihadistes, mais ces derniers ont porté dans la sphère politique le même état d’esprit que l’on trouve parmi les littéralistes en ce qui concerne les questions de comportement (y ajoutant la justification de la violence envers les régimes non-islamiques et “corrompus”).

Mais ces dernières années et ces derniers mois, nous avons pu constater un changement dans l’engagement politique des salafi littéralistes. Après avoir refusé durant des décennies la participation politique – assimilant la démocratie avec le kufr (le rejet de l’Islam) – ils s’engagent désormais en politique. L’Afghanistan, dans les années quatre-vingt-dix, fut un laboratoire déterminant où les Talibans (des traditionalistes qui furent dans un premier temps également opposés à la participation politique) devinrent la principale force de résistance à la domination russe, soutenus tant par le gouvernement saoudien que par le gouvernement des Etats-Unis. Aujourd’hui, nous assistons, comme on le voit en Egypte et en Tunisie, à l’émergence d’organisations salafi littéralistes actives et plutôt efficaces, ainsi que des partis politiques qui jouent un rôle critique en créant des débats et en modifiant l’équilibre politique au sein des pays concernés.

Les Etats-Unis ainsi que les pays européens n’ont aucun problème à négocier avec la sorte d’islamisme promue par les salafi littéralistes que l’on trouve dans de nombreuses pétromonarchies: ces régimes peuvent bien s’opposer à la démocratie ainsi qu’au pluralisme, ils n’entravent néanmoins d’aucune manière les intérêts économiques et géostratégiques occidentaux dans la région, ou au niveau international. Ils comptent même sur le soutien de l’Occident pour survivre: cette dépendance utile est suffisante à l’Occident pour justifier une alliance objective – avec ou sans démocratie.

L’administration des Etats-Unis, ainsi que d’autres pays européens sont pleinement conscients que les organisations salafi, basées en Arabie Saoudite, au Qatar ou ailleurs au Moyen-Orient, investissent des millions dans des “pays libérés” et en particulier récemment en Tunisie, en Libye et en Egypte (un rapport de la RAND Corporation* a mentionné un chiffre impressionnant: 80 million de dollars US investis avant les élections pour la seule Egypte). Pourquoi, se demande-t-on, les pays occidentaux apportent-ils un soutien direct et indirect aux idéologies islamistes qui sont de toute évidence en désaccord avec les leurs? Après près d’un siècle de présence active au Moyen Orient, et en particulier après la Première Guerre Mondiale, des administrations américaines successives, ainsi que leurs homologues européens, ont mieux compris comment elles peuvent gérer et tirer profit de la relation qu’elles entretiennent à la fois avec les pétromonarchies et avec l’idéologie salafi que ces dernières produisent et propagent. Les bénéfices sont triples:

1. Les pétromonarchies et leur idéologie salafi sont avant tout intéressés par le pouvoir politique et la crédibilité religieuse. Elles se focalisent – d’une manière conservatrice et rigide – sur les apparences politiques et des détails sociaux et juridiques; mais d’un point de vue économique ce sont des libéraux, des capitalistes qui se soucient peu de la référence éthique de l’islam au sein de l’ordre du monde économique néolibéral. En effet, ils le font même progresser.
2. Encourager les tendances salafi au sein des sociétés à majorité musulmane aide à la fois à créer des divisions au sein de ces sociétés et à empêcher les courants et mouvements réformistes potentiels critiques envers les politiques occidentales (islamistes réformistes, gauchistes ou même certains cercles soufis traditionnels) de gagner une crédibilité religieuse immédiate et naturelle (et une forte majorité au sein de leurs sociétés). Au lieu d’entrer dans un conflit frontal (ce qui, au contraire, unirait les musulmans), la stratégie la plus efficace pour l’Occident consiste à diviser les musulmans sur le fait religieux lui-même: en d’autres mots transformer la diversité naturelle entre les musulmans en un instrument de division efficace et utile.
3. La résurgence salafi crée des problèmes et une tension au sein de la tradition sunnite, ainsi qu’entre musulmans sunnites et chiites, étant donné que ces derniers sont considérés comme étant déviants par les littéralistes. La fracture sunnites-chiites au Moyen Orient est un facteur essentiel dans la région, en particulier quand on analyse la façon dont l’Occident et Israël profèrent des menaces contre l’Iran et la nature de la répression en cours en Syrie. La division est profonde, même en ce qui concerne la résistance palestinienne qui, durant des années, avait unifié les musulmans au nom de la résistance légitime. Désormais, la division est la règle, à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur, étant donné que l’activisme salafi (qui se soucie peu de la cause palestinienne) s’intensifie parmi les sunnites, tout comme entre sunnites et chiites.

Cette alliance stratégique avec les salafi littéralistes, tant sur le terrain religieux que sur le terrain politique, est essentielle pour l’Occident, car il est le moyen le plus efficace de garder le Moyen Orient sous contrôle. Protéger les pétromonarchies ainsi que leur idéologie religieuse tout en divisant les forces politiques capables d’unifier (telles que des alliances entre les laïques, les islamistes réformistes ou l’émergence d’un front uni contre la politique israélienne) oblige à miner les pays à majorité musulmane de l’intérieur. Les pays du nouveau Moyen Orient, tout comme ceux d’Afrique du Nord et de l’Ouest, sont confrontés à de graves dangers. Le facteur religieux devient un facteur essentiel et si les musulmans, les savants, les dirigeants religieux et politiques, ne travaillent pas à plus de respect mutuel, à l’unité et à la diversité acceptée, il est évident qu’il n’y aura pas de printemps arabe ou africain couronné de succès.

Les musulmans, et leur mauvaise gestion et faiblesse internes seront exploitées pour protéger Israël d’un côté et rivaliser avec la Chine et l’Inde de l’autre. Les pays à majorité musulmane devraient chercher à exister en tant que sociétés indépendantes qui ne continuent pas à servir des objectifs cyniques dissimulés. Les musulmans ont la responsabilité de ce choix, de crainte de finir divisés au nom même de cette même religion qui les appelle à s’unir.

*RAND est l’acronyme de Research ANd Developement (Recherche et Développement)

78 Commentaires

    • ESSALAM ALEIKOUM

      L’équation salafi
      Les salafi en Algérie contrairement aux mouvements Islahistes ,ont provoqué une fracture dans le système familiale algérien qui ,IN CHA ALLAH ira en s’amenuisant et disparaitre définitivement .
      Les salafi ,dans tous ces soulèvements arabes sont entrain de perdre leur temps et leur argent, car à mon avis et d’après l’expérience qu’on a vécu en Algérie et durant la décennie noire la plupart des salaphis ont montré leur vrai visages ,et se sont rallies aux barons du business .Ils se sont retirés du prêche politique , lançant des fatwa allant dans le sens de « TAAT EL HAKEM » ,pour se consacrer aux affaires de tout genres, mais la masse populaire ,celle qui a payé un prix fort durant la décennie noire ,a compris que ces wahabites n’ont, et n’auront rien d’algériens ,et quoi qu’ils fassent ,ils n’auront aucun crédit durable auprès des masses populaires ,c’est l’absence de liberté d’expression et de débats critiques qui bloquent le processus d’évolution de la pensée dans des sociétés ou la misère fait rage ,comme en Afrique subsaharienne.
      En Tunisie, en Lybie ou ailleurs se sont les programmes politiques qui auront des bilans positifs, qui seront aptes à gagner la confiance des peuples, les peuples ne sont plus dupes. Les islamistes qui sont au pouvoir aujourd’hui ne doivent pas crier victoire ou s’estimer heureux que lorsqu’ils auront gagné la batail du développement sur tout ses aspect .Seront-ils sur le terrain comme ils le faisaient avant, j’en doute fort ,il y aura toujours des exceptions de salafis sincères et pacifiques qui ont acquis la culture de « l’effort physique et intellectuel » comme seul garant d’un avenir meilleur et non l’argent facil comme credo ,car une fois que cette franche de salafis aura gouté au pouvoir de l’argent, ils seront comme les autres hommes politiques dans les pays arabes ,et ne penseront aux peuples qu’ à la veille d’une élection, et tout va rentrer dans l’ordre, mais les peuples doivent se battre pour que l’avenir de leurs enfants soit meilleurs dans une vraie démocratie et non une démocratie de façades qui plairait à l’occident et mettrait à genoux les peuples comme c’est le cas dans beaucoup de pays du tiers monde .

      Essalam Aleikoum

    • En Algérie;les déclarations du ministre des affaires religieuse réclamant aux imams de pousser les gens d’aller voté pour les législatifs du 10 Mai prochain m’hallucine car en retournant 20 ans en arrière la politique était interdite dans les mosquées et l’Algérie à lutter pour sa et à payé une facture lourde sur tout les plans ; Malheureusement on est revenu à la case de départ et cet constatation prouve que les pays de tiers monde ne sont pas indépendant et ne le seront pas pour demain .

    • A M. Tariq RAMADAN :

      « Créer un parti musulman » ? Mais non, qui sera mieux analyser et transmettre que vous ?

    • Salamouallikoum Tariq
      Dans le texte « l’équation salafi », tu écrit : »La résurgence salafi crée des problèmes et une tension au sein de la tradition sunnite, ainsi qu’entre musulmans sunnites et chiites, étant donné que ces derniers sont considérés comme étant déviants par les littéralistes. »

      Ma question est : est-ce que les chiites sont considérés comme déviant par l’ensemble des savants, ou bien une partie d’entre eux, ou bien uniquement par les littéralistes.

      merci pour ta réponse

    • Si j’arrive bien à comprendre votre choix pour cet article si intéressant, et dans une intertextualité avec celui du professeur Tariq Ramadan, ce sera dans la mesure suivante:
      L’islamité des sociétés majoritairement musulmanes ne se fut guère, n’était guère et n’est pas contradictoire à un esprit activiste, révolutionnaire et absolument socialiste. Ce fut plus proche de l’idéologie socialiste que celle capitaliste. Mais ce qui a bifurqué la voix de cette union stratégique (nonobstant les quelques différences idéologiques de ces deux philosophies, islamique et socialiste), c’est le soutien des occidentaux et le pragmatisme accru des salafistes. C’est l’origine même de cette animosité qui ne cesse de s’affirmer jusqu’à nos jours, même sous de nouvelles formes.

    • Pour ma part je dirais que l’union de toutes les personnes au sein des pays maghrébins est imppossible et l’évoquer est une utopie. On le voit bien, les « musulmans » étaient divisés bien avant la résurgeance de mouvements salafistes au maghreb et ailleurs. Qui peut nier qu’en prenant un échantillon de 100 personnes vivant au maghreb vous aurez forcéments des visions religieuses, politiques, sociales diamétralement opposées…. cela a toujours été et le sera toujours!

      Par contre, avant, comme maintenant, comme dans l’avenir, le pouvoir était, est et sera dirigé par un parti, une mouvence, un groupe qui a pris ce pouvoir soit par moyen militaire, par le biais d’élections, ou par le biais d’une révolution populaire…

      la différence est que aujourd’hui après des années de dictatures soit militaires (égypte) soit laïc (tunisie) soit ethno-politique (syrie, lybie) les peuples veulent un changement conséquent!

      admettons que les occidentaux ne s’opposent pas et que ce soit les salafi qui prennent le pouvoir un peut partout, il y aurait alors une veritable union politique, économique et religieuse au seins de plusieurs pays a majorité musulmane et de ce point de vue la ca serait véritablement un changement qui pourrait s’averer positif tant sur le plan mondial que sur le plan inter régional…

  1. Ce site devient lourd…

    trop de politique, trop de blabla…

    Le coté apaisant avec de beaux textes et rappels s’est perdu et sa fréquentation diminue à en croire le peu de commentaires à la suite des textes ou évènements de l’agenda…

    c’est bien dommage, c’était un site de belle qualité…

    • Cher ami(e), dans la vie et la religion il n’y a pas que de beaux textes et rappels qui apaisent (ça n’est pas ce qu’il manque d’ailleurs sur ce blog) mais aussi une volonté de se battre pour la justice, la dignité et la paix. La paix du cœur passe aussi par le combat de la raison. L’esthétique et le sens des textes ne sont la que pour éduquer le cœur et rappeler à la conscience la présence du Créateur, tout en montrant la Voie d’un rapprochement. Il n’appartient qu’a vous d’emboiter le pas et il en fera d’avantages vers vous…

    • Tariq Ramadan n’est pas là pour nous chanter des berceuses mais nous eveiller les consciences, traduire en mot ce que beaucoup d’entre nous pensent tout bas! Désolé je trouve que ce n’est pas honnete de juger La Qualité du site juste parce que vous n’appreciez pas ou vous ne voulez pas lire des certains articles qui justement en augmentent la qualité!

      Bien à vous.

    • Tariq ramadan est toujours là pour critiquer les gens qui essaient de suivre la sunna. Il ne connait rien et défend les chiites qui eux insultent la plupart des Compagnons (Ra) et mettent au même niveau ‘Ali (Ra) et Dieu (SWT) a’oudhoubillah. De plus, ils disent que Allah (SWT) s’est trompé de Prophète a’oudhoubillah. Il ne donne pas au tawhid la place qui lui convient. Le tawhid est le fondement de l’islam.
      Enfin, ils critique les salafis. Beaucoup se prétendent salafis mais un vrai salafi suit les enseignements du Prophète (SWS), selon la voie des pieux prédécesseurs (les salafs salih (Ra)).

      VOICI UNE LISTE DE CERTAINS SALAFS SALIH :
      -BUKHARI
      -MUSLIM
      -AHMED
      -TIRMIDHI…(RA)

      Voici une liste de Cheikh qui étaient Salafis :
      -IBN QAYIM (IL ÉTAIT SOUFI ET S’EST REPENTI ET EST DEVENU LE PLUS GRAND DéFENSEUR DES sALAFS SALIH après avoir rencontré IBN TAYMIYA)
      -IBN TAYMIYAH

      Et plus récemment :
      -AL ALBANY
      -AL ‘OUTHEYMIN
      -IBN BAZ
      -FAWZAN

      De plus, les soufis suivent un chef et la plupart des soufis que je connait et qui font parti de jama’at tabligh (secte soufi) accorde une importance à aller en Inde pour apprendre la religion. Mais sachez que le chef des soufis en Inde adorent les tombes.
      Je vous conseille de ne pas parler de ce que vous ne savez pas et ne critiquez pas les salafis qui veulent suivre la voie des salafs salih (Ra) et ne défendez pas les mouchrikin tels que les chiites ou certains soufis. LES MOUCHRIKIN SORTENT DE L’ISLAM ALLAHOU ‘ALAM.

      Tariq ramadan s’y connait peut-être en politique et maîtrise parfaitement la langue française mais pour ce qui est de la religion tournez vous vers les vrais savants car lui ne connait rien. Il est d’accord avec qardawi qui autorise l’intérêt qui est interdit dans le Coran et la musique qui est interdite dans le Coran et dans sahih Boukhari (Ra).
      Ramadan n’est pas un fatawi.
      FAITES ATTENTION

    • ce message est plus dommage encore,
      sous anonyma c’est facile d’avoir la critique facile.

    • salam, bonjour.
      Ce textes est l’un des plus important que Tariq est ecrit depuis ces derniers jours car c’est une analyse primordiale si on veut comprendre un temps soit peu ce qui se passe dans l’arriere cour.
      Alors remerçiont plutot Tariq de prendre le temps de nous livré son analyse est soyons à
      l’affut de ce qui se passe .

    • c’est pas de blablabla du tout. Venez voir ce qui est en train de se passer en Tunisie et tu vas découvrir que c’est pas du blablabla.

    • Salam,

      Je vous rejoins entièrement, ce site traduit désormais le dérapage politicien de Mr Ramadan. C’est vraiment dommage pour ce site qui était une oasis de spiritualité qui apaisait notre soif de connaissances au sujet de l’Islam, son éthique etc.
      Dr K.B

    • Assalam a3leikoum,

      Si je ne te rejoins pas sur le « trop de politique, trop de blabla » – au demeurant, j’attendais depuis longtemps un texte sur le salafisme, donc je ne peux que me réjouir à titre personnel- en revanche, il m’arrive de regretter ces beaux textes qui mariaient profondeur et intelligence, ces moments de spiritualité qui ont ponctué mon adolescence.
      Non, Tariq n’est pas là pour nous « chanter des berceuses » comme disait l’un d’entre vous, mais ces pauses spirituelles dans ce trop plein politique ne peuvent faire que du bien. Je les regrette. Je les regrette. Et c’est toujours avec émotion que je relis ces textes du passé, ces histoires pleines d’enseignements. Thierry ne nous a-t-il pas, à tous, donné envie de devenir enseignant? De même, si Oscar Wilde a pu dire qu’avant Turner, il n’y avait pas de brouillard à Londres, qui d’entre nous n’a pas appris à regarder le va et vient, le tumulte incessant des gens, après avoir lu « Un aéroport, à l’aube »? « Tu sais »…

      Je les regrette. Je les regrette.

      A bon entendeur,

      Paix.

    • Je trouve que cet article demande un effort de lecture – pour moi en tous cas. Mais il est très intéressant, très fin comme analyse, et ça vaut la peine de faire l’effort de lecture et de le ré-fléchir.

      Demander un effort au lecteur, c’est le tirer vers le haut : on n’est pas forcé de suivre, mais c’est mieux que de le tirer vers le bas. Quand c’est trop facile, ça ne demande plus de réflexion. Quand on fait comme ça à l’école, l’élève (celui que l’on pousse à s’élever) ne fait plus d’effort, le résultat baisse, l’école est devenue inutile.
      Cordialement. Marc.

  2. Salam,

    De toute façon , voyant l’état catastrophique de la communauté musulmane, je doute fort d’une possible réussite sur le plan religieux, sociale, démocratique et économique (notamment pour l’Afrique miné par la corruption et la pauvreté).
    Quand on voit ce qu’est devenue cette communauté vraiment il y a de quoi devenir malade. A part un miracle venant de Dieu, il n’y a aucun remède.
    C’est comme toutes les grandes nations, après la grandeur vient la décadence.

    • Salam Asmahan

      Ne dites pas cela svp car tout le travail du Pr. Ramadan est de faire en sorte que les musulmans, en règle général, se prennent en mains. Il travail afin que l’on développe l’énergie nécessaire à la transformation des sociétés.

      Il est clair que ce n’est pas facile et que le travail est conséquent mais au nom de la religion et le respect de l’intelligence que Dieu nos a donné, nous nous devons de faire le maximum, chacun à notre niveau.

      Sachez aussi que les choses avances plus que l’on ne le croit mais c’est évidemment pas cela que les médias mettent en avant. Il faut soutenir, encore une fois à notre niveau, toutes les forces réformistes qui se battent dans tous les pays arabes à transformer les sociétés pour plus de dignité, de justice et de démocratie et InchAllah Dieu accompagnera ces efforts.

      Bien à vous

    • Salam,

      … certains nombreux passages récents sont édifiants, dont il peut être, naturellement et outre des « torpeurs », des signes et des sens d’une certaine métathèse adynamique, la raison humaine et individuelle ne pouvant comparaître à toutes celles réunies et inversement par ensemble relatif, et, des questions et des réponses sont un nombre tellement, trop, réellement différent… troubles et tristes sorts en pilastre des natures d’une valeur étendue aux consciences humaines, du reste, les cieux de la terre comme la terre des cieux ne se clarifient-ils donc pas, ou si peu, partout de la vie, pourtant bien des âges s’indiquant la tolérance et s’invitant à bonne espérance, se rappellent humblement des passages autrement destinés et qualifiables au dehors de la paix et, s’interviennent patiemment comme des messages également inscrits et appréciables en principe à celle-ci, alors se dit-il et s’entend-il une nouvelle fois, des jeunesses et de chacun(e), nul(le) ne pense savoir et nul(le) ne pense ignorer en même temps, la réalité des valeurs plus claires, la bonté des raisons moins tristes, et la générosité des mesures communes, au cœur voulu donné et rapporté chaque jour à la Paix et à l’Humanité, Al Salam ou Al’Insa’nya, d’un être, des êtres, et des mémoires, d’ailleurs au delà de tout temps culturel et prescriptible, les champs d’une liberté ne s’entendent d’apparaître seulement entre ceux préalables indivises et composés de l’égalité reconnue et de la fraternité reconnaissante, et nul(le) ne saurait dire faire ou prétendre différemment aujourd’hui…

      …KHassan…Salam…merci…

    • salam ,pourquoi autant d’étonnement sur ce qui sepasse ? Lisez les signes de la fin des temps , on est en plein dedans .Tout ce qui se passe à été prédit par notre prophète (pbasl) Il faut rester lucide , s’accrocher à Allah et faire ce que l’on a à faire sans haine , sans être surpris . Tout à été écrit . Pour bien planifier , il suffit de relire nos hadiths et on sera éclairé . salam

  3. Salam aleykoum
    Je suis d’accord avec le message precedent.L’etat de la communaté est tel qu’il faudrait 2 ou 3 générations pour laver le cerveau des musulmans de toutes leurs scories idéologiques et de leur manquements de toutes sortes.Quand on parle à des salafis,il est tres difficile de les faires changer d’avis.Ils sont enfermés dans leur prison idéologique et sont terrifiés à l’idée d’en sortir comme s’ils n’adheraient pas vraiment à ce qu’ils racontaient.J’ai meme vu un salafi ,qui se considérant le top du salafi,ecrivait sur un site salafi des mises en gardes contre lui meme au cas ou il changerait de trajectoire et que les gens seraient tentés de le suivre.Cela va tres loin dans la parano parfois.
    Le printemps arabe n’a jamais commencé en réalité.Ceux qui pourrait faire qqchose n’ont pas vraiment le pouvoir et les divisions intestines nous gangrènent de l’interieur.Il n’y a qu’à voir l’irak,pour comprendre ce qui nous attend tous.C’est le projet des impérialos sionistes et qui est en passe de réussir au regard des evenements actuels.Tout le monde dit ,il y a un vrai changement,on peut pas retourner en arrière.Si on peut reculer et meme avoir pire que ce qu’on avait avant
    Vous avez dit dans votre article que l’occident et les saoudiens finançaient le salafisme de par le monde.J’aurais bien voulu que vous nous fassiez un topo de l’influence du salafisme de par le monde eu égard à l’injection des pétro dollars,histoire de comprendre la place de ce mvmt dans le monde musulman actuel

  4. Merci à vous Monsieur Ramadan de rappeler que l’idéologie salafie,qu’elle soit piétiste(donc apolitique) ou qu’elle soit violente et jihadiste,est et a toujours été l’alliée objective de l’occident.

    En effet,en se basant uniquement sur un jugement moral sur le caractère islamique ou non du pouvoir(islamique au sens littéraliste)ou en s’engageant dans des actes terroristes(en général dans des pays où il y a du pétrole),les salafis ne dérangent nullement l’occident,au contraire ils sont le prétexte qui va justifier soit une invasion militaire,soit l’installation de bases militaires(comme en ce moment dans le sahara où de mystérieux terroristes controleraient un espace aussi grand que l’Europe,alors qu’on vient d’y découvrir d’immenses gisements de pétrole,au Mali,au Niger),soit des mesures répressives et liberticides,soit la division.

    Il faut se rappeler que l’Arabie Seoudite,pays obscurantiste qui exporte cette idéologie,est le meilleur allié des américains depuis bientot un siècle!
    Monsieur Sarkozy qui, aujourd’hui fustige cet extremisme,lors de son voyage en Arabie Seoudite a dit qu’il s’agissait d’un « régime modéré »!
    Qu’aujourd’hui meme,Longuet,ministre de la défense est en voyage en Arabie Seoudite et au Qatar.
    Le Qatar qui semble investir dans les banlieues ,mais pourquoi faire?Quels sont les enjeux?
    Halte à l’hypocrisie!
    Si Sarkozy veut combattre vraiment l’extremisme en Europe qu’il demande à ces deux pays obscurantistes d’arreter de financer des mosquées,des écoles ou autres projets!
    Qu’il cesse de diaboliser les musulmans réformistes comme vous au lieu de donner la parole aux salafis payés par ses amis séoudiens ou qataris.
    Je suis peut etre pessimiste mais je ne crois pas du tout que les occidentaux vont changer de stratégie,après tout cette dernière a jusqu’à présent été payante:division,fragmentation du monde musulman,maintien des royaumes féodaux de la péninsule Arabique riche en pétrole.

    Pire,aujourd’hui ils essaient de pousser les salafis en Tunisie,en Egypte,au Maroc,au Sénégal,en Palestine pour contrer des mouvements réformistes tels que les frères musulmans,Ennahda ou le Hamas.

    D’où la nécessité de distinguer les courants islamistes qui sont très différents:en effet,les islamistes salafis sont les pires ennemis des islamistes tels que les frères musulmans ou Ennahda.
    Cette subtilité qu’on n’entend presque jamais dans les médias occidentaux où l’islamise serait un courant monolithique,ce qui est totalement faux que ce soit du point de vue idéologique,historique,politique ou théologique.

  5. Analyse très intéressante. Quand on voit également les évènements récents en France et qui stigmatise notamment le courant salafi, on peut se demander qu’elles seront les étendues des potentielles fractures ici et là-bas, sans parler des divers intérêts. Ces nouvelles configurations risqueraient, à l’avenir, de complexifier d’avantages l’équation globale (comprenant l’équation salafi) et pour conséquence, d’ajouter en matière de défis à la pensée musulmane. Enfin, je ne peut que souscrire à cet condition à la résistance par l’union, pour l’union, entre les membres de la communauté de foi musulmane (risquant d’être touchée de l’intérieur) et à s’engager pleinement tout en gardant espoir et confiance en Dieu.

  6. Salam,

    Ce que vous dites M. Ramadan a deja ete annonce il y a un bon moment par Alain Soral et qui rejoint egalement les analyses encore plus anterieures de Cheikh Imran Hossein.

    L’histoire s’accelere, les choses evoluent rapidement et le piege qui est tendu aux musulmans est simplement diabolique et nous allons tout droit vers la catastrophe.

    Nous n’avons plus le temps aujourd’hui. J’espere M. Ramadan, vous qui avez une certaine audience parmi les musulmans, qu’a l’avenir incha’Allah vous pousserai vos analyses bien plus loin que ce que vous faites aujourd’hui probablement par peur de subir la fatwa supreme du lobby que nous n’avons pas le droit de nommer.

  7. Ainsi donc le salafisme ne serait pas tant une menace en soi qu’un moyen utilisé, voir créé, par l’Occident pour diviser les musulmans à fin de « protéger Israël d’un côté et rivaliser avec la Chine et l’Inde de l’autre« . Voila une vision du monde paranoïaque et binaire qui n’à rien à envier à celle des salafistes.

    Entre un islamiste moderne comme vous et des prédicateurs arriérés comme eux, la grande différence finalement c’est leur franchise brutale et votre duplicité raffinée.

    Les salafistes incitent à la violence, vous niez la nature de leurs crimes.

    • Je ne pense pas que Mr tariq a nier le fait que le salafisme est dangeureux vous devriez peut-etre relire le text
      sincèrement…

    • Mr laurent Szyster, bien respectueusement, il est évident que vous n’êtes pas ici pour enrichir le débat d’une façon constructive, mais bien pour autre chose que cela!!! Bref, quand vous assumez que les salafistes incitent à la violence, vous ne dites pas pour l’intérêt de qui? Surement pas pour les populations des pays  » musulmans » dont la majorité n’adhère pas à ce courant salafiste.

  8. Excellent analyse du moment actuel qui vit le monde arabo-musulman; Nous avons besoin de plus de lucidité pour jeter la lumière sur ces pseudo courants hiératiques, extrêmement nuisibles et contre productifs!

    Le musulman de nos jours doit adopter une interprétation ouverte, intégratrice, tolérante et œcuménique de l’Islam!

    Merci M. Ramadan pour partager vos réflexions avec nous,

    Assalamou 3alaykoum

  9. Bismillahi arahmani arahim,
    Tout a fait daccord avec Tarik,
    je rajouterai que ces salafistes modernes made in… tombent dans leur propre piège,
    car ces gens là ne respectent ni leur proche, ni leur entourage, ni eux même, donc ou es leur paix (islam). On dit celui qui n’est pas en paix est en guerre, donc pour moi ce sont des alliés endoctriné et manipulé par les gens de la guerre. OUALLAHOU AHLAM.

  10. Je partage votre analyse, et vous remercie pour votre constance et votre honnêteté intellectuelle, qui vous vaut tant de critiques et d’ennemis.
    Quant aux personnes qui pensent que le site s’appauvrit, je leurs réponds au contraire.
    La spiritualité revêt 2 dimensions, une avec Dieu, et l’autre avec sa société.
    Nous ne pouvons plus nous cacher derrière notre petit doigt, il est nécessaire d’avoir une analyse critique sur le monde musulman, et le monde en général. Comprendre nos failles, pour mieux vivre dans notre monde, et mieux vivre sa relation avec Dieu.
    La division est le pire des maux de notre communauté. Nous pouvons avoir des points de vue différents et nous le devons même, mais toujours dans le respect de l’autre.
    Le monde change, et il est impératif d’avoir un éclairage sur les enjeux sociaux, économiques et politiques.
    Ne pas vouloir le voir et le reconnaître, c’est adopter une attitude d’exclusion sociale voire pire de lâcheté. Il faut cesser d’avoir une position toujours binaire, le bien le mal, le licite l’illicite, la foi la politique. Essayons de porter nos intelligences et nos coeurs dans la même voie, et d’appréhender le monde en toute lucidité et objectivité.
    Arrêtons avec ces raccourcis, il est temps d’affronter les problèmes de nos communautés, et de dire nous ne sommes pas dupes, nous combattrons pour l’unité, le respect et la dignité. Des femmes et des hommes sont morts dans ces révoltes, nous n’avons pas le droit, en tant que frères et soeurs de foi, de fermer le processus de démocratisation et de liberté, sous prétexte que nous devrions nous exclure de ces réflexions politiques. Que répondez vous alors à ces frères et soeurs en Syrie, qui vivent depuis plus d’un an dans la terreur: »ne faites pas de politiques, allez plutôt prier ». Nous devons penser pour un bloc et arrêter de penser pour soi ou sa mosquée. Nous avons le devoir de la pensée critique, et c’est le minimum de la foi.La prise de conscience est le pas vers la liberté, elle nous libère des autorités, du pouvoir, et rend hommage à notre intelligence.

  11. salam alaykoum,

    Article fort intéressant. On comprend mieux pourquoi T.Ramadan fait l’objet de tant de suspicion et de coup bas par ses adversaires. T.Ramadan à compris les maux qui rongent les sociétés musulmane ainsi que les minorités musulmane en occident. J’ai mis du temps à comprendre que le salafisme des banlieues (aspect le plus visible, barbe-qamis, et auto-exclusion) est le fait direct de l’importation de la « da’wa salafiya » d’Arabie S avec la quasi-complicité des autorités. Je pense notamment à l’aval d’Israel pour la fondation du Hamas pensant ainsi contrer le nationalisme de l’OLP par l’islamisme. Vielle technique datant de la nuit des temps.

    Sans remettre en cause certains des bienfaits de la da’wa salafiya, il est nécessaire, voir fondamentale d’apporter une certaine nuance. Si le salafisme insiste beaucoup sur le tawhid (unicité divine), on peut reconnaître le mérite à cette da’wa d’avoir mis à l’index le culte des saints, les sacrifices à autre qu’Allah qui ont cours dans de nombreuses contrées islamique.

    Enfin, on est d’accord ou pas avec certaines thèses de T.Ramadan, je pense personnellement qu’il est en avance sur son temps. Dans 20 ou 30 ans, voir après sa mort je pense que ses travaux seront reconnues à sa juste valeur. WaLahu a’lam.

    • Salam,

      Tariq Ramadan n’est nullement en avance sur son temps. Moi je connais des gens qui pensent qu’il est en retard.. ou plutot qu’il n’ose pas assez, qu’il a trop peur de la rupture avec les musulmans.

      c’est plutot la oumma qui est en retard… installee dans une mediocrite intellectuelle et j’en passe.

      Lorsqu’on cherche de nouvelles maniere de vivre, a un moment peut etre il ne faut pas avoir peur de la rupture, au risque de se faire traiter d’utopiste. Les soit disant utopistes du 19ieme siecle nont pas eu peur de la rupture.

      Katous

  12. Un groupe aussi critiqué et sali par les médias, ne peut être que la vérité. L’islam EST la vérité, la voie salafi est la base même de l’islam.

  13. Salem aleykoum

    Je suis tout à fait d’accord ave ce qui vient d’être dit par le Professeur.

    Je ne laisse jamais de message sur des sites de la sorte, meme dans aucun site d’ailleurs.
    Moi je suis fatigué de lire la même chose dans tous les commentaires des musulmans dans tous les sites et autres supports numériques. Là j’étais frustré et je me sentais obligé de contribuer humblement au forum.

    Le constat sur l’etat de la Oumma est bien connu depuis des lustres, on nous ressasse toujours les mêmes problemes, les mêmes fléaux, les mêmes difficultés, que cela soit au quartiers, en bas des tours, dans la rue, dans les cercles associatifs, dans les mosqées etc…
    Mais attendez mes chers gens ? pourquoi ne vous constituez pas en mouvement politique? pourquoi dans vos localités respectives, vous ne pourriez pas créer et developper un rapport de force? Pourtant on a des cerveaux, des talents, des idées, du dynamisme?
    Bon sang, dans certaines villes peu peuplées, vous vous présentez aux municipales de mars 2014 avec 300 ou 400 voix et vous devenez Maire. Ainsi vous prouverez et vous demontrerez vos qualités de bon gestionnaire, vous appliquerez cette fameuse éthique mohamedienne. Vous inculquerez les valeurs de justice sociale, de famille, d’éducation auxquelles le Coran en fait usage.
    Vous avez peur de prendre le pouvoir? non pas pour dominer et/ou agresser, prenez le pour l’offrir aux gens et être des alliés de la Paix. Vous n’êtes pas tout seul. Rappelez vos frères et soeurs qui ont réussi leur vie et qui se sont fait formater par la machine pseudo moderniste. Créer vous des partis, des mouvements politiques (faut arrêter les barbecues et autres tournois de foot en salle, faut arrêter les loukoums et subir les salemalek et la tape dans le dos des élus!! moi j’en ai honte) soyez les temoins de la diversité (pour eviter le communautarisme, ça on en veut pas ! ), nous sommes francais et nous avons aussi des choses a dire.
    Et surtout cessez de parlez d’immigration, de religion, de sport et de jeunesse. IL faut maintenant élaborer une vision qui imbrique la France vers de meilleurs lendemains. On entend pas de francais musulmans nous parler de fiscalité, d’economie, d’amenagement du territoire, d’education, de transport.
    Nos fidèles compagnons, notre prophète, n’etaient ils pas d’excellents gestionnaires, d’excellents leaders et refusant sans cesse l’injustice et la victimisation??!!
    Musulmanes, musulmans, allez quoi, on arrête nos verre de thé et nos metro boulot dodo, faut aller au charbon et remettre de l’ethique dans notre société…

    Wa salem aleykoum

    • @yass
      je dis bravo tu as trouvé le symptome et tu donne aussi le remède, je trouve ton analyse très pertinente.

    • votre intervention reflète beaucoup ma conception de la oumma, yass. Le vivier de gens intéressants existe mais est difficile à mettre en synergie.
      N.B. : un grand merci à M. Ramadan.

  14. Salam,

    Cher TR, ce texte est tres interessant.
    Personellement ca faisait longtemps que j’attendais que vous vous exprimiez sur ce sujet.

    Cependant incomplet.

    Que proposez vous pour regler le « probleme » des salafis.
    Est ce que vous voyez une maniere d’etablir un dialogue inter musulman sur les problemes que posent les salafis dans leurs interventions politico religieuses. Ont-ils eux meme (au niveau personel) conscience d’etre un outil ou d’etre manipules?

    ce que je n’arrive pas a comprendre c’est pourquoi ils arrivent a influencer de plus en plus de jeunes, meme diplomes.
    Pourquoi des soit disant personnes eduquees a Bac+5 ou plus trouvent-elles reponses a leur interrogations dans cette tendance?
    nous faut-il une armee de psychiatre?

    Salam

    Katous

    • cher katous,

      je comprend ton desespoir, je pense effectivement qu’il nous faudra bien une armée de psychiatres pour soigner l’armée d’amis et connaissance medecins pour la plupart que je connais et qui se satisfont de cet ersatz de religion qu’est le salafisme!
      ils nagent en toute bonne foi dans la médiocrité (halal/ haram et c’est tout) aprés plus de 10 ans de medecine! c’est dire à quel point le defi est immense… ou bien c’est nous qui sommes fous.

  15. Sur cette analyse je vous suis complètement, l’occident exploite les divisions de la communauté musulmane c’est vieux comme le monde mais toujours d’actualité !

    salam aleycoum

  16. Salam Aleykoum,
    Au nom de Dieu le miséricordieux, le très miséricordieux,
    Il y a quelque chose d’assez dérangeant dans ce texte du professeur Tariq Ramadan. Déjà, le terme d’équation laisse à penser qu’il faut la résoudre. Je ne trouve pas véritablement de réponses en parcourant les lignes. L’union, peut-être? Mais, on peut comprendre le texte comme une invitation à s’unir contre le courant islamique décrié. J’espère que l’union, si elle est bien l’inconnue de l’équation, comprend tous les musulmans, y compris les salafis. Parce qu’on ne s’ampute pas de la partie de la oumma sans arguments sinon c’est toute le oumma qui souffre. Concernant, la dahwa pratiquée, elle est louable et épargne aux nouveaux convertis les dérives chiites ( qui insultent pour une certaines parties les femmes du prophète (que la paix et la bénédiction soient sur lui)), les dérives soufis ( qui pour certains rejettent la prière)… Quoi de mieux que le coran, la sunna et la compréhension des pieux prédécesseurs. La parole divine, la tradition prophétique comme exégèse du message et la compréhension des pieux prédécesseurs qui avaient le mieux compris le texte. Il suffit de s’enquérir des histoires des compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) pour se convaincre de leur haute compréhension de l’islam qui se traduit dans leurs destinées exceptionnelles. Quant à l’interprétation littérale du texte,sachez que même les mécréants interprètent leur texte de loi de manière littérale. Il suffit de lire l’article 12 du code de procédure civile. Quand on s’éloigne du texte, on prend le risque de se positionner au dessus or on ne peut surplomber la parole de Dieu. L’interprétation littérale témoigne d’un profond respect, d’un amour et d’une crainte très grande des musulmans Hamdoulilah. Pour finir sur l’isolement des salafistes : Isolement est légitime car pour l’avoir vécu on ne peut se mélanger avec les non musulmans sans avoir des baisses de foi, sans entendre des obscénités, sans que la foi soit prise en dérision.

    • salem alikoum
      Mehdi, il n’ y a pas d’alliance possible avec les salafistes malheureusement. Ils considerent etre dans le »haqq » la vertité unique et tous les autres sont des égarés. La seule façon de s’unir avec eux c est d etre comme eux, de penser comme eux. Tu peux pas t’unir avec quelqu’un qui te traite d’innovateur, d’egarer….

  17. après l’occident fomentant en sous main les soulèvements arabes, voici l’occident protecteur et financier du salafisme ! Pathétique pour un intellectuel tout de même …

    Encore un effort professeur pour nous expliquer comment l’occident est parvenu à tuer toute velléité de recherche scientifique et tout les mouvements artistiques dans la péninsule.

    Les pays occidentaux feront avec les gouvernements dont les peuples se dotent. S’ils acceptent une dictature, on fait avec, s’ils se dotent d’une constitution démocratique tant mieux pour tout le monde. Sénégal ou Mali, même combat : le leur. La démocratie en Occident n’est pas tombée du ciel ni n’a été apportée de l’extérieur. Quant aux intérêts économiques et geo-stratégiques, si vous avez aimé l’occident vous allez adorer l’orient !

    C’est une lapalissade mais en dehors des problèmes qu’il pose, l’islam n’intéresse que les musulmans. Espérons que les salafistes serviront d’idiots utiles à leurs co-religionnaires pour engager une réforme populaire, pour le reste les chiens aboient et la caravane passe. Ce n’est pas l’islam qui dérange, mais les totalitarismes de toute nature.

  18. Salam Aleykoum,
    J’aimerais dire tout d’abord qu’il ne faut pas s’attendre à trouver une solution miracle dans cet analyse de Mr.Ramadan, en effet et d’après mon humble avis il s’agit plutôt d’une mise en garde incitant à une prise de conscience collective qui est à la fois nécessaire et urgente vue la gravité des conséquences que peuvent avoir des divisions au sein de nos sociétés majoritairement musulmans (et je parle en tant que citoyen de l’un des pays arabes et plus précisément la Tunisie, dans ce qui va suivre je vais surtout parler du cas de la Tunisie cependant je ne sais pas si c’est applicable dans le cas d’autres pays arabo-musulman, de plus je vais parler dans un contexte plus vaste que la communauté musulmane mais de toute la communauté arabe dans ces pays là). Cependant cette prise de conscience ne peut être réalisée dans un environnement empoisonné par des polarisations extrémistes et de faux questions et débats. Donc le majeur problème d’après ce que j’ai constaté est de briser ce brouillard que forme ces polarisations et faux débats qui pèsent lourd sur l’atmosphère de la société nourrissant des tensions et se manifestant par des actes de violence et de stupidité sidérante au point même qu’un citoyen en arrive à enlever le drapeau Tunisien hissé sur le toit d’une faculté et à le remplacer par un drapeau noir sur lequel écrit  »Al-chahâdatayn » en blanc et il est inutile de vous parler de la polémique qui s’en est suivie. D’autre part il faudrait commencer à poser les bonnes questions et ceci que ce soit dans le cadre d’un débat national ou de conférence bien et surtout honnêtement médiatisée. En effet je pense que dénoncer les faux débats et poser les bonnes questions sont des faits très liés étant donné la relation de dépendance existante entre les deux. Seulement voilà, dans le cours de ma pensé je me trouve coincé face à un problème de taille s’agissant d’une ignorance inquiétante et des problèmes divers provenant de l’exclusion de certaine communauté ainsi qu’un orgueil démesuré d’autres communautés qui nécessitent un réel effort d’analyse de fond et de compréhension afin d’assurer l’efficacité d’une sensibilisation ,et demande à la fois du temps et du dévouement, deux éléments qui manquent vue l’état actuel. D’autre part un autre fait me met dans le mal aise que je vois aussi comme un obstacle à considérer sérieusement, il s’agit de la rupture entre les intellectuels et la base populaire. Cet rupture forme une certaine résistance à la communication entre les deux classes intellectuelles et annule toute efficacité des solutions que j’ai proposé auparavant. Par où commencer ? Comment il faut procéder ? J’ai de grand espoir dans nos intellectuels arabes et je les invite à se pencher là-dessus .

  19. merci infinement monsieur tariq
    je crois aussi qu on doit se penser en tant qu individu ,ce qui necessite d avoir du courage et de ne compter que sur nous meme , il faut essayer ,autant que possible,de ne se fier qu a notre jugement et qu a nos propres forces. il faut donner la chance a cette partie pour travailler et apres on pourra juger .

  20. Essalam alaykoum,

    Je remercie tout d’abord Monsieur Tariq Ramadan qui nous donne toujours matière à réflexion, étant moi-même ce que les gens appellent communément « Salafiste » (même si je préfère me dire que je suis Musulman car il n’y a qu’un seul Islam), j’aimerais bien savoir quel est le plus important des deux:

    – S’unir autour du mot « Allah » et de ce qu’il représente vraiment
    – S’unir autour de la cause Palestinienne

    Même si je donne beaucoup d’importance aux deux, je réserve ma réponse.
    Aussi, j’aimerais savoir ce que veut dire vraiment « interprétation littéraliste », et est-elle forcément, souvent fausse ou, faut-il toujours « lire entre les lignes »? Car honnêtement je ne vois pas où est le mal à interpréter les mots à leur juste valeur?
    Merci.

  21. salam , je salue notre très cher frère Tariq et ses qualités à servir la communauté musulmane
    cependant je souhaiterai émettre une critique concernant la position que les gens ont du terme « salafisme » qui se traduira par une question , effectivement ce terme dans la réalité appelle le musulman à se rapprocher des sources authentiques ( coran et paroles du prophete pbsl) et dans n’ appliquer uniquement la comprehension qu’avaient les premieres générations de l’islam!

    un traditionnailste raisonne de la façon suivante « je lis, je questionne les savants traditionnaliste, j’applique, en faisant le moins de concession possible dans le contexte dans lequel je vis de peur d’être négligeant dans la religion » voici comment pensent la plupart des musulmans qui penchent pour le traditionnalisme,
    effectivement le salafisme c’est le traditionnalisme!!
    La question est la suivante :pourrait on reprocher à une personne d’être traditionnaliste tout en sachant que c est une personne engagée tant sur le plan humanitaire que sur le plan politique et que cette personne recherche l’unité de la communauté et penche vers la contextualisation des sources authentiques sans exageration et avec flexibilité en concordance avec la jurisprudence !!!!??? merci de répondre, soyons solidaire et surtout objectif !!! cherchons l’unité !! que la paix soit sur vous

  22. Assalamu alaykum,

    Pouvez-vous me conseiller un bon livre pour en savoir plus sur le mouvement salafi, ainsi que leur marriage avec les pouvoirs occidentaux?

    Merci beaucoup,
    Houda

  23. Monsieur Ramadan,
    N’allez pas au Bourget svp. L’UOIF et les associations associés à cette rencontre sont les premiers responsables de notre division. Et vous avez bien remarqué l’année dernière comment ils ont demandé lors de cette rencontre le non respect du conseil français du culte musulman, sur toutes les tribunes. Ils portent la haine et ils ne la cache pas. Avec leur discours ils ont donné naissance à Merah, et si on ne les combat pas, nous sommes alors leurs complices…

  24. ووعلماء السلف من السابقين ومن بعدهم من اللاحقين ، أهل الخبر والأثر وأهل الفقه والنظر لا يُذكرون إلا بالجميل ومن ذكرهم بسوء فهو على غير السبيل (اقتباس من العقيدة الطحاوية) اهـ

  25. Salam Ailikoum,

    Les salafis ont la croyance sincère d’être le groupe sauvé parmi les musulmans. Ils estiment qu’une pratique basée essentiellement sur les rituels, la mise en avant de l’apparence et la dénonciation de ceux qui n’adhèrent pas à leur idéologie feront d’eux l’excellence parmi les musulmans. Ils n’adhèrent pas à a al Salafiya par un apprentissage de la religion qui les mènerait vers cette croyance et pratique particulière, mais ils partent de l’idéologie(croyance préetablie) pour dénoncer le reste des musulmans… Avant de trouver sa voie, il me parait évident qu’il faut passer par l’apprentissage des fondamentaux(qui constituent le dénominateur commun du concensus islamique) pour finir sur les questions périphériques(qui sont l’apanages de certains salafis). En résumé plutôt que de commencer par se faire laisser pousser la barbe et remonter son pantlon et dénoncer ceux qui ne le font pas, encore faut-il faire un apprentissage des fondamentaux qui mèneraient, avec le temps, à la compréhension du pourquoi et du comment de la barbe. Ainsi le choix reposerait plus sur la compréhension et le libre arbitre que par un effet de la pression sociale ou de la mode.
    Selon moi l’idéologie salafi, en France, n’est pas un soucis. Le soucis vient du mariage entre Al Salafiya et la mentalité des cités. Parce qu’on fournit à des individus desoeuvrés une idéologie qui peut paraître rigide et qui construit un cadre dont il est très difficile de s’extraire, ils trouvent un moyen d’exprimer leur opposition vis à vis de la France(ils s’auto-excluent). Faisant preuve d’absence de raison(j’ai entendu certains salafis condamner la raison), il est impossible de construire une discussion en dehors du cadre salafi avec des salafis. Et si par malheur il existe un desaccord, certains nous qualifient d’égarés, d’innovateurs voir pire…Donc on tombe dans une double contrainte=> la discussion mène soit à un accord(donc adhérer aux propos salafis), soit à un desaccord(qui pourrait même mener à l’excommunication). Je tiens à préciser que tous les salafis ne sont pas comme ça, mais qu’une partie non négligeable a une approche très proche de celle que j’ai décrit.
    Nous devrions être exemplaires vis à vis des non musulmans, que ce soit dans notre attitude, notre comportement et notre spiritualité. Le prophète Mohammed sws nous a transmis LA religion parfaite, nous l’avons malheureusment rendu imparfaite….

  26. Tout cela est bien vrai mais là encore le tableau n’est pas complet.
    En effet, tous salafistes ne sont pas le wahhabites et il arrive même qu’ils les combattent . En effet, selon Nabil Mouline – Les Clercs de l’Islam- les wahhabites prêchent la doctrine des 3 « 0 » à savoir, orthodoxie, orthopraxie et Ordre. Un wahhabite ne contestera JAMAIS la monarchie des Séouds ce que ferait très bien un salafiste.

    Vous ramenez le salafisme a un phénomène qui « arrange » les occidentaux . A vous lire pas de dynamique interne, le phénomène apparaît comme essentiellement exogène, comme s’il ne répondait pas à une attente arabe. Or le phénomène salafiste a aussi propre dynamique, il s’inscrit dans une histoire propre au monde musulman et répond à certains problèmes.

    Comme souvent avec vous Mr Ramadan, le « côté obscur » de l’islam vécu, pratiqué (le seul que je connaisse) est toujours jaugé à l’aune de ses arrangements occidentaux, jamais à l’aune d’une foi vécue .
    Je crois qu’à force de vouloir à tout prix sauver/épargner l’Islam, vous en oubliez que ce sont des hommes qui le pratiquent et qu’un homme pratiquant le salafisme ne peut se réduire au salafisme. De même ce qui a motivé M Mérah n’est pas sa pratique ou non pratique religieuse , de même ce qui motive les salafismes n’est pas seulement leur pratique mais tout un complexe qui les constitue en tant que groupe humain.
    Votre démarche est essentialiste et vous êtes condamné à vouloir sauver des hommes qui n’en valent pas la peine parce que vous ne les voyez pas comme des humains mais des salafistes en l’espèce . En voulant sauver l’Islam, vous sauvez en fait des hommes avec toute la monstruosité dont tout homme est capable et cela on ne vous le pardonnera jamais. Considérer les hommes dans leur globalité, dans la complexité qui les constitue vous permettra de sauver la religion que vous chérissez et surtout de sortir de ce gué dans lequel vous vous débattez.

    • Ce que vous dites est absolument juste cyril!
      Et Katous le disait aussi: Tariq a peur de rompre avec la communauté (oumma) et c’est pour cela qu’il n’arrive pas à lui dire toute la vérité. il veut la sauver, la cajoler, la consoler.
      ce n’est pas le rôle d’un intellectuel, peut-etre celui d’un imam à la limite. un intellectuel doit avoir une certaine distance pour pouvoir dire la vérité qui, par essence, ne plait pas à tout le monde.

      Comme disait Katous, decidement trés bien inspiré, ce n’est pas Tariq qui est en avance , c’est la oumma qui est trés en retard, or il faut le lui dire à cette Oumma qu’elle nage un peu dans médiocrité quand même.
      Et comment faire cela si on est dans le registre du sauveur et non dans celui de la rupture?

      Cher Tariq, il est venu , à mon avis le temps de passer à la vitesse supérieure. Je sais c’est facile à dire parce que ce n’est pas celui qui donne les conseils qui paye l’addition de tous les efforts que ça implique, mais si tu dois accomplir ton destin, tu dois passer de l’imam à l’intellectuel pur.
      Beaucoup de musulmans sont aujourd’hui prêts et sont même devant toi en rupture avec cette frange, certe majoritaire, d’apeurés à la recherche de confort spirituel et de conscience tranquille!
      Ces gens qui regrettent tes textes doux (quellle insulte) et qui veulent cultiver leur jardin dans leur coin même si le monde s’écroule autour d’eux!
      Ces gens qui malgré leur trés haut niveau d’éducation se refugient dans la peur et la facilité, qui veulent s’epargner l’effort intellectuel d’avoir une approche universelle du monde dans lequel ils vivent!
      Qui peut leur en vouloir, la tentation est grande de se laisser aller à une vie simple et confortable réglée par les diptyque Hallal/Haram.
      Mais toi Tariq, comment pourrais- tu vivre sans engagement? Comment renoncer et se contenter d’être un simple imam? Par fatigue? est-ce l’âge?

  27. Salam oualaikoum,

    Certains ici et là s’accordent à dire que le printemps arabe a réveillé les peuples musulmans!!!!

    La force du peuple musulman ne réside pas dans ce genre de rapport de force qui justement fait plus de dégâts qu’autre chose. Et les exemples de pays concernés par cet événement ne s’y trompent pas.

    La force du peuple musulman doit résider dans la pratique correcte et assidue de la religion de son créateur. Plus le peuple sera juste et sincère dans sa pratique et plus Allah sera proche de ses créatures.

    Vouloir ressembler aux occidentaux sur le plan politique, physique et spirituel ne fera pas libérer la Palestine !!!!!

    Je pense que les frères musulmans sont pleins de bonnes volontés mais leurs actions ne servent en réalité aucune cause ni la leur. Pour citer un autre exemple, en france , l’UOIF qui a voulu jouer le jeu du gouvernement français s’est finalement pris au piège.
    S’associer aux nons musulmans est donc voué à l’echec et le coran est pourtant clair à ce sujet.

    Certes, nous pouvons critiquer les actions de tel et tel pays « salafis » comme il est dit dans cet article. Et vous avez raison dans certains de vos arguments. Mais ne regardons pas les gens, regardons plutôt notre religion et les attentes pour chaque créature.

    Si nous devions parler de moratoire dans toute cette affaire, il faudrait commencer par le moratoire sur ce prinptemps arabe…..

  28. Une France salafiste
    Etonnant comme titre! Je le confirme.
    Cela fait vaciller l’imagination vers des cieux inexplorés dans l’article même-si toute interprétation quelle qu’elle soit trouve son propre raisonnement.
    A la suite de la vision de « Ce soir ou jamais », un programme télévisé de France 3, plus précisément celui du mardi 10 avril 2012, il m’est apparu cet amalgame un peu bizarre, tant que chacun de ces deux termes trouve un référent opposant à l’autre dans notre imaginaire collectif. Ainsi les avais-je liés à la manière d’un oxymore, pour désigner la France actuelle.
    Avec la présence d’une élite française, composée de philosophes, de comédiens, d’historiens, d’artiste, de journalistes et de gens de commerce, présentant un engagement politique de gauche comme de droite; bref, il y a de tout et de rien, le débat s’avère posé à la manière de nos salafistes.
    J’utilise ici ce terme pour une simple raison: provoquer l’intelligence des lecteurs, dans la mesure où il me semble que l’on arrive à un stade où on s’est arrêté, il y a longtemps, de produire du sens. Le monde de consommation a touché également notre faculté de penser.
    Qu’est-ce-que je veux dire ici par le terme « salafiste »? Est-il employé pour décrire une France qui a ras-le-bol d’une immigration d’origine musulmane? Pas du tout. Est-il employé encore pour révéler la montée du courant salafiste et jihadiste en France, suite aux derniers attentats? Encore non, pas du tout. Ce n’est absolument pas mon but.
    Pour en faciliter la tâche, je vous invite à prendre le terme dans sa signification arabe la plus élémentaire: un salafiste est celui qui s’attache aux valeurs ancestrales, les justes ancêtres. Cela pour dire qu’il refuse toute valeur, toute culture, toute doctrine, toute nouveauté, qui s’éloignent des leurs. En effet, c’est pour cette raison même qu’il s’avère dangereux et inaccessible.
    Le débat avait débuté par une confrontation entre les défenseurs de la gauche et ceux de la droite, aussi retournait-on souvent à la révolution française, ses valeurs, ses leçons et comment doit-on les tirer, à qui doit-on se référer, pour parler, en quelque sorte, du projet de Mélenchon.
    Puis, à ce volet de l’émission qui s’était focalisé sur la question politique aux présidentielles, Tadéi avait suivi par un volet artistique. De telle sorte, un philosophe faisait une comparaison entre la danse africaine et celle française actuelle, pour en déduire que les français ont perdu cette culture artistique de la danse dans la mesure où on ne peut les identifier selon une danse populaire particulière. Cette « frappe de balle » renvoie aux influences de la mondialisation/américanisation de la France afin de tirer les leçons suivantes: on doit s’attacher de plus en plus aux valeurs « ancestrales » de la France en écartant toute sorte d’influence étrangère. Un protectionnisme artistique peut-être? Etonnant!
    Ensuite, on avait suivi par l’EuroDisney pour créer une controverse animée clairement par un venin français contre la culture américaine envahissant l’Europe. De toute façon, le fait de qualifier World Disney de débile n’est pas justifiable pour un philosophe comme Michel Onfray que par une grave animosité contre la culture américaine. C’est la peur de l’autre, l’envie de se replier pour se protéger, revenir aux racines, aux origines pour s’alimenter contre le présent. N’est-il pas un esprit salafiste? Incompréhensible et illogique que cette France d’aujourd’hui, elle refuse à un courant islamiste (ce qui est justifiable sur un nombre important de points) le fait de retrouver les valeurs ancestrales des origines, tout en s’attachant davantage à ses provenances. C’est absurde!
    De toute manière, je pense qu’il n’existe pas, dans l’histoire entière de l’humanité, une civilisation si grande soit-elle qui soit pure, au sens racial, il y avait toujours des mélanges, des alliages, des échanges, des va-et-vient entre les cultures et les civilisations. Vouloir arrêter ce processus, cette mélodie, ce rythme, cette cadence, c’est l’expression élémentaire de la décadence, de l’incapacité à produire. Une grande civilisation est celle qui exprime son identité tout en acceptant l’altérité, qui chante à l’intérieur du chœur, sinon elle disparaîtra tôt ou tard.
    Mais ne doit-on pas se demander pourquoi le choix de ces thèmes-là? Si éloignés l’un de l’autre, cependant se rejoignent dans leur condamnation du repli. N’est-il pas pour favoriser le projet électoral qui prône l’ouverture, une ouverture trompeusement productive et faussement ouverte?
    Comme est-elle doublement salafiste que cette France actuelle!

  29. Réponse à l’article de Tariq Ramadan : « L’équation salafi ».

    Cet article du frère Tariq fait preuve d’injustice envers le courant salafi. Il nous avait habitués à une approche plus fraternelle, y compris envers ceux qui dans l’histoire ont combattu les musulmans ou se sont alliés à leurs ennemis, tels les chiites et les soufis.

    Il écrit : « Toutes les organisations salafi ont en commun une approche extrêmement littéraliste des sources scripturaires, en se focalisant habituellement sur les dimensions visibles des références islamiques (règles et jurisprudence, fiqh) dans la vie quotidienne : comportement licite ou illicite (halal et haram), codes vestimentaires, rites, etc ».

    Le salafisme est la base de l’islam. Etymologiquement, être salafi, c’est suivre le Coran et la Sunna comme l’ont compris les premiers musulmans qui ont reçu l’enseignement directement du Prophète (Paix et Salut sur lui). De nombreux hadiths nous incitent à faire cela.
    Aboû Nadjih`el Irbâdh ben Sâriya a dit: « l’Envoyé d’Allah (PSSL) nous fit un jour un prêche qui fit frémir les cœurs et couler les larmes des yeux. Nous lui dimes alors : « O Envoyé d’Allah, on dirait un sermon d`adieu. Fais-nous une (dernière) recommandation ». Il
    répondit : « Je vous recommande d`adorer Allah, d`écouter votre chef et de lui obéir, fut-il un esclave. Certes, qui de vous vivra, verra de graves discordes. Il vous incombe donc de suivre ma manière d`être et celle des Khalifes réguliers, bien guidés (par Allah). Tenez-vous à cela de toutes vos forces, et gardez-vous des nouveautés religieuses, car toute innovation est égarement » (Abu Dawud et At-Tirmidhi).
    Un autre hadith rapporte : « Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui viennent après, puis ceux qui viennent après » (Bukhari et Muslim).
    De ce fait, tout musulman sunnite est salafi car tout musulman reconnait la prééminence des premières générations et les prend comme modèles.
    Donc, dire que les salafis sont de simples littéralistes qui ne se préoccupent que du licite et de l’illicite (halal/haram), sans tenir compte des facteurs socio-économiques ou politiques et sans poursuivre les objectifs de la religion (maqassid ash-sharia), c’est donner une vision erronée et caricaturale du salafisme.

    D’ailleurs un peu plus bas dans son texte, Tariq Ramadan va dire l’inverse en écrivant : « Mais ces dernières années et ces derniers mois, nous avons pu constater un changement dans l’engagement politique des salafi littéralistes. (…). Aujourd’hui, nous assistons, comme on le voit en Egypte et en Tunisie, à l’émergence d’organisations salafi littéralistes actives et plutôt efficaces, ainsi que des partis politiques qui jouent un rôle critique en créant des débats et en modifiant l’équilibre politique au sein des pays concernés ».
    Là, le frère leur reproche leur activisme. Ce n’est pas logique.
    Mais ce qui nous a le plus choqué, ce sont les approximations de ses informations qui se révèlent du coup inexactes.
    Ainsi lorsqu’il écrit : « L’Afghanistan, dans les années quatre-vingt-dix, fut un laboratoire déterminant où les Talibans (des traditionalistes qui furent dans un premier temps également opposés à la participation politique) devinrent la principale force de résistance à la domination russe, soutenus tant par le gouvernement saoudien que par le gouvernement des Etats-Unis ».
    Or, dans les années quatre-vingt-dix, il n’y avait plus la domination russe sur l’Afghanistan. Les Russes ont quitté ce pays en 1988. Les Talibans n’ont jamais été aidés par les Etats-Unis. Ces derniers ont aidé les mouvements des moudjahidines dans les années 1980, les Talibans n’existaient pas encore.
    Dans son livre « Etre musulman européen », le frère déclare que les Talibans ne sont pas des salafis car ils suivent l’école hanafite (les salafis étant contre le fait de s’attacher à une école juridique).
    Les Talibans ont pris le pouvoir en 1996 pour sortir le pays de la guerre entre les différentes factions. Dès 1999, les Etats-Unis les déclarent comme Etat terroriste et ce sont les ennemis des Talibans, ceux de l’Alliance du Nord, sous l’autorité d’Ahmed Shah Massoud, qui sont financés par les pays occidentaux.
    Dans plusieurs passages de son article, le frère Tariq associe les pétromonarchies et le salafisme. Ceci est faux sur tous les points qu’il a développés.
    En Arabie Saoudite, il y a entre 250 et 300 savants et étudiants des sciences religieuses (Talab ‘ilm) salafis qui sont emprisonnés à cause de leurs critiques de la politique menée à l’intérieur (exigeant des réformes) comme à l’extérieur (contre l’alliance avec les Américains).
    Pour ne citer que quelques noms : le prisonnier le plus connu (qui vient de sortir après plusieurs années de détention) est le Cheikh Saïd Al Zou’ayr, mais il y a aussi les chouyoukh Bichr Ibn Fahd Al Bichr, Souleymane Al ‘Alwan, Youssef Al Ahmed, …Ce sont des Chouyoukh connus et respectés pour leurs sciences et qui sont, bien sûr, salafis.
    En Egypte, également de nombreux grands Chouyoukh de la tendance salafiste ont été emprisonnés et torturés sous le règne de Moubarak : Fawzi Assaïd, Muhammad Abdelmaqsud, Rifa’i Sourour, …parce qu’ils soutenaient les opprimés de par le monde, dont les Palestiniens, et dénonçaient les tyrans au pouvoir.
    Tous ces gens sont des puits de science et pas seulement en fiqh, mais dans tous les domaines.
    De même, il se trompe grandement lorsqu’il écrit « que l’activisme salafi (…) se soucie peu de la cause palestinienne… ». Les seuls qui continuent le combat contre Israël ce sont les différents groupes de moudjahidines salafis, que ce soit à Gaza ou sur les autres territoires occupés. Ce sont encore des salafis qui gèrent le camp de refugiés au Liban, ‘Aïn Al Halwa, assurant tous les services sociaux et formant des combattants pour libérer la Palestine.
    Enfin, le Centre islamique pour les études palestiniennes en Egypte est dirigé par le Dr. Khalid Saïd qui est aussi le chef du Front Salafiste d’Egypte.
    Le frère Tariq se trompe encore lorsqu’il écrit que les Occidentaux n’ont aucun problème à négocier avec les salafis, c’est faux. Ces derniers restent les seuls remparts contre l’occidentalisation des sociétés musulmanes. Ce sont les partis islamiques dits réformistes (Frères musulmans en Egypte, Ennahda en Tunisie, Justice et développement au Maroc, AKP en Turquie…) qui ont renoncé à tous leurs principes, au nom d’une certaine stratégie pour ne pas faire peur aux laïcs et aux Occidentaux.
    Enfin, le frère dénonce un certain financement de la propagande salafi : « Leur soutien est avant tout idéologique et financier, visant à propager un message particulier de l’islam au moyen de livres, de brochures, de conférences et de la construction de mosquées et d’institutions ». Je voudrai dire au frère, s’il sait comment obtenir ces aides qu’il nous l’indique. En 35 ans d’activités islamiques, je n’ai jamais rencontré une seule association française qui soit financée par l’Arabie saoudite ou un autre pays, pour propager le salafisme.
    Habituellement, c’est Caroline Fourest et consorts qui sortent un tel argument.
    J’arrête là mes critiques du texte. Je pourrais critiquer ligne par ligne, mais cela serait trop long. J’ai du mal à croire que cet article ait été écrit par le frère Tariq. Il nous avait habitués à autre chose. Même sur le plan du style, c’est moins bon que d’habitude.
    Maintenant il est vrai que nous voyons en France de plus en plus de petits groupuscules qui se définissent comme salafis, sans savoir ce que cela signifie et qui dévient certains jeunes. Ils appartiennent généralement au courant madkhaliste (de Rabi’ Al Madkhali). Nous devons être vigilants et les contrer par la science car souvent ils ne font que répéter, comme des perroquets, ce qu’ils ont entendu de pseudo-chouyoukhs. Nous sommes, en partie, responsables aussi : soit nous n’avons pas pu répondre à leurs demandes, soit nous ne maitrisons pas suffisamment le contenu de notre islam pour les contrer.
    Nous ne nions pas, non plus, qu’il existe, dans les pays musulmans, des savants qui ont vendu la vie de l’au-delà pour celle d’ici-bas. Mais ils sont très critiqués et ne trompent que les ignorants ou ceux qui le veulent. Allez en Arabie et observez le niveau de leur réputation, il est proche de zéro. En arrivant à la Mecque, demandez où se trouve Rabi’ Al Madkhali, il est inconnu. Il est peut-être plus connu en France que dans un autre pays musulman ou alors négativement.
    Ainsi, lorsque le frère Tariq se fait attaquer sur certains de ses discours, souvent c’est à juste titre car il lui arrive de faire des erreurs au niveau du dogme (‘aqida). Pour moi, cela n’a jamais posé de problème. Je l’ai toujours beaucoup respecté. Il est aujourd’hui un des plus grands penseurs musulmans en occident. Il apporte énormément sur le plan de la réflexion, de la spiritualité, mais il reste un penseur musulman, il n’est pas du tout un Cheikh en sciences islamiques. Chacun doit rester dans son domaine.
    Aujourd’hui, notre défi est de dispenser un islam authentique qui réponde à tous les problèmes qui se posent au musulman de notre temps et au genre humain, que ce soit d’ordre matériel, environnemental ou spirituel.
    Pour cela, nous avons besoin d’une solide formation dans le dogme (al ‘aqida) et d’une connaissance approfondie de ce qu’ont produit nos savants d’avant (Ibn Taimiyya, Ibn Qayyim, …), d’hier (Al Albani, Ibn Baz, Uthaiymin, Rifa’i Sourour,…) et d’aujourd’hui (Abderrahmane Abdelkhaliq, Hamid Al Ali, Fawzi As-Saïd,…). Parmi les plus jeunes Muhammed Al ‘Arifi, Nabil Al ‘Awadi, Mohammed Al Maghribi, …. En France et en Belgique, nous avons de jeunes prêcheurs de qualité (Abou Oumama, Mohammed Minta, Mamadou Daffé, …). Je ne peux évidemment citer tout le monde.
    Donc, le débat sur les salafis est un faux débat car tout musulman est sensé être salafi. La question est du comment être un bon musulman pour soi et pour tous les autres. Comment sortir les gens des ténèbres vers la Lumière, par miséricorde pour eux afin de les sauver de l’enfer et par amour d’Allah afin qu’il n’y ait pas de gens qui consacrent leur adoration à autre chose qu’à Lui. Et Allah est plus savant.

    • Merci frère pour votre contribution si enrichissante et sincère.L’équation ici c’est comment créer la symbiose entre le temporel et le spirituel .De même que notre adaptation au temporel s’avère primordiale il est aussi primordial pour nous de savoir que notre présence ici bas n’est que d’adorer notre seigneur et nous lui rendrons compte le jour de la résurrection.Et cela ne doit pas nous echapper .Tuons en nous la peur et le complexe .Seul le chemin de nos pieux devanciers doit etre notre boussole qui peut etre adapter bien entendu aux besoins reels de nos societes et non a nos desir et au fanatismse de la civilisation occidentale .
      Le flambeau de cet islam nouveau sera la paix et l’humanisme.
      Que la paix sur vous et toute l’humanite

    • Salam alaikoum,
      Tu n’as pas compris le texte de Tarik Ramadan :
      Par exemple :

      D’ailleurs un peu plus bas dans son texte, Tariq Ramadan va dire l’inverse en écrivant : « Mais ces dernières années et ces derniers mois, nous avons pu constater un changement dans l’engagement politique des salafi littéralistes. (…). Aujourd’hui, nous assistons, comme on le voit en Egypte et en Tunisie, à l’émergence d’organisations salafi littéralistes actives et plutôt efficaces, ainsi que des partis politiques qui jouent un rôle critique en créant des débats et en modifiant l’équilibre politique au sein des pays concernés ».
      Là, le frère leur reproche leur activisme. Ce n’est pas logique.

      En aucun cas il leur reproche leur activisme. Il leur reproche que les salafis ont toujours critiqués les musulmans (notamment les freres musulmans) pour être entré dans la politique arguant le fait que de créer un parti politique implique de rentrer dans le jeu democratique et donc c’est un acte de koufr , mécreance et aujourd »hui les salafis font ce qu’ils reprochaient jadis aux autres.

      Et tu es trop attaché au sens su mot salafi : ce n’est pas cela que tarik ramadan critique.
      Il critique l’action des gens et gouvernement qui se font appelé salafi :
      – le résultat est sans appel, les gouvernements du golf garant de la mouvance salafi permettent la main mise des occidentaux sur toutes les richesses musulmanes et Israel est protégé etc……
      L’idée que tous les pays arabes se transforme en Arabie Saoudite c’est magnifique pour les occidentaux : cela garantira la perennité de leur économie et la liberté d’action d’israel.

    • As-Salam Aleykoum wa rahmatoullahi

      BarakaAllahou fik Abou Mehdi pour cette excellente réponse au frère Tariq Ramadan.

  30. Qu’Allah nous guide.

    Toujours les uns contre les autres Chitan nous a bien, eu Allah 3azza ou jalle nous dit ne vous diviser pas car en vous divisant votre force s’évanouira qui d’entre vous a la certitude d’être dans le réel Sirate el moustakime ?
    Qui prêtant comprendre la religion mieux que les khalif et le salaf el salah ?
    A cette époque la l’islam été respecté qu’en est-il maintenant ?

  31. Esselamou Aleykoum

    Je respecte et j’aime mon frère Tariq. Qu’Allah le guide vers le paradis. Combien de fois, n’a-t-il pas soulevé en moi, ce sentiment de joie qu’on ressent quand son avocat remporte un procès contre un tyran sournois.
    Combien de fois n’a-il pas galvanisé les musulmans d’europe lors de multiples débats qui précisément les prenaient pour cibles.
    Mais j’avoue avoir été un peu déçu par son article intitulé « L’équation salafi ». Tout musulman ne doit-il pas se revendiquer salafi ? Un hadith rapporte : « Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui viennent après, puis ceux qui viennent après » (Bukhari et Muslim).
    Peut-on, sur base de ce hadith authentique, reprocher à un musulman de vouloir faire honneur à notre bien aimé Prophète pbsl ? Car le salafisme, c’est suivre le Coran et la Sunna comme l’ont compris les premiers musulmans. Ou doit-on proposer un moratoire sur la lecture littéraliste de ce hadith ?
    Tout comme en mathématique 2 et 2 font 4 et cela jusqu’à la fin des temps, il y a dans l’islam, une base qu’il n’est pas possible de comprendre et d’appliquer autrement. Et je pense que toute personne qui se veut être musulman et donc salafi, se doit de respecter le contrat minimal de base. Mais cette personne est libre de se choisir une autre religion…
    Sur la tournure politico-sociale que prend l’article, je dirais que les musulmans ont les dirigeants qu’ils méritent. Car quand le salafi rappelle l’obligation des 5 prières quotidiennes, soit il est entendu soit mis sur une voie de garage. Mais quand la majorité de la population dira que ces 5 prières constituent une obligation, je n’ai aucun doute qu’à ce moment là précis de l’espace-temps, leur dirigeant sera un homme craignant l’injustice et soumis à Allah le Miseriricordiaux.
    Par conséquant, notre travail en tant que musulmans (peut m’importe l’origine géographique), est d’éduquer le peuple. Et comme le peuple de demain sera constitué de nos enfants, c’est bien à ces derniers qu’il faut montrer l’exemple.
    D’après l’article, l’état actuel des choses dans les pétro-monarchies arrangent les puissances occidentales. Et comme le mouvement salafi rayonne depuis la péninsule arabique…le développement du courant salafi ailleurs dans le monde arrangent les occidentaux. Vu comme ça, je l’avoue, c’est d’une logique implaquable au point que je me demande si le frère Tariq était tout-à-fait dans son état normal quand il a écrit son article. N’est-ce donc pas lui qui nous rapelle que les choses ne sont pas toujours noires ou blanches mais qu’il y a bien une infinité de gris entre les 2 extrêmes ? Comme peut-il ignorer tant de prisonniers au sein même de ces monarchies qu’il critique. Combien de savants musulmans se sont vus muselés par le pouvoir en place ? N’est-ce pas là une équation plus importante à résoudre ? Etre salafi, ce n’est sûrement pas d’interdire la conduite automobile au femmes et c’est d’ailleurs en cela que le salafi que je suis donne larges échos aux propos de mon frère Tariq.
    Tout ceci pour dire qu’il y a des nuances entre le pouvoir dans les petro-monarchies et les salafis qui sont les premiers à le contester.
    Dans l’espoir de voir grandir la fraternité entre tous les musulmans, je vous salue

    Voutre frère Moussa

    • Salam

      @ notre cher Moussa

      Deux points à soulever :

      – Il existe salafi et salafi, en plus de ceux qui prétendent être salafi.

      – Suivre le Coran et la Sunna c’est l’Islam lui même, pas le salafisme car on pourra comprendre que ne pas être salafi implique le contraire, ce qui n’est pas vrai.

      – L’idée qu veut nous faire comprendre Mr Tarik est le fait que l’habit ne fait pas le moine

    • Salam a’leykoum,
      Les salafis suivent la voie des pieux prédecesseurs. Quand aux ignorants qui condamnent les salafis, il faut qu’ils sachent que certains et notamment less terroristes se font passer pour des salafis en croyant être salafi mais font partis d’une secte. Ce sont pour la plupart des takfiris. Ils sont très durs. Croyez vous que si le Prophète (sws) aurait était dur il aurait converti tant de monde.
      Pour ma part j’essaie de suivre les enseignements du Prophète (sws) selon la voie des salafs salih (Ra) qui sont les pieux prédécesseur.
      SELON LE SENS D4UN HADITH LE PROPHETE (SWS) A DIT A FATIMA (RA) QUEL BON SALAF JE SUIS POUR TOI.

      On est venu à une époque où suivre la vraie voie et défendue par les gens pire par d’autres soit disant muslim qui défendent des mouchrikin.
      Allahou’alam

  32. un salafi comme shaykh al-albâni, shaykh ben baz, shaykh al-fawzan ou shaykh rabi’ al madkhali qu’on suit que s’ils sont en accord avec la preuve (ce que eux même diraient ou disent, voir le livre de shaykh al-albäni sur la description de la prière page 24 sur les propos des 4 imams… édition librairie al-maaret et attention aux copies pirates, normalement celle-là est bonne), c’est pas être un khawarij renseignez vous sur les noms qu’on vous donnent et vous verrez que pour trompez certains n’hésitent pas a citer des shaykh salafis qu’ils mélangerons avec des khawarijs ou autres hizbis qui, en se renseignant, vous remarquerez qu’ils sont critiqué par ces mêmes shaykh salafis!
    et un salafis ne peut-être ikhwâni par contre des ikhwans peuvent être des khawarijs, le fameux « on se tait sur ce qui nous divise et on s’unit sur ce qui nous rassemble »
    en bref si on essaye a chaque fois croire que des khawarij ou des ikhwani sont des salafis on trompe et faut pas s’étonner après!
    finalement c’est qui l’orgueilleux, celui qui suit la preuve ou celui qui refuse, voire qui ne va même pas se renseigné, alors que l’info est a quelques clic d’ici?
    et qui fait le jeux de l’ennemi si ce n’est les laïc et les démocrates obsédé par le pouvoir avec leurs argument a l’occidental et on a déjà vu comment ils sont tolérant (atta turk,…) et les khawarij (ben laden, qardawi,…) aussi obsédé par le pouvoir!
    puis un petit copier/coller a méditer:
    L’Imam Mâlik a dit :
    « Ce qui n’était pas une religion à l’époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd’hui, et la dernière génération de cette communauté ne peut être rectifiée que par ce qui a rectifié sa première génération »

    qu’Allâh nous guide sur Le droit chemin, celui des pieux prédécesseurs (salaf salih) et non ceux des philosophes qui fond passé leurs raison devant LA preuve!
    mais sont tous en désaccord entre eux car ils ont été en contradiction avec la raison saine qui suit la révélation de l’Omniscient sans s’enfler d’orgueil!

    • asalamo alaykoum
      je constate que la plus part n’ont toujours pas compris ce que veut dire le mot salafi???
      un salafi c’est celui qui suit les salafs ( les pieux qui nous ont précédés : le prophete et ses compagnios.

      le minhaj assalfi a des bases , le prophéte a dit a sa fille fatima (quel bon salaf suis-je pour toi) se terme a été déja utilisé par le messager mohammed sallaho 3alyhi wa sallam.
      certains se font appeler salafis injustement mais ils ne le sont pas, comme les takfiris ( les djihadistes) ce sont les khawarijs de ce siécles. ils ya aussi pas mal de fréres musulmans et surtout de l’egypte qui portent labarbe et s’habient en kamis.
      les vrais salafis ne participent pas aux éléctions car cela est interdit par l’islam.
      pour comprendre le minhaj assalfi , et les égarements des autres groupes, ou alors dévoiler les faux salafis , je vous conseil de revenir au montagne de sience comme :
      al albani, ib i baz,al outhymi, moqbil al wadi3i, aman al jami, ahmed anajmi, rahimahom allah.
      et ceux qui sont encor vivant comme:
      rabi3 al madkhali
      saleh al fawzan
      abdel mohsin al abbad
      salah alouhydan
      salah asouhaymi
      mohammad ibn hadi al madkhali
      oubyed al jabiri
      abdallah al boukhari
      ahmed bazmoul
      mohammad al immam
      hafidahom allaho ta3Ala.
      baraka Allah oufikoum

  33. Qui sont les Salafi ?

    La description de « Salafi » s’applique à toute personne qui se cramponne vraiment aux Salafs. Ce n’est pas l’attachement à une personne singulière ou à un groupe de personnes, c’est l’attachement à une voie qui ne se détournera jamais du chemin du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) , de ses compagnons et de ceux qui les suivent vraiment. De plus la Salafia ne repose pas sur le fait de suivre un Cheikh en particulier ou un imam, c’est une adhésion au Coran et à la Sounnah authentique comme l’ont compris et pratiqués l’ensemble des pieux prédécesseurs (as-Salaf us-Salih). Le véritable Salafi met en valeur le TAWHID qui est le fait de vouer tous nos actes d’adoration à Allah exclusivement : dans l’invocation, dans la demande du secours, dans l’appel au refuge dans la facilité et la difficulté, dans l’immolation, dans le serment, dans la crainte, dans l’espoir, dans la confiance totale en Lui …

    Le véritable Salafi cherche activement à réprouver le CHIRK (polythéisme) par tous les moyens. Il sait que la victoire est impossible sans le Tawhid et que le Chirk ne peut se combattre par lui même (c’est-à-dire : ce n’est pas avec une forme de Chirk que l’on peut combattre le Chirk). Le véritable Salafi adhère à la Sounnah du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et de ses compagnons après lui.Il n’est pas comme les Chiites qui insultent les Sahabas, qui prétendent que le Coran a été altéré, qui rejettent la Sounnah authentique et qui vouent une adoration à la famille du Prophète(Paix et bénédiction d’Allah sur lui).
    Il ne fait pas partie des Qadariya qui renient le décret d’Allah (Qadar).
    Il ne fait pas partie des Mourjiah qui prétendent que la foi consiste en des paroles uniquement et non en des actes.
    Il ne fait pas partie des Mou’tazila qui renient les attributs d’Allah.
    Il ne fait pas partie des Soufis qui adorent les tombes et revendiquent l’incarnation divine et qui disent : « Dieu nous ne t’adorons pas pour Ton Paradis ni par crainte de l’Enfer, car c’est l’adoration des commerçants ».
    Il ne fait pas partie des Mouqallidoun ( ceux qui suivent quelqu’un aveuglement )qui insistent sur le fait que chaque musulman doit obligatoirement adhérer au Madh’hab (école juridique) d’un Cheikh ou d’un imam en particulier, même quand ce Madh’hab est en contradiction avec les textes clairs du Coran et de la Sounnah authentique.
    Les véritables Salafis sont Ahl us Sounnah wal Jama’a, et ils sont le groupe victorieux (Ta-ifat ul Mansura) et la faction sauvée (Firqat un-Najiya) qui a été décrite dans le Hadith suivant :
    « Un groupe (Ta-ifat) de ma communauté (Oumma) sera toujours assisté par la victoire, sans se soucier de ceux qui lui nuisent jusqu’à la dernière heure »[5]
    Et « Ma communauté se séparera en 73 factions (Firqat) : toutes sont au feu, sauf une d’entre elles : ce que moi-même et mes compagnons suivons » [6]

    Avec ce que l’on vient de citer comme arguments authentiques et comme bonne compréhension, le musulman n’a pas d’autre choix que celui d’être Salafi (c’est à dire suivre convenablement et respectueusement les pieux prédécesseurs). En faisant cela il s’engage dans un chemin qui est garanti par le succès, la victoire, la sécurité et le salut contre le feu de l’enfer…

    5- rapporté par l’imam ahmad
    6-rapporté par l’mam attirmidi

  34. Salam aleykoum wa rahmatulâ

    Les Ikhwans Muslimin ont étaient créer par Hassan al Bana qui lui avait adopter la ‛Aqida ( croyance ) Acharya dont il a fait allégeance. Acharya qui est une secte d’une branche Soufi qui mettent au même niveau la Chariya d’ALLAH ( les lois divines) et la raison humaine je m’explique tout chercheur de Sagesse Philosophe étudie les signes et reconnaissent l’existence D’ALLAH, mais sans le dogme Islamique qui veux que la Science passe avant les paroles et les Actes preuves de cela la Sourate al Asr. Ces chercheurs de Sagesses ont donc nier Tawhid Houlouliya qui est l’adoration exclusive dans l’adoration du serviteur comme laSalat et toute forme d’adoration ex le vœux la crainte l’espoir le jeun le Ramadan le Hajj ect.
    De même ils sont comparable au Qoraiche qui ne reconnaissaient pas le tawhid de l’adoration.
    De même qui nie des attributs que ALLAH c’est lui même attribuait dans le Coran et confirmé dans la Sunna.

    Les Ikhwans Muslimin ont une branche armée et quiconque ne sont d’accord ou leurs barre la route légalement comme certains juge en Egypte son assassiné.

    Pour être Ikhwan Muslimin il faut prêter serment sur Hassan al Bana ainsi que sur le Coran et le Fusil si sa ce n’est pas du Chirk ( association ) de deux sortes petite et grande le grand fait sortir de l’Islam et fait rentrer son auteur en enfer éternellement  » quiconque associe ALLAH sont refuge sera le feu ALLAH lui interdit le Paradis et pas de secoureur pour les injustes » .

    Renseignez vous et vous verrez que les Ikhwan accepte tout le monde du moment qui prête serment ils peuvent associer ALLAH sa leur ai égal.

  35. Salam aleykoum wa rahmatulâ

    Réponse face à l’ambigüité que les Salafi sont des Terroristes.

    1) Les Salafi veux dire ceux qui suivent les pieux prédécesseurs.

    Les pieux prédécesseurs sont la génération du Prophète celle d’après qui ont connut les Compagnons du Prophète et celle d’après qui ont connut ceux qui avaient connut les Compagnons.

    Les Salafi ou gens du Hadith ou Ansar ont la Croyance QU’ILS N’ONT PAS LE DROITS DE SE REBELLER contre les Gouverneurs même injustes.
    Il y a de nombreuses conditions pour que cela sois permis comme une mécréance clair de la part du Gouverneur en sachant :
    a) nous jugeons le gouverneur qui applique une autre loi que celle d’ALLAH dans son pays / MAIS/ Qu’IL le gouverneur sait que les Lois d’ALLAH sont meilleurs celui là n’a pas fait de Mécréance Majeur donc il ne sort pas de l’Islam par conséquant nous nous devons ( pour ceux qui habite le Pays ) de lui Obéir.
    Quand à celui qui pense que ces Lois ex : la Laïcité, le Communisme, la Démocracie est meilleur que les Lois d’ALLAH CELUI CI a fait une mécréance Majeur mais il nous appartient toujours pas de statuer sur son État cela reviens aux Savants.
    b) Quand les Savants Statut qu’il est bien sortie de L’Islam nous ne pouvons en aucun cas nous attaquer contre lui.
    Il faut le conseiller puis si il Refuse alors s’ajoute une autre condition QU’IL FAUT avoir la CAPACITÉ de le renverser.
    S’ajoute en d’autres Conditions pour qu’il n’y est pas un plus grand mal.

    Passons au Djihad qui veux dire Combattre dans le sentier d’ALLAH :
    Ceux qui prêche la Haqq la religion et qu’ils font du bien, appel à notre Seigneur au Tawhid à la Sincérité et enfin au suivi comme le Prophète Adorer ALLAH voici au passage les Conditions de validité d’une ‛ibada Adoration conforme.
    Le Prophète a dit : Celui qui fait une non conforme à la Religion son Act sera rejeté  »

    Donc voici que le Premier Djihad dont le mot fait peur car employé par des ignorants.
    Le premier Djihad est celui du Nufs, Celui du droit et du devoir que le serviteur a envers son Seigneur le Tawhid ( unifier ALLAH ) et de ne pas l’associer.
    Le Djihad est aussi le Travail honnête pour nourrir sa Famille ( au passage la Prière a était prescrit dans des Heures et les retarder est un grand péché).

    Après Le Djihad Armée il y a de deux types
    Celui de l’attaque ou Seul un Amir un Gouverneur. Appel au Djihad.

    Et celui de la défense pour sa maison ces biens sa famille et son honneur.

    Ceux dont Tariq Ramadan parle s’appelle Des Takfiris ils rendent Mécréants les Gouverneurs Musulmans et ceux qui disent qu’ils ne sont pas Mécréants comme vous et moi car la preuve doit être établie par des Savants compétents.

    Cela les Takfiri sont les Ikhwan Muslimin qui se sont rebeller contre le gouverneur d’Égypte de Tunisie de Libye de Syrie et bien d’autre encore.
    De leurs Fautes ils y a des centaines de milliers de Morts car ils ne sont pas conforme à la Sunnah du Prophète.
    Aider par les Chiites et les Juifs les Ikhwans n’hésite pas à manipuler comme le font n’importe quel politiciens.

    Les Salafi Vivent selon Le Coran et la Sunnah tout en vivant du mieux qui peuvent et essayant de faire selon leurs Capacités.
    Cette nous avons des Brebis galeuses qui se revendique Salafi mais nous nous des avouons d’eux car être Salafi implique une Croyance et un comportement.

  36. wa alaikum salaam wa rahmatuLlah

    avant (y a 10 ans) quand j avais des ambiguites ikhwany je trouvais ramadan et sa clic tellement interessant…. mais c etait avant. votre article est pas interessant et surtout plein d erreur. vous dites qu il y a bcp de jeune salafi mais y en a daventage chez les ikhwany , la preuve en egypte c est eux qui on retourné et detruit la stabilité du pays avec ce que vous avez nommé revolution arabe.

  37. Cher M Ramadan
    Si j’ai bien compris il s’agit d’une rupture épistémologique grave. Au fond cela ressemble grandement aux protestantismes qui ayant rompu avec le dogme se sont enferrés dans le formalisme et le moralisme rigoureux…cela semble être la même histoire partout: se ramener à des choses simplistes pour attraper le maximum de gogos…comme le populisme..la démagogie…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici